Armand Keravel (1910-1999), une personnalité du mouvement culturel, littéraire et politique breton

Armand Keravel en 1930 (source : Michel Oiry)

Qui était Armand Keravel ?

Le projet Rebelle-CollEx « La République locale des lettres » est né de l’appel à projets CollEx-Persée dont l’objectif est de faciliter l’accès des chercheurs aux ressources documentaires présentes dans les bibliothèques et institutions universitaires ou patrimoniales. Parmi les fonds déposés au CRBC, l’un de ceux qui ont attiré l’attention des animateurs du projet Rebelle-CollEx est le fonds Armand Keravel. Le volume et la diversité des documents qu’il contient donnent une idée de ses nombreux engagements dans le mouvement militant breton entre la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1980.

Né en 1910 à Brest, Armand Keravel devint instituteur à partir de 1928. Il occupa cette fonction dans diverses écoles de Basse-Bretagne, puis devint, dès 1954, instituteur détaché pour la langue et la culture bretonne dans l’enseignement public.

Parallèlement à cette activité professionnelle, Armand Keravel fut membre du Parti autonomiste breton au début des années 1930, puis militant actif d’Ar Falz, un mouvement créé en 1933 par Yann Sohier qui avait pour objectif de promouvoir et développer l’enseignement du breton à l’école publique. Ar Falz, Bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton fut également une revue à laquelle Keravel contribua régulièrement. À partir de 1953, il devint l’un des animateurs principaux de la fédération culturelle bretonne (Emgleo ar brezoneg puis Emgleo Breiz) avec Pierre-Jakez Hélias ou encore André Le Mercier, par exemple. En 1969, il participa, au nom d’Ar Falz, au mouvement Galv (Comité progressiste pour la langue bretonne) regroupant des associations et partis de gauche en faveur de la promotion de la langue bretonne.

Des années 1960 à la fin des années 1980, il occupa, par ailleurs, diverses responsabilités dans plusieurs structures de promotion des langues régionales au niveau national, ce qui lui donna l’occasion d’être en contact avec des militants linguistiques d’autres régions françaises. C’est, par exemple, dans le cadre du Mouvement laïque pour les cultures régionales (MLCR), dont il était le secrétaire général, qu’il entretint une correspondance suivie avec le militant occitan Robert Lafont, lui-même président du mouvement. Armand Keravel fut en outre conseiller délégué à la promotion de la culture bretonne pour la ville de Brest à la suite de l’élection de Francis Le Blé en 1977.

Les prochains billets de ce blog permettront de revenir sur quelques correspondances issues de ce fonds d’archives.

Le fonds d’archives Armand Keravel – André Le Mercier au CRBC

Le fonds d’archives Armand Keravel et André Le Mercier (cote KLM) est un fonds de plus de 14 mètres linéaires (141 boîtes d’archives) versé au CRBC en plusieurs étapes, en parallèle d’une collection de périodiques Ar Falz.

Comme l’intitulé du fonds le laisse entendre, celui-ci est formé d’archives de différentes personnalités : principalement Armand Keravel et André Le Mercier , respectivement secrétaire et président d’Emgleo Breiz (maison d’édition  et fédération d’associations bretonnes), mais il contient également des archives de Charles Tremel, auteur bretonnant.

Ces archives font apparaître la diversité des interlocuteurs d’Armand Keravel illustrant ses multiples activités et ses nombreuses relations dans des groupes, associations, fédérations, revues, partis… dans les domaines de la langue, de la littérature, de la culture et de la politique, à la fois au niveau local, régional et national.

Le fonds couvre une période chronologique assez large, allant de 1831 à 1999, mais la grande majorité des archives se concentre sur la période des années 1950 à 1970. Ces archives concernent entre autres les activités d’Ar Falz, dont les concours annuels d’écriture de textes en breton organisés auprès d’élèves sont une illustration. Plusieurs dossiers concernent également le MLCR militant pour la reconnaissance officielle langue régionales en France. Le fonds compte enfin de la correspondance portant sur les questions littéraires dans le cadre des activités éditoriales de la maison d’édition Emgleo Breiz.

Le fonds est accessible sur demande auprès du Directeur du Centre de Recherche Bretonne et Celtique.

Éléments de bibliographie :


Travaux portant sur la trajectoire d’Armand Keravel :

  • Le Ven Yvon, Armand Keravel (1910-1999) ou l’apostolat laïque d’un homme au service de la langue et de la culture bretonnes, Travail d’étude et de recherche, Brest, UBO, 2004, (cote CRBC : M-09155-00).
  • Falchier Yohann, Ar Falz : d’une idée laïque à une idée socialiste et régionaliste (1945-1965), Travail d’étude et de recherche, Brest, UBO, 2002, (cote CRBC : M-08457-00).

Deux articles en ligne sur des organisations auxquelles Armand Keravel participa :

  • Sempé Mathilde, « GALV ou la synchronisation des espaces du militantisme breton », La Bretagne Linguistique [En ligne], 23 | 2019.
  • Sempé Mathilde, « La revue bretonne Ar Falz : « l’art social » en conjoncture de crise politique et littéraire (1945-1946) », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015.

Mannaig Thomas et Marie-Alice Le Corvec

Point d’étape du projet REBELLE

Le projet de numérisation REBELLE « République locale des lettres – Analyse du fonctionnement du jeu littéraire en Bretagne entre 1946 et 1977 » a pour objectif d’étudier les réseaux de sociabilités existant dans le champ littéraire breton de la seconde moitié du XXe siècle. Les sources de ces analyses sont majoritairement des documents d’archives prouvant ces sociabilités, comme de la correspondance ou des comptes-rendus d’événements (réunions, rencontres, etc).

Dans ce carnet, il a été longuement question des archives en elles-mêmes, de leur gestion à leur description en passant par leur communication. Ces réflexions se menaient en parallèle d’un travail de reprise des inventaires d’archives, afin d’assurer une description plus pertinente et cohérente des fonds et donc des documents pris en compte par le projet de recherche.

Ce travail ayant pu être mené sur quelques fonds conservés ou numérisés par le CRBC, le projet a initié en 2020 une nouvelle étape : la sélection et la numérisation de documents témoignant de ces réseaux de sociabilités.

En pratique

Cette étape ne concerne pour l’instant qu’un des fonds du projet (Fonds Keravel-Le Mercier, regroupant les archives de deux secrétaires successifs de la fédération  Emgleo Breiz).

A partir de l’inventaire du fonds, une première sélection de documents a été effectuée, se concentrant principalement sur de la correspondance, ou bien des dossiers concernant des échanges relatifs à la politique linguistique de la France pour les langues régionales.

Partant de 137 boîtes d’archives*, les documents paraissant pertinents pour le projet ont formé après cette sélection un ensemble de 11 boîtes.

Les documents choisis touchent à de nombreux thèmes intéressant de près ou de loin le projet : les relations d’ Emgleo Breiz avec des auteurs bretons, des éditeurs en langue bretonne, des promoteurs de la langue bretonne ou des personnalités politiques pouvant soutenir cette dernière devant les institutions étatiques françaises.

Il a donc été nécessaire de faire des choix. Car si tous les documents sont pertinents au projet, il s’agissait d’avancer de manière cohérente afin de permettre une étude progressive des archives. De fait, sur ces 11 boîtes, une première a été constituée concernant à la fois les relations de l’association bretonne ou de ses secrétaires avec des auteurs de langue bretonne, mais aussi avec des personnalités du mouvement occitan. Cette première sélection permet de rendre compte des personnes impliquées au niveau régional, mais également au niveau national pour la défense de la langue bretonne et des relations entretenues avec d’autres structures aux objectifs linguistiques similaires à ceux d’ Emgleo Breiz.

Le travail réalisé sur cette première boîte permet à l’équipe du projet d’établir des pratiques et de questionner la continuité du travail sur le long terme. Lors d’une réunion sur les priorités de numérisation, il a ainsi, entre autres, été question de l’ordre des documents au sein des dossiers (faut-il les ordonner ou non avant numérisation ?), de la méthode de nommage des noms de fichiers numériques (sachant qu’une partie de la correspondance avait déjà été traitée par un prestataire tiers) et de la signalisation de fichiers provenant de partenaires au projet (notamment le Centre international de recherche et documentation occitanes (CIRDOC), possédant une partie de la correspondance échangée par Armand Keravel avec Robert Lafont, militant occitan).

Ces premiers questionnements ont permis de structurer plus précisément l’avancée du  projet et d’avoir une certaine visibilité de travail pour les mois à venir. Le premier contact avec les documents en eux-mêmes et leur consultation détaillée a également permis de partager en équipe sur les documents, leur contenu et de relever des points de questionnements ou des pratiques qui pourraient être à étudier par la suite.

* la notion de boîte est ici utilisée afin de donner un ordre de grandeur.