« Gourc’hemennou eta eo e kasan dit, pa glaskez sevel da wir hon hunvre deomp holl… » [Je te félicite donc d’essayer de réaliser notre rêve à tous…] : l’expérience de l’école de Plestin-les-Grèves (1942-1944)

Un brouillon de lettre à Kerlann, conservé dans les archives et daté du 29 octobre 1942 , exprime tout l’enthousiasme qu’Armand Keravel éprouve au moment de l’annonce de l’ouverture prochaine d’une école en langue bretonne à Plestin-les-Grèves :

Extrait d’un brouillon de Keravel
(KLM12C104.27, Bibliothèque numérique du CRBC)

« Gourc’hemennou eta eo e kasan dit, pa glaskez sevel da wir hon hunvre deomp holl : eur skol vrezonek – ha breizat penn da benn. »

[Je te félicite donc d’essayer de réaliser notre rêve à tous : une école en langue bretonne, et entièrement bretonne.]

Source : KLM12C104.27 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Alors qu’il expérimente lui-même la mise en place de cours de breton dans son école de Landéda, dans le cadre de l’arrêté Carcopino1), Keravel est bien conscient du travail immense qui attend son ami Kerlann (pseudonyme de Jean Delalande, 1910-1969), l’instituteur en charge de ce projet. Les objectifs dépassent largement le cadre de l’arrêté de décembre 1941 : il ne s’agit pas d’1h30 de cours facultatifs de breton en dehors des heures de classe, mais de la mise en place d’un enseignement primaire entièrement en langue bretonne pour lequel tout reste à inventer :

« Gant eul labour a-bouez braz – ouspenn gant eul labour RAMZEL, gouzout a ran – eo e krogez eno. Eun dra kalonek ive. Ha d’it-te e vo an enor da zigeri ar c’henta skol vrezonek. Da vennad a zo kas da benn an dra a embregez, ouspenn, ha n’eo ket klask ober eun tammig taol-esa : sur e c’heller beza ec’h eus prientet mat an afer ha ne chomi ket berr. Staga gant eun dra evel-se a zo atao evel kemer eun hent dianav, hogen pa vezer pennek hag eun den-a-c’hred evel emaout, eun hent dianav, fors peger arvarus e c’hell beza mont gantañ, n’eo ket eun hent dall. »

[Tu vas démarrer là-bas un travail très important – plus que cela, un travail de GÉANT. Quelque chose de courageux aussi. Et c’est à toi que reviendra l’honneur d’ouvrir la première école en langue bretonne. Ta mission sera de mener à bien ce que tu entreprends, et il ne s’agit pas d’essayer de faire un petit essai : on peut être certain que tu as bien préparé cette affaire et que tu ne seras pas pris au dépourvu. Démarrer un tel projet c’est toujours comme prendre une route inconnue, mais quand on est têtu et homme de convictions comme tu l’es, une route inconnue, si tant est qu’il puisse être périlleux de la prendre, n’est pas une impasse.]

Source : KLM12C104.27 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Fin 1942, l’école de Plestin – Skol Blistin – a vu le jour et Kerlann s’y investira jusqu’en juin 1944.

Une amitié durable en dépit de divergences idéologiques

Amis de longue date, Keravel et Kerlann s’étaient rencontrés à l’école primaire supérieure – l’équivalent du collège actuel – à Brest dans les années 1920 et sont tous deux devenus instituteurs publics militant au sein d’Ar Falz dès sa création en 1933. À la suite de la mort de Yann Sohier en 1935, ils continuent de s’y investir fortement tous les deux et Kerlann en prend la direction jusqu’en 1939. Pendant la guerre, le mouvement est mis en sommeil, même si la correspondance entre les deux hommes montre que le souci de mobiliser des instituteurs favorables à l’enseignement du breton à l’école publique reste très présent, surtout chez Keravel, Kerlann étant plus investi, à son retour de captivité fin 1940, dans le PNB (Parti national breton) ou dans l’hebdomadaire L’Heure bretonne.

Le contexte de mise en place de l’école de Plestin est tout sauf anodin : alors que le mouvement breton fait le choix de la collaboration avec l’occupant, plusieurs projets voient le jour dans le courant de l’année 1941 comme la création de l’Institut celtique, la mise en place d’une nouvelle orthographe du breton,des émissions en breton à la radio2, de même qu’un effort de propagande sans précédent émanant du PNB, repris par Raymond Delaporte depuis décembre 19403. Bien que de dimension plus modeste, l’ouverture de l’école de Plestin s’inscrit dans cette série de réalisations. Le statut de l’école est assez incertain au moment de son ouverture ; il s’agit d’ailleurs d’un point sur lequel Keravel alerte Kerlann dès le début.

D’un point de vue plus personnel, pour Keravel et Kerlann, malgré une amitié de longue date, cette période met au jour des désaccords profonds entre les deux hommes, exprimés plus ou moins ouvertement tout au long de leur correspondance. Conservée dans les archives d’Armand Keravel (KLM12C104), ce dossier dont les dates extrêmes vont du 3 novembre 1939 au 2 juin 1944, se compose d’une quarantaine de documents, essentiellement des lettres de Kerlann et des brouillons de Keravel, ainsi que de quelques copies de lettres ponctuellement transmise par l’un ou l’autre et enfin d’une bio-bibliographie de Kerlann de sa naissance à l’année 1939, année de son mariage et de son installation à Saint-Guénolé-Penmarc’h (KLM12C104.23).

Extrait de la bio-bibliographie de Kerlann
(KLM12C104.23, Bibliothèque numérique du CRBC)

La première lettre date du 30 novembre 1939. À cette période, Kerlann est mobilisé sur le front du Rhin, il demande à Keravel des nouvelles de leurs connaissances communes et lui donne des nouvelles de sa famille et de ce que l’on a appelé depuis la « drôle de guerre » :

« Nous sommes en ligne, tout près du Rhin. Je suis sous-officier de renseignements et comme tel, je visite mes observatoires. L’un d’eux se trouve sur le bord du fleuve qui nous sépare de la rive allemande de sa largeur, 240 m à cet endroit. On voit des casemates, des camouflages et, de temps à autres, des soldats allemands en vert, bottés et casqués. On ne tire ni d’un côté ni de l’autre. Étrange ! »

Source : KLM12C104.1 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Suivent encore deux lettres de la même teneur en février 1940 :

« J’ai mon observatoire à deux kilomètres sur une crête et tous les hommes sont dans des trous pompeusement appelés “abris”. Il y a pas mal de canonnades mais jusqu’ici rien de sérieux du côté des Allemands. »

Source : KLM12C104.3 (Bibliothèque numérique du CRBC)

La lettre suivante date d’octobre 1940. Après avoir été fait prisonnier puis libéré, dans le cadre d’un accord entre les autorités allemandes et le PNB, sous l’impulsion d’Olier Mordrel4 notamment, Kerlann est de retour à Saint-Guénolé dans le pays Bigouden. Il continue ses échanges avec Keravel et la proximité qu’il entretient avec certains acteurs de l’Emsav comme Kerverziou ou Roparz Hemon par exemple, lui permet de tenir Keravel au courant des différents projets du mouvement breton pendant cette période :

Extrait d’une lettre de Kerlann à Keravel (KLM12C104.5, Bibliothèque numérique du CRBC)

« R. Hemon a skriv d’in lizerou berr-tre. E soñj-mañ dont eur yaouvez amañ, da gomz. Traou a-bouez a-bouez evit ar brezoneg ! A-benn eur miz pe zaou amañ e vo keleier nevez. Sekretour an Ensavadur”5 ( !?!), Kerverziou, a skriv d’in lizerou kalonekaus o lavarout, kentik pell, a-benn eun nebeut sizunveziou e vo traou nevez, urziou evit ar brezoneg er skoliou (de principe evel just ! met kement-se e vo atao, da staga). Gortozomp. N’hellan ket lavarout d’it hiroc’h a-zivout labouriou R. H., ken n’am bo gwelet anezañ. Ali oun ganit. D’am soñj sevel eur strollad saverien levriou-skol, ha neket labourat pep hini diouz e du. »

[R[oparz] Hemon m’écrit des lettres très courtes. Il a l’intention de venir ici un jeudi pour parler. Des choses importantes, très importantes pour le breton. D’ici un mois ou deux, il y aura des nouvelles. Le secrétaire de l’“Organisation”6(!?!), Kerverziou, m’écrit des lettres “encourageantes” disant que, d’ici peu, d’ici quelques semaines, il y aura des nouvelles, des ordres pour le breton à l’école (“de principe” bien sûr ! mais ce sera déjà ça, pour commencer). Attendons. Je ne peux pas t’en dire plus sur les activités de R[oparz] H[emon] tant que je ne l’aurais pas vu. Je suis d’accord avec toi. À mon avis, [il faudrait] créer un groupe de concepteurs de manuels scolaires, et ne pas travailler chacun de son côté.]

Source : KLM12C104.5 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Les deux hommes se retrouvent à occuper des positions idéologiques difficilement conciliables : Kerlann milite au PNB, contribue à L’Heure bretonne et accepte de participer à une commission pour la création de manuels scolaires au sujet de l’histoire de la Bretagne7 – il transmet une copie de la lettre d’invitation qu’il a reçue de Taldir Jaffrennou (KLM12C104.9) à Keravel – proposition à laquelle Kerlann dit avoir répondu positivement, sur suggestion de Roparz Hemon. Kerlann se fait également le porte-parole de Youenn Drezen qui sollicite la collaboration de Keravel au journal L’Heure bretonne. Keravel, de son côté, bien qu’ayant été membre du Parti autonomiste breton (PAB) et impliqué dans le mouvement ABES8 (Ar brezoneg er skol) de Yann Fouéré dans le cadre d’Ar Falz avant la guerre, refuse toutes ces propositions, tout comme il a refusé de devenir membre de l’Institut celtique (cf. billet sur la correspondance avec Adolphe Le Goaziou). Sa réponse à Drezen est conservée dans les archives :

« Respontet da Zrezen (kerzu 1940) hag a c’houlenne ganin kenlabourat d’an H. B. ! – Ne ouie ket c’hoaz moarvad piou a c’helled goulen seurt tra outan pe ket !…
… N’oun ket a-du ganeoc’h : n’eus digarez all. Falla hent a oa da zibab eo a zo bet dibabet gant paotred an H. B. evit digas pobl Breiz d’ar Vreiz nevez a glaskomp holl lakaat en he zav. Falla labour a oa d’ober er vro-mañ ez eo paotred an H. B. en em staget outañ. Falla tu da vont davet ar Bobl – Pobl Breiz – a zo kemeret. Ne fell ket din reiñ an dorn deoc’h el labour drastus a reer bremañ. Labourat a rin a galon vat evit ar Brezhoneg er Skoliou.

[Répondu à Drezen (décembre 1940) qui me demandait de collaborer à L’H[eure] b[retonne] ! Il ne savait sans doute pas encore à qui on pouvait demander une telle chose ou pas !…
… Je ne suis pas d’accord avec vous : il n’y a aucune autre raison. Les gars de L’H[eure] b[retonne] ont choisi le pire chemin qui existait pour amener le peuple de Bretagne à la nouvelle Bretagne que nous souhaitons tous mettre en place. Les gars de L’H[eure] b[retonne] se sont engagés dans le pire travail qu’il y avait à réaliser dans ce pays. Ils ont choisi le pire moyen pour essayer d’atteindre le Peuple – le Peuple breton. Je refuse de participer au travail désastreux qui est réalisé en ce moment. Je travaillerai de bon cœur pour le breton dans les écoles.]

Source : KLM12C104.11 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Dès la fin de l’année 1940, les désaccords entre Keravel et Kerlann sur l’attitude à adopter et les actions à menées sont donc manifestes. Ils continuent toutefois d’échanger des lettres, dont le contenu alterne entre nouvelles de leurs activités d’instituteurs, de leurs familles respectives, demandes de références de manuels scolaires et considérations sur le mouvement breton. Le contenu et la tonalité des échanges à ce sujet peuvent se révéler très directs :

« An Itron Jafrez a zo eun tamm re-daer ha re zibalamour met en taol-mañ e rankan anzav he deus lavaret soñj holl tud an Emzao war da benn. Ya ! Breizad treitour out evit an holl, diwar re a aon, neuze en em dennez gant digareziou evel derc’hel gant da vennoziou. Erfin, n’eus ket da gaout fiziañs ennout, nemet d’ar brezoneg e c’hellfes ober vad, marteze. Evit an holl enebourien – peogwir e tifennez ar yez, moarvat (ar bobl ne glask ket re a finesaou !) ez out eun Emrener kuzet –. Me gav d’in e welez reiz-tre menoziou an dud ez keñver, arabat d’it chala evit an eil rummad tud !!! Evit ar re genta te ’zo libr.

[Mme Jafrez est un peu trop rude et trop désinvolte, mais cette fois, je dois bien admettre qu’elle a dit ce que tous les membres l’Emzao pensent de toi. Oui ! Tu es un “Breton traître” pour tout le monde, comme tu as peur, tu prends pour prétexte de t’en tenir à tes idées. Il n’y a finalement aucune confiance à avoir en toi, peut-être pourrais-tu faire un peu de bien au breton. Pour tous les ennemis – sans doute parce que tu défends la langue (le peuple ne fait pas trop de finesses !) tu es un “Autonomiste caché”. Je pense que tu perçois très bien la manière dont les gens te considèrent, il ne faut pas t’inquiéter pour ce qui concerne la seconde catégorie de personnes !!! Pour la première, tu es “libre”.]

Source : KLM12C104.6 (Bibliothèque numérique du CRBC)

La période de la fin 1940 et du début 1941 marque également, pour tous les deux, des difficultés avec leur hiérarchie à l’Éducation nationale en raison de leurs activités militantes. Ils sont tous deux inspectés : Keravel et son épouse, tout d’abord, en décembre 1940, se retrouvent mutés d’office à Landéda pour raisons disciplinaires9 et on annonce à Kerlann une mutation dans la Nièvre en mars 1941. Il refuse, commence à songer à une éventuelle démission de l’Éducation nationale et à d’autres emplois qu’il pourrait occuper (KLM12C104.13). Il sera finalement nommé à Cléden-Cap-Sizun à partir de la rentrée scolaire 1941, il démissionnera un an plus tard dans le contexte de la création de skol Blistin.

Malgré ces désaccords, Keravel et Kerlann continuent de s’écrire et de se voir régulièrement : leur amitié de très longue date et leur militantisme commun au sein d’Ar Falz avant la guerre semblent dépasser leurs oppositions présentes. La figure de Yann Sohier plane d’ailleurs au-dessus de nombre de ces lettres : ils s’étaient mis d’accord, avant la création de la nouvelle orthographe de 1941, sur la nécessité d’éditer la méthode d’apprentissage de la lecture de Sohier Me a lenno : « … ha pa ve nemet en enor hag e koun da Yann Sohier eo ret hen embann » [« ne serait-ce qu’en l’honneur et qu’en mémoire de Yann Sohier, il faut l’éditer »] (lettre de Kerlann à Keravel, datée du 31 octobre 1940, KLM12C104.5). Au moment de la création de la nouvelle graphie « peurunvan » dans laquelle sera édité Me a lenno, Keravel écrit à Kerlann :

« Daoust da pez a lavarez ne gredan ket e vefe bet Sohier a-du ganeoc’h evit an doare-skriva nevez (nag evit kalz a draou all, ouspenn !). Hogen aner eo breutaat war eur gudenn evel hounnez. »

[Contrairement à ce que tu dis, je ne crois pas que Sohier aurait été d’accord avec vous pour la nouvelle “graphie” (ni pour beaucoup d’autre choses en plus !). Mais il est vain de débattre d’un problème comme celui-ci.]

Source : KLM12C104.18 (Bibliothèque numérique du CRBC)

La graphie du breton devient ainsi un point de cristallisation de leur opposition et à nouveau, la discussion franche est de mise entre Keravel et Kerlann :

« N’ouzon ket ma skrivo pe ma lavaro d’it an dra-se tud all : euzus eo da bennad-skrid gant ar skrivadur nevez-se, en H. B. ar sizhun-mañ. Sell mat outan adarre, ha barn da daol-esa didro ha gant gwirionded : eur VEZ n’eo ket ar Brezoneg(??) spontus-se [?] Lavarout a ri d’in eo dre n’omp ket boazet, pe dre m’oun a-enep da vat (de parti-pris). N’eo ket ; met gouzout mat a ran e sonjez-tre eveldon, en da ziabarz. Nemet e kav dit eo da zlead senti ! Senti ouz urziou piou ??… Lavaret peus d’in a-belec’h e teuent, an urziou-se. »

[Je ne sais pas si d’autres t’écriront ou te diront ceci : ton article avec cette graphie est horrible dans L’H[eure] b[retonne] cette semaine. Regarde-le à nouveau et juge ton coup d’essai franchement et en toute sincérité : ce “breton” (??) affreux n’est-il pas une HONTE ? Tu me diras que c’est parce que nous ne sommes pas habitués, ou que c’est parce que je suis de parti-pris. Non ; mais je sais qu’en ton for intérieur tu penses comme moi. Seulement tu penses qu’il est de ton devoir d’obéir ! Obéir aux ordres de qui ?? Tu m’as dit toi-même d’où ils tenaient ces ordres.]

Source : KLM12C104.22 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Quoiqu’il en soit, et malgré ces oppositions fortes et exprimées directement, les deux hommes continuent de correspondre et de beaucoup échanger sur des questions pédagogiques, d’autant plus au moment de l’ouverture de l’école de Plestin. Quand Kerlann doit tout mettre en place pour un enseignement intégralement en breton, Keravel lui offre immédiatement son aide.

Des réflexions pédagogiques

La correspondance rend compte de nombreuses discussions pédagogiques entre les deux instituteurs et de réflexions communes qui datent d’avant la période couverte par ce dossier de correspondance, probablement au moment de la fondation d’Ar Falz au milieu des années 1930.

Dans le brouillon de la lettre du 19 octobre 1942, après avoir félicité Kerlann, Keravel se lance dans des réflexions sur le mode d’enseignement à mettre en place à l’école de Plestin. Il évoque à plusieurs reprises « une école émancipée », « ur skol dishual ». Cette mention est une référence aux pratiques pédagogiques innovantes promues notamment par le pédagogue suisse Adolphe Ferrière10 (mentionné dans une lettre de Kerlann) ou encore par Célestin et Élise Freinet11. Keravel a écrit en 1933, au moment de la création d’Ar Falz, un article sur l’enseignement du breton paru dans la revue L’école émancipée, le bulletin du syndicat promouvant ces nouvelles pratiques pédagogiques et dans lesquelles il aurait souhaité voir s’inscrire l’enseignement des langues régionales.

Keravel fait des suggestions très concrètes concernant différents aspects pédagogiques et, en premier lieu, l’ameublement de la classe : contrairement à ce qui est généralement fourni dans les écoles communales (des tables pour 4 ou 5 élèves, ou de 2 élèves avec un banc inclus), il préconise des tables individuelles légères avec des chaises pliables, faciles à déplacer en fonction des activités, y compris en extérieur. Keravel estime également qu’avec 8 ou 10 élèves, Kerlann pourra appliquer des méthodes « nouvelles » (doareou « nevez ») à savoir :

  • appliquer la méthode globale pour l’apprentissage de la lecture ;
  • favoriser les compositions qui permettent aux élèves d’écrire « en toute liberté » (« e pep frankiz ») ;
  • alterner « l’enseignement collectif », les « enseignements individuels » à partir de fiches et le « travail en équipe » ;
  • ne pas donner de travail écrit aux plus jeunes ;
  • privilégier les activités manuelles en extérieur : jardinage, élevage de lapins…

Les conseils de Keravel illustrent l’influence de la pédagogie promue, notamment, par Célestin et Élise Freinet. Ceci est confirmé par des remarques de Kerlann qui aurait souhaité :

  • établir une correspondance avec une autre classe ;
  • se procurer une machine à écrire, afin de créer un journal de classe, probablement ;
  • créer une coopérative scolaire (KLM12C104.28).

D’un côté, on peut constater l’influence de ces pédagogues alternatifs sur Kerlann, de l’autre, on peut imaginer que cette expérience de Plestin s’inscrit dans un modèle d’apprentissage des langues régionales à l’école que Raymond Delaporte, notamment, avait pu observer lors de voyages en Irlande et au Pays de Galles à la fin de l’été 193812.

Pour mettre tout ceci au point, Keravel propose son aide à Kerlann :

L’enthousiasme en vue de l’ouverture de cette école en langue bretonne permettant toutes les libertés pédagogiques laisse assez vite place à une forme de désillusion. Celle-ci concerne le nombre d’élèves tout d’abord, la lettre de Kerlann du 8 décembre 1942 (KLM12C104.29) mentionne seulement 3 élèves, et même 2, Mikael (le fils de Kerlann) étant malade de la rougeole. Les deux autres élèves sont un frère et une sœur, Patrick (8 ans) qui lit le breton et Gaid (6 ans et demi) qui démarre l’école.

L’ordre de fermer une première fois l’école arrive en avril 1943 parce qu’elle n’a pas été déclarée. À la suite de cette première fermeture, le projet de l’école évolue : il ne s’agit plus d’enseigner en breton, mais d’apprendre le breton à des élèves qui ne le connaissent pas, l’avantage étant que le nombre d’élèves concernés est plus important que dans la formule précédente. Ces quelques élèves sont, pour la plupart, issus des familles des militants les plus radicaux.

Malgré une petite hausse du nombre d’élèves dans la classe, Kerlann exprime des regrets, notamment face à l’attitude de certains parents peu enthousiasmés par le projet, dans une lettre où l’on ressent un certain abattement et une demande de soutien de la part de son vieil ami :

« Eus ar skol vrezonek penn-da-benn n’am eus ket gellet sevel, am eus graet ur skol deskiñ brezhoneg. N’hellan ket lavarout n’ezan ket war raok. Abaoe digoridigezh ar skol e tesk ar c’hallegerion. Siouazh, ar paour kaezh brezhonegerien a chom da adchaokat ar frazennoù brezhonek plantet er re all a-hed an deiz. […] Setu e oa va soñj kentañ : “assimiler” ar re all ac’han da Nedeleg, en doare ma komprenint diwar neuze kentelioù brezhonek war bep tra gant displegadurioù e galleg a vare da vare. Petra soñjez eus an doare-se d’ober ? […] Un doare all a vije da ober : ober kentelioù zo e galleg hepken. Ar soñj-mañ avat ne blij ket nemeur din. Istor, douaroniezh, skiant natur h. a. … a garfen vijent e brezoneg. Pe blas reiñ d’ar yezh c’hallek avat rak ret e vo koulskoude d’ar vugale anaout yezhadur, skrivadurezh ar galleg. […] Erfin, mignon ker, emaon evel un den er vrumenn, dre wall Breizhiz o unan. Med ne servij ket klemm. Graet e vo gant ar pezh ez eus, ar pezh a c’hellor ober. Nemet da alioù eveljust a vije prizius, ha da skoazell konfortus meurbet. »

[De l’école entièrement en breton, que je n’ai pas réussi à monter, j’ai fait une école pour apprendre le breton. Je ne peux pas dire que je n’avance pas. Les francophones font des progrès depuis l’ouverture de l’école. Hélas, les pauvres bretonnants restent à radoter les phrases en breton rabâchées aux autres à longueur de journée. […] Voici ma première idée : “assimiler” les autres d’ici Noël, afin qu’ils comprennent dès lors les leçons en breton avec quelques explications en français de temps en temps. Que penses-tu de cette manière de faire ? […] Une autre solution serait de faire certaines leçons en français uniquement. Cette idée ne me plaît pas du tout. J’aimerais que l’histoire, la géographie et les sciences naturelles se fassent en breton. Quelle place pourtant donner au français, parce qu’il faudra bien que les enfants connaissent la grammaire et l’orthographe du français. Enfin, cher ami, je suis comme un homme dans la brume à cause de mauvais Bretons eux-mêmes. Mais il ne sert à rien de se plaindre. On fera ce que l’on peut avec ce que l’on a. Tes conseils me seraient très précieux et ton soutien très réconfortant.]

Source : KLM12C104.38 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Quel avenir pour Ar Falz ?

Du côté du mouvement pour l’enseignement du breton à l’école, si Ar Falz, est en sommeil depuis 1939, en décembre 1942 paraît le premier numéro d’une nouvelle revue, An Eost, pilotée par Joseph Martray, alors délégué régional-adjoint du Secrétariat général à la jeunesse. La publication se présente comme Le cahier de liaison des instituteurs publics de Bretagne et entend « enseigner [aux] maîtres eux-mêmes pour réveiller en eux, une sorte de conscience bretonne, et leur montrer comment s’y prendre pour enseigner le breton à leurs élèves13 ». Kerlann tout comme Keravel s’étonnent d’avoir été tenus à l’écart de cette initiative, d’autant plus que le premier numéro comprend un hommage à Yann Sohier et que l’épouse de ce dernier contribue régulièrement au bulletin. Alors que Kerlann finit par s’abonner à An Eost, Keravel lui signifie qu’il restera sur ce qui était leur position initiale : le refus de s’abonner et encore plus, d’y contribuer.

Pour Ar Falz, Kerlann continue de signaler à Keravel des enseignants favorables au breton ou qui mettent en place, comme lui, des cours dans le cadre de l’arrêté Carcopino de 1941. Ils ne semblent pas nombreux, mais on peut considérer que Keravel est en train de tenter de reconstituer un réseau d’enseignants qu’il s’agira de remobiliser après-guerre.

C’est, en définitive, sur l’avenir et le positionnement politique d’Ar Falz que la rupture va se marquer entre les deux hommes. Il y a dans le dossier des archives, plusieurs brouillons de Keravel, en breton comme en français, non datés précisément, mais datant vraisemblablement de la fin de l’année 1943 et du début de l’année 1944. Comme souvent, chez Keravel, l’accumulation de brouillons conservés témoigne d’un sujet d’une grande importance pour lui, en l’occurrence, la relance d’Ar Falz après-guerre. Keravel fait ici le choix de la franchise et du français pour s’adresser à Kerlann :

« Je suis donc de ceux qui te considèrent [depuis longtemps] comme un démissionnaire de fait d’Ar Falz, j’aurai aimé, étant donné la vieille amitié entre nous, préféré te voir (et depuis longtemps déjà) ta démission et donc du poste de responsable du Bulletin fondé par Sohier. Il découle de là que lorsque Ar Falz sera reconstitué nous reconstituerons Ar Falz, il le sera non seulement sans ton appui, mais sans ton avis. Si je t’avise de te dis cela ce n’est pas pour le vain plaisir de te peiner, mais simplement pour clarifier la situation qui est demeurée confuse (du moins entre nous) depuis trop longtemps. […] Je croyais que tu aurais bien compris ce que je voulais te suggérer, à savoir : que tu donnes ta démission d’Ar Falz. Tu n’as pas voulu compris de quoi il s’agissait ou pas voulu comprendre ma question : peu importe, cela ne change rien à rien. J’aurais pourtant préféré que tu saisisses bien que désormais il t’était impossible de reprendre la charge qui a été la tienne entre 1935 et 1939. Tant pis ! Depuis 1940, tu as pris une attitude position qui va tout à l’opposé de la politique des idées sociales défendues par Ar Falz depuis sa naissance en 1933. Ar Falz, quand il ressuscitera après la Tourmente ne doit pas se voir reprocher l’attitude de ses anciens militants qui ont marché [il manque ici une partie du texte]… Certes, je savais très bien que tu tenais davantage à l’intérêt breton de Falz qu’aux idées prolétariennes sur lesquelles Sohier et moi-même avions décidé de “basé” nos revendications bretonnes. Je te croyais pourtant au moins vaguement acquis à ces idées, par préférence aux autres et aussi par opposition à la tendance bretonne fasciste des Breiz Atao. »

Source : KLM12C104.33 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Pour Keravel, il est clair qu’après la guerre, Ar Falz, doit se relancer et marquer une distance claire avec la collaboration, ceci passant notamment par une démission de Kerlann. Ainsi, dès 1945, paraît un nouveau numéro du bulletin qui affirme que « son nom ne fut EN RIEN mêlé à toute cette agitation menée quatre années durant, sous couvert ‘‘d’action bretonne’’, par quelques dizaines de malheureux (ou de misérables, comme on voudra) sous la tutélaire protection de leurs amis hitlériens14 ».

Sans pouvoir affirmer qu’il s’agit d’une ultime lettre, un autre brouillon, en breton cette fois, semble clore ce dossier, mais aussi, la relation d’amitié de plus de 20 ans entre les deux hommes, malgré l’affection que Keravel continue pourtant de porter à Kerlann :

« Abell zo e ouiez pez a zonjan eus ar mennoziou politikel breizek a zo deuet da veza d’ar re-te abaoe 1940, ha pegement a geuz em eus bet o welet ac’hanout o tont da vezañ eun “den kollet” en amzer dazont evit emzao ar Brezoneg, hag evit ar Falz dreistholl. Kredi a ran ez out eun den leal, un den a c’hred hag a feiz (kement-se a ouiez ive) ; hag eun hent dall eo ac’h eus kemeret, da heul eur guchennig Bretonad all, – ha dreistholl eun hent fall, fall meurbet, eun hent ma n’haller ket distrei diwarnan avat. »

[Tu sais depuis longtemps ce que je pense des idées politiques bretonnes qui sont devenues les tiennes depuis 1940, et combien j’ai eu du regret de voir que tu étais devenu un “homme perdu” pour l’avenir du militantisme pour le breton et pour Ar Falz surtout. Je crois que tu es un homme loyal, un homme de conviction et un homme de foi (ce que tu sais aussi) ; et c’est une impasse que tu as prise avec une poignée d’autres Bretons – et surtout une mauvaise route, très mauvaise, une route sur laquelle on ne peut faire marche arrière.]

Source : KLM12C104.41 (Bibliothèque numérique du CRBC)

Après la guerre, Kerlann est condamné à l’indignité nationale et s’installe en région parisienne. Keravel va devenir le maître d’œuvre de la remise en route d’Ar Falz et va rester à la tête du mouvement jusqu’en 1972. À partir du milieu des années 1950, il fait le choix de se rapprocher des militants linguistiques occitans. À Robert Lafont qui l’interroge sur Kerlann, Keravel répond dans une lettre datée du 2 juin 1959 conservée au CIRDOC (médiathèque occitane à Béziers) :

« Kerlann était le directeur d’Ar Falz avant la guerre ; mon meilleur ami autrefois ; a viré pendant la guerre mais c’est un brave gars. »

Source : Cirdoc – LAF-O-45-A-00049

Merci aux ayants droit d’Armand Keravel et de Jean Delalande-Kerlann d’avoir accepté la mise en ligne de cette correspondance sur la bibliothèque numérique du CRBC.

Merci à Michel Oiry pour les éléments biographiques sur Armand Keravel et à Sébastien Carney pour sa relecture et ses informations précieuses sur le contexte de cette correspondance.

  1. Arrêté du 24 décembre 1941 autorisant, dans le cadre de l’enseignement primaire, la mise en place de cours facultatifs de certaines langues régionales à raison d’1h30 par semaine en dehors des heures de classe (l’arrêté en accessible en ligne []
  2. Ronan Calvez, La radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de la Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes-CRBC, 2000. []
  3. Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 416-418 []
  4. Sébastien Carney, Breiz Atao !… Ibid., p. 390. []
  5. Kerlann fait probablement mention ici de ce qui s’appellera peu après l’Institut celtique, Framm keltiek en breton. []
  6. Voir note ci-dessus. []
  7. Sur cette commission, voir Sébastien Carney, « Le roman national des nationalistes bretons (1921-aujourd’hui) », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, à paraître. []
  8. Voir Sébastien Carney, Breiz Atao !, op. cit., p. 255-262. []
  9. Sur les circonstances de cette mutation, voir Sébastien Carney, ibid., p. 420-421. []
  10. Annick Raymond, « L’éducation naturelle : une idée centrale mais controversée dans les congrès de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle (1921-1936) », Carrefours de l’éducation, 2011/1 (n° 31), p. 41-60. DOI : 10.3917/cdle.031.0041. []
  11. Voir Emmanuel Saint-Fuscien, Célestin Freinet. Un pédagogue en guerres 1914-1945, Paris, Perrin, coll. « Hors collection », 2017 et Baptiste Jacomino, « Célestin Freinet : Faire pour apprendre », dans Martine Fournier (dir.), Les Grands Penseurs de l’éducation, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, coll. « Petite bibliothèque », 2018. []
  12. Voir Sébastien Carney, Breiz Atao !, op. cit., p. 325. []
  13. Présentation d’An Eost dans le périodique Arvor, cité par Fabrice Marzin, « L’engagement breton de Joseph Martray », dans Luc Capdevila et Patrick Harismendy (dir.), L’engagement et l’émancipation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, accessible en ligne https://books.openedition.org/pur/90630, consulté le 11 avril 2022. []
  14. « “Ar Falz” reparaît », Ar Falz, n° 1, 3e trimestre 1945, p. 1, cité par Sébastien Carney, « Le mouvement breton au miroir de son historiographie », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], n° 123-2, 2016, consulté le 11 avril 2022. []

Robert Lafont et la pédagogie au sein de l’Institut d’études occitanes (IEO)*

La diversité des sujets auxquels Robert Lafont s’est intéressé, de la littérature à la sociolinguistique en passant par la politique, font souvent oublier qu’il a aussi été un pédagogue et un militant particulièrement actif en faveur de l’enseignement de l’occitan. Et, de fait, après un passage rapide dans l’administration préfectorale à la Libération, c’est bien une carrière d’enseignant qu’il a débutée à la fin des années 1940. Plus encore, dès ses débuts dans l’Éducation nationale, en tant qu’enseignant de lettres dans le secondaire, Robert Lafont a commencé à élaborer une réflexion sur les objectifs de l’enseignement de l’occitan ; enseignement qu’il a mis en place dès qu’il l’a pu là où il exerçait, en dehors à l’époque de tout cadre légal et dans un cadre règlementaire flou et, pour tout dire, quasi-inexistant. C’est cette précarité de l’enseignement de l’occitan, dans le secondaire où Lafont enseignait alors, comme dans le primaire, qui rendit plus aigu le besoin d’une réflexion approfondie sur sa mise en place et ses objectifs. À un moment où l’occitanisme se refondait sur de nouvelles bases après les années sombres de la guerre, où le constat du recul de la langue commençait à émerger et où une nouvelle génération de militants, pour beaucoup enseignants, prenait une part importante à l’administration de l’Institut d’études occitanes (IEO), il était temps d’apporter à l’occitanisme une réflexion novatrice en matière de pédagogie.

Continuer la lecture

« Ma conviction est que tout l’enseignement, celui du français en particulier, bénéficie de l’étude du breton, que celle-ci met la classe plus proche de la vie… »

Rapport sur le cours facultatif de langue bretonne de Landéda (année scolaire 1942-1943)

L’ensemble de ce rapport est accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC (KLM118C403.1)

Brouillon de la lettre datée du 10 octobre 1943 accompagnant le rapport

Le 10 octobre 1943, Armand Keravel transmet à l’inspecteur d’académie un rapport daté du 1er octobre 1943 où il fait le bilan des cours de breton qu’il a donnés durant l’année scolaire 1942-1943. Ce cours, comme celui qu’il a assuré l’année scolaire précédente, a été rendu possible par l’arrêté Carcopino du 24 décembre 1941 autorisant à « organiser dans les locaux scolaires, en dehors des heures de classe, des cours facultatifs de langue dialectale (langues basque, bretonne, flamande, provençale…), dont la durée ne devra pas excéder une heure et demie par semaine ».

Continuer la lecture

Le reconditionnement, l’inventaire, le catalogage, l’indexation, la numérisation et la mise en ligne des lettres de Keravel à Lafont

Le traitement du fonds 

Le fonds Robert Lafont a été déposé au CIRDOC – Institut occitan de cultura en 2013 par legs, il représente 20 mètres linéaires d’archives, dont 9 mètres linéaires de correspondance, soit 23 712 lettres avec 3 463 correspondants. 

Depuis 2016, la subvention rétroconversion Calames de l’ABES attribuée quatre années de suite a permis d’engager des vacataires chargés de reconditionner, d’inventorier et de signaler dans Calames toutes ces lettres et documents joints. 

On trouve dans ce fonds (cote LAF O/45) 430 lettres d’Armand Keravel datées de 1952 à 1984. 

Continuer la lecture

« Vous arrivez à un moment où le papier est introuvable » : les petits éditeurs bretons sous l’occupation

    La correspondance entre Armand Keravel et Adolphe Le Goaziou, éditeur et libraire quimpérois, est relativement courte, surtout par rapport à d’autres dossiers de correspondance du fonds Keravel-Le Mercier. Elle comprend huit lettres et s’étend d’octobre 1941 à août 1942. La lettre de Le Goaziou qui ouvre le dossier, cotée KLM13C143.1, est envoyée en réponse à un premier billet de Keravel lui demandant le prêt d’un ouvrage de vocabulaire. Nous ne conservons pas ce document, et les lettres que s’échangent ensuite les deux hommes quittent rapidement le sujet premier, qui semble presque un prétexte pour établir une relation. Le Goaziou et Keravel ont en effet de nombreuses choses en commun : leur amitié pour Fañch Gourvil, dont l’emprisonnement en 1942 fait l’objet de plusieurs lignes, leur position vis-à-vis de la langue bretonne et leur engagement pour défendre son enseignement. 

Pour Keravel, pendant la guerre et la mise en veille d’Ar Falz, cet engagement s’exprime directement par son activité d’instituteur. Il s’efforce d’enrichir ses leçons en composant les manuels scolaires qui lui manquent, notamment une anthologie de littérature bretonne qui doit servir comme manuel de lecture à ses élèves, et qu’il espère pouvoir faire publier par Le Goaziou. Mais l’enthousiasme des deux hommes se confronte à un obstacle de taille : 

Edition – J’avais répondu à Fanch Gourvil qui m’avait parlé de votre projet que je serais très heureux d’envisager la publication de votre Pennadou-Lenn. Mais vous arrivez à un moment où le papier est introuvable. 

[Extrait de la lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 13 avril 1942, KLM13C143.3]
Continuer la lecture

« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique, vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

La correspondance Armand Keravel – Adolphe Le Goaziou (1941-1942)

En-tête de l’imprimerie Le Goaziou (Quimper)

Adolphe Le Goaziou est né à Morlaix en 1886. A partir de 1919, il devient libraire-imprimeur à Quimper et c’est dans la période tourmentée de la Seconde Guerre mondiale qu’il commence à échanger avec Armand Keravel. Ce dernier, à l’époque instituteur à Landéda, prend contact avec l’imprimeur à l’automne 1941 afin de faire publier un recueil de morceaux choisis à destination de ses élèves bretonnants. 

La correspondance entre les deux hommes, conservée dans le fonds Keravel, se compose d’une série de 8 lettres écrites par Adolphe Le Goaziou entre le 21 octobre 1941 et le 4 novembre 1942, seul un brouillon d’Armand Keravel a été conservé.

Le premier contact entre eux se fait en octobre 1941 par un premier courrier de Keravel. L’Institut celtique vient tout juste d’être créé, et les deux hommes ont tous deux refusé d’en faire partie. Même s’ils ne se connaissent pas personnellement, ceci crée, dès lors, une complicité, confortée par une connaissance commune : Francis Gourvil.

« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 21 octobre 1941 (KLM13C143.1)
Continuer la lecture

Point d’étape du projet REBELLE

Les inventaires réalisés dans le cadre du projet REBELLE-Collex (fonds Pierre-Jakez Hélias, fonds Armand Keravel – André Le Mercier (Emgleo Breiz) et le fonds Francis Éven) ont été publiés sur CRBC Dataset, un entrepôt de données tabulaires du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), permettant ainsi des recherches croisées entre ces trois instruments de recherche et vingt-cinq autres instruments de recherche de fonds d’archives conservés au CRBC.

Continuer la lecture

Le paradoxe de la rature : faut-il publier les brouillons ?

La correspondance entre Armand Keravel et Anne-Marie Stockmans-Malmanche, fille du dramaturge Tanguy Malmanche, fait partie du dossier qui a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique dans le cadre du projet REBELLE-CollEx. Cet échange, qui s’étend d’avril à décembre 1972, a pour objet l’édition et la publication posthume d’une anthologie rassemblant les œuvres littéraires de Malmanche, suivant les vœux qu’il avait exprimés de son vivant.

Continuer la lecture

« Nous sommes certains de nous entendre… » La correspondance entre Armand Keravel et Tanguy Malmanche entre 1949 et 1952

(Citation1 et correspondance accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC)

Croquis de Tanguy Malmanche pour la couverture de l’un des volumes2
Traduction : Œuvre théâtrale complète / Édition complète et close en quatre volumes avec notes et explications / Volume II / Gurvan / Les Païens
Continuer la lecture
  1. Extrait de la lettre KLM11C39, fonds Armand Keravel, CRBC. []
  2. Extrait de la lettre KLM11C40, fonds Armand Keravel, CRBC. []

Lettres d’Armand Keravel à Robert Lafont et Pierre Lagarde

On trouve dans le fonds Robert Lafont conservé au CIRDOC-Institut occitan de cultura 430 lettres d’Armand Keravel datées de 1952 à 1984. Le fonds Pierre Lagarde contient lui aussi un certain nombre de lettres d’Armand Keravel. Ce fonds n’étant pas encore entièrement classé, on ne dispose pas encore de leur nombre exact. Elles seront néanmoins indexées et numérisées au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Continuer la lecture

Robert Lafont (1923-2009)

Dans le cadre du projet REBELLE-CollEx , le CRBC travaille en partenariat avec le CIRDOC (Centre International de Recherche et de Documentation Occitanes – Institut Occitan de Cultura) afin d’étudier et numériser la correspondance d’Armand Keravel, qui a notamment été en relation avec Robert Lafont dans le cadre de mouvements de défense des langues régionales.

Le CIRDOC – Institut occitan de cultura est l’organisme public à vocation nationale et internationale chargé de la sauvegarde, de la connaissance et de la promotion de la culture occitane. Le fonds d’archives de Robert Lafont y est conservé. La biographie présentée ci-dessous est tirée de la présentation du fonds d’archives réalisée par l’établissement.

Qui était Robert Lafont ?

Portrait de Robert Lafont
Robert Lafont au colloque Jean Boudou 1920-1975 à Naucelle, 1985 (fonds Robert Lafont (LAF),CIRDOC)
Continuer la lecture

Point d’étape du projet REBELLE

Le projet de numérisation REBELLE « République locale des lettres – Analyse du fonctionnement du jeu littéraire en Bretagne entre 1946 et 1977 » a pour objectif d’étudier les réseaux de sociabilités existant dans le champ littéraire breton de la seconde moitié du XXe siècle. Les sources de ces analyses sont majoritairement des documents d’archives prouvant ces sociabilités, comme de la correspondance ou des comptes-rendus d’événements (réunions, rencontres, etc).

Dans ce carnet, il a été longuement question des archives en elles-mêmes, de leur gestion à leur description en passant par leur communication. Ces réflexions se menaient en parallèle d’un travail de reprise des inventaires d’archives, afin d’assurer une description plus pertinente et cohérente des fonds et donc des documents pris en compte par le projet de recherche.

Ce travail ayant pu être mené sur quelques fonds conservés ou numérisés par le CRBC, le projet a initié en 2020 une nouvelle étape : la sélection et la numérisation de documents témoignant de ces réseaux de sociabilités.

Continuer la lecture

Nuance d’archives: conserver ou préserver?

La conservation de documents est l’une des finalités du travail de l’archiviste, à la suite de la collecte et du classement des documents. Il est donc courant d’entendre ce terme lorsqu’il est question d’archives.

Pour autant, cette terminologie peut se révéler trompeuse. Car la conservation implique  en soi le maintien d’un élément dans un état constant et précis. Or, dans le cadre de la conservation du patrimoine archivistique, les archivistes ne travaillent pas tant à conserver définitivement un document qu’ils ne cherchent à le préserver – par diverses actions majoritairement préventives – , de causes pouvant mener à sa détérioration.

Continuer la lecture

Nuance d’archives : communiquer et diffuser

Dans la continuité de notre série d’articles sur la numérisation de documents d’archives, une nuance intéressante à aborder est celle entre la communication et la diffusion des archives. Il s’agit en effet d’une nuance qui a pris toute son importance avec le développement des technologies numériques, qui ont permis de partager des contenus et des données à des échelles encore jamais pensées.

Communiquer et diffuser : une même optique pour deux portées

La communication est un des piliers de l’archivistique. 

L’ensemble du travail mené par l’archiviste, de la collecte des fonds à leur classement, a pour but la communication et l’accès à qui en fait la demande à des documents uniques, permettant d’apporter un éclairage sur des événements et des pratiques passées. A l’origine, la communication en archives était la mise à disposition des archives au public en fonction de la communicabilité des documents, au sein de salles de consultation définies ou lors d’expositions.

Continuer la lecture