« Vous arrivez à un moment où le papier est introuvable » : les petits éditeurs bretons sous l’occupation

    La correspondance entre Armand Keravel et Adolphe Le Goaziou, éditeur et libraire quimpérois, est relativement courte, surtout par rapport à d’autres dossiers de correspondance du fonds Keravel-Le Mercier. Elle comprend huit lettres et s’étend d’octobre 1941 à août 1942. La lettre de Le Goaziou qui ouvre le dossier, cotée KLM13C143.1, est envoyée en réponse à un premier billet de Keravel lui demandant le prêt d’un ouvrage de vocabulaire. Nous ne conservons pas ce document, et les lettres que s’échangent ensuite les deux hommes quittent rapidement le sujet premier, qui semble presque un prétexte pour établir une relation. Le Goaziou et Keravel ont en effet de nombreuses choses en commun : leur amitié pour Fañch Gourvil, dont l’emprisonnement en 1942 fait l’objet de plusieurs lignes, leur position vis-à-vis de la langue bretonne et leur engagement pour défendre son enseignement. 

Pour Keravel, pendant la guerre et la mise en veille d’Ar Falz, cet engagement s’exprime directement par son activité d’instituteur. Il s’efforce d’enrichir ses leçons en composant les manuels scolaires qui lui manquent, notamment une anthologie de littérature bretonne qui doit servir comme manuel de lecture à ses élèves, et qu’il espère pouvoir faire publier par Le Goaziou. Mais l’enthousiasme des deux hommes se confronte à un obstacle de taille : 

Edition – J’avais répondu à Fanch Gourvil qui m’avait parlé de votre projet que je serais très heureux d’envisager la publication de votre Pennadou-Lenn. Mais vous arrivez à un moment où le papier est introuvable. 

[Extrait de la lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 13 avril 1942, KLM13C143.3]
Continuer la lecture

« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique, vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

La correspondance Armand Keravel – Adolphe Le Goaziou (1941-1942)

En-tête de l’imprimerie Le Goaziou (Quimper)

Adolphe Le Goaziou est né à Morlaix en 1886. A partir de 1919, il devient libraire-imprimeur à Quimper et c’est dans la période tourmentée de la Seconde Guerre mondiale qu’il commence à échanger avec Armand Keravel. Ce dernier, à l’époque instituteur à Landéda, prend contact avec l’imprimeur à l’automne 1941 afin de faire publier un recueil de morceaux choisis à destination de ses élèves bretonnants. 

La correspondance entre les deux hommes, conservée dans le fonds Keravel, se compose d’une série de 8 lettres écrites par Adolphe Le Goaziou entre le 21 octobre 1941 et le 4 novembre 1942, seul un brouillon d’Armand Keravel a été conservé.

Le premier contact entre eux se fait en octobre 1941 par un premier courrier de Keravel. L’Institut celtique vient tout juste d’être créé, et les deux hommes ont tous deux refusé d’en faire partie. Même s’ils ne se connaissent pas personnellement, ceci crée, dès lors, une complicité, confortée par une connaissance commune : Francis Gourvil.

« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 21 octobre 1941 (KLM13C143.1)
Continuer la lecture

Point d’étape du projet REBELLE

Les inventaires réalisés dans le cadre du projet REBELLE-Collex (fonds Pierre-Jakez Hélias, fonds Armand Keravel – André Le Mercier (Emgleo Breiz) et le fonds Francis Éven) ont été publiés sur CRBC Dataset, un entrepôt de données tabulaires du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), permettant ainsi des recherches croisées entre ces trois instruments de recherche et vingt-cinq autres instruments de recherche de fonds d’archives conservés au CRBC.

Continuer la lecture

Le paradoxe de la rature : faut-il publier les brouillons ?

La correspondance entre Armand Keravel et Anne-Marie Stockmans-Malmanche, fille du dramaturge Tanguy Malmanche, fait partie du dossier qui a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique dans le cadre du projet REBELLE-CollEx. Cet échange, qui s’étend d’avril à décembre 1972, a pour objet l’édition et la publication posthume d’une anthologie rassemblant les œuvres littéraires de Malmanche, suivant les vœux qu’il avait exprimés de son vivant.

Continuer la lecture

« Nous sommes certains de nous entendre… » La correspondance entre Armand Keravel et Tanguy Malmanche entre 1949 et 1952

(Citation1 et correspondance accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC)

Croquis de Tanguy Malmanche pour la couverture de l’un des volumes2
Traduction : Œuvre théâtrale complète / Édition complète et close en quatre volumes avec notes et explications / Volume II / Gurvan / Les Païens
Continuer la lecture
  1. Extrait de la lettre KLM11C39, fonds Armand Keravel, CRBC. []
  2. Extrait de la lettre KLM11C40, fonds Armand Keravel, CRBC. []

Lettres d’Armand Keravel à Robert Lafont et Pierre Lagarde

On trouve dans le fonds Robert Lafont conservé au CIRDOC-Institut occitan de cultura 430 lettres d’Armand Keravel datées de 1952 à 1984. Le fonds Pierre Lagarde contient lui aussi un certain nombre de lettres d’Armand Keravel. Ce fonds n’étant pas encore entièrement classé, on ne dispose pas encore de leur nombre exact. Elles seront néanmoins indexées et numérisées au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Continuer la lecture

Robert Lafont (1923-2009)

Dans le cadre du projet REBELLE-CollEx , le CRBC travaille en partenariat avec le CIRDOC (Centre International de Recherche et de Documentation Occitanes – Institut Occitan de Cultura) afin d’étudier et numériser la correspondance d’Armand Keravel, qui a notamment été en relation avec Robert Lafont dans le cadre de mouvements de défense des langues régionales.

Le CIRDOC – Institut occitan de cultura est l’organisme public à vocation nationale et internationale chargé de la sauvegarde, de la connaissance et de la promotion de la culture occitane. Le fonds d’archives de Robert Lafont y est conservé. La biographie présentée ci-dessous est tirée de la présentation du fonds d’archives réalisée par l’établissement.

Qui était Robert Lafont ?

Portrait de Robert Lafont
Robert Lafont au colloque Jean Boudou 1920-1975 à Naucelle, 1985 (fonds Robert Lafont (LAF),CIRDOC)
Continuer la lecture

Point d’étape du projet REBELLE

Le projet de numérisation REBELLE « République locale des lettres – Analyse du fonctionnement du jeu littéraire en Bretagne entre 1946 et 1977 » a pour objectif d’étudier les réseaux de sociabilités existant dans le champ littéraire breton de la seconde moitié du XXe siècle. Les sources de ces analyses sont majoritairement des documents d’archives prouvant ces sociabilités, comme de la correspondance ou des comptes-rendus d’événements (réunions, rencontres, etc).

Dans ce carnet, il a été longuement question des archives en elles-mêmes, de leur gestion à leur description en passant par leur communication. Ces réflexions se menaient en parallèle d’un travail de reprise des inventaires d’archives, afin d’assurer une description plus pertinente et cohérente des fonds et donc des documents pris en compte par le projet de recherche.

Ce travail ayant pu être mené sur quelques fonds conservés ou numérisés par le CRBC, le projet a initié en 2020 une nouvelle étape : la sélection et la numérisation de documents témoignant de ces réseaux de sociabilités.

Continuer la lecture

Nuance d’archives: conserver ou préserver?

La conservation de documents est l’une des finalités du travail de l’archiviste, à la suite de la collecte et du classement des documents. Il est donc courant d’entendre ce terme lorsqu’il est question d’archives.

Pour autant, cette terminologie peut se révéler trompeuse. Car la conservation implique  en soi le maintien d’un élément dans un état constant et précis. Or, dans le cadre de la conservation du patrimoine archivistique, les archivistes ne travaillent pas tant à conserver définitivement un document qu’ils ne cherchent à le préserver – par diverses actions majoritairement préventives – , de causes pouvant mener à sa détérioration.

Continuer la lecture

Nuance d’archives : communiquer et diffuser

Dans la continuité de notre série d’articles sur la numérisation de documents d’archives, une nuance intéressante à aborder est celle entre la communication et la diffusion des archives. Il s’agit en effet d’une nuance qui a pris toute son importance avec le développement des technologies numériques, qui ont permis de partager des contenus et des données à des échelles encore jamais pensées.

Communiquer et diffuser : une même optique pour deux portées

La communication est un des piliers de l’archivistique. 

L’ensemble du travail mené par l’archiviste, de la collecte des fonds à leur classement, a pour but la communication et l’accès à qui en fait la demande à des documents uniques, permettant d’apporter un éclairage sur des événements et des pratiques passées. A l’origine, la communication en archives était la mise à disposition des archives au public en fonction de la communicabilité des documents, au sein de salles de consultation définies ou lors d’expositions.

Continuer la lecture

Numérisez, conservez…documentez!

Les archives ont été sélectionnées, la numérisation a été réalisée et vérifiée, les fichiers ont été sauvegardés dans une optique de conservation sur le temps long…et ensuite ? Les mettre en ligne ?

Si cela peut paraître aisé, la réalité cache encore une fois des subtilités : car le fichier numérique doit être un minimum documenté pour être accessible dans le vaste espace de l’internet.

Continuer la lecture

Quelles solutions pour conserver des fichiers numériques ?

Nous l’avons vu, les fichiers numériques représentent un grand défi pour les institutions prenant en charge des archives, autant dans la garantie d’un accès au fichier lui-même qu’à son contenu. Des pistes sont étudiées pour dépasser les problématiques du numérique, et nous allons en voir quelques unes. 

Continuer la lecture

Conserver des fichiers numériques: est-ce possible?

Dans le cadre de la numérisation d’archives, la création d’un fichier maître mais aussi de fichiers secondaires implique des ressources informatiques importantes pour gérer ces fichiers. Et elles ne sont pas à négliger lorsqu’il est envisagé une conservation sur le temps long des fichiers en question. Mais à quelle conservation pensons-nous dans ce cadre?

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’une numérisation de qualité?

Lorsqu’une archive est numérisée, le fichier obtenu est le plus souvent une image numérique (nous n’aborderons pas ici les archives sonores ou audiovisuelles en particulier, qui connaissent leurs propres défis). Sans rentrer dans sa composition même, quelques paramètres permettent de contrôler la qualité de l’image obtenue. 

Continuer la lecture