L’accessibilité des archives

La crise sanitaire que traverse le monde en ce moment a eu des conséquences importantes sur le monde des archives, notamment par l’impossibilité d’accueillir du public et de donner accès à des documents conservés dans des institutions fermées. La période de confinement qu’a connu l’Université de Bretagne Occidentale et le Centre de recherche bretonne et celtique a mis en relief un problème latent au sein des institutions conservant des fonds d’archives: l’accessibilité aux fonds. Et alors que les services et les institutions conservant des archives rouvrent leurs portes, la question de l’accessibilité concrète aux archives se pose comme celle de la réelle ouverture de ces services au public


Le Centre de Recherche bretonne et celtique possède en 2020 plus d’une centaine de fonds d’archives émanant de personnes morales ou physiques privées (non dépendant des institutions de l’état). Ces fonds sont composés de documents allant de parchemins du XVème siècle à des enregistrements sonores de la fin des années 1990 ( en sachant que la majorité des fonds est sur support papier).  

Au CRBC, les fonds d’archives peuvent être consultés sur rendez-vous et sur demande, motivée, auprès du directeur du centre. Les fonds d’archives sont, en théorie, accessibles à tous.

Mais qu’en est-il de l’accès aux fonds, en pratique? 

Tout d’abord, certains fonds sont l’objet de restrictions légales, imposées par leurs propriétaires ou par les codes de loi. Le CRBC peut être acquéreur ou simplement conservateur des fonds d’archives. Dans le second cas, les propriétaires des fonds peuvent émettre des demandes relatives au traitement et à l’ouverture du fonds au sein du CRBC. Les services conservant des fonds en dépôts cherchent généralement à limiter au mieux les restrictions de communication, car elles complexifient souvent le travail autour du fonds, mais ne peuvent totalement les interdire. Le CRBC lui-même peut être amené également à limiter la communication de documents, pour respecter les lois relatives à la communication d’informations relevant de la vie privée de personnes encore en vie. Les fonds d’archives peuvent contenir en effet des documents assez récents (datant des années 2000 par exemple dans certains fonds). Selon la loi  les archives publiques ont, dans cette optique, des règlements et des circulaires officialisant les délais de communication de documents. Dans le cadre d’archives privées, celles-ci sont avant tout soumises au respect de la vie privée, selon le code civil. La conservation des archives n’implique donc pas l’autorisation entière de leur communication et le CRBC doit consciemment autoriser celle-ci. 

Une autre limite à l’accès aux documents d’archives peut être l’état de conservation des archives même. Bien que le traitement des fonds d’archives suppose la mise en place de pratiques de préservation préventive des documents, et que la restauration de documents à fin de conservation soit une possibilité, certaines pièces se présentent dans des états de dégradation avancés, empêchant, afin d’en assurer la conservation sur le long terme, la communication directe du document. Cette dernière limite voit généralement sa résolution dans la numérisation des documents : en les numérisant, il est ainsi plus aisé de donner accès (même si détourné) aux documents et aux informations qu’ils contiennent*.

Outre le fait de répondre à un besoin de conservation sur le long terme des documents, la numérisation des fonds peut se présenter comme un premier pas pour ouvrir les fonds à un public plus large que celui qui fréquente physiquement et habituellement les archives. Car le public venant consulter les fonds du CRBC reste sensiblement uniforme. La majorité des consultations est effectuée par des chercheurs ou des étudiants. Cela s’explique par la localisation du CRBC (au sein même de l’université) mais également son orientation spécifique (l’étude des mondes breton et celtique). Cette situation ne facilite pas le contact avec des publics extérieurs au monde de la recherche universitaire. Cela ne veut pas pour autant dire qu’un public plus vaste et diversifié (en terme d’origines et d’objectifs) ne soit pas intéressé par les archives du CRBC. Les diverses manifestations organisées autour de ces fonds et des travaux de recherche qui en ont découlé (comme lors des 50 ans du CRBC en 2019)  démontrent au contraire un certain panel de publics pour le CRBC. 

Le CRBC a ouvert en 2015 sa Bibliothèque numérique, qui rassemble aujourd’hui des numérisations de documents tirés de fonds du CRBC, mais également d’institutions partenaires (comme les registres du bagne de Brest, conservé par le Service historique de la défense de Brest). En parallèle, le Centre a également diffusé des collections en relation avec d’autres institutions: des revues avec la Bibliothèque nationale de France ou encore des archives audiovisuelles avec l’Institut national de l’audiovisuel. Cette politique de numérisation des fonds continue aujourd’hui à enrichir les collections numériques du CRBC et à ouvrir les archives à un public toujours plus important. 

La numérisation des archives, et les nouvelles technologies en générale, n’est pas une fin en soi pour la conservation et la transmission des archives, et ce pour de multiples raisons. Cependant, ces possibilités de communication et de diffusion des fonds qui existent désormais restent un atout pour des institutions comme le CRBC, afin d’assurer l’accès à ses fonds tout en se rendant visible à d’autres échelles à un public plus large qu’à l’origine mais tout aussi intéressés par ces archives. 

* nous ne traiterons pas aujourd’hui de la numérisation en tant que telle qui recouvre des problématiques particulières autant en terme de conservation physique des documents qui en font l’objet qu’en terme de conservation des fichiers numériques créés à la suite. 

L’objectivité des archives (2) : la pratique

Dans la première partie de cet article , nous avons abordé la notion d’objectivité et son implication au sein du travail des archivistes. Nous avons également souligné combien les descriptions d’archives, réalisées avec des biais d’intérêts conscients ou non, avaient des conséquences sur la diffusion des informations relatives aux fonds d’archives et de fait sur leur accessibilité. 

Dans le cas des fonds d’archives du CRBC, les biais de description sont majoritairement des biais que l’on peut considérer comme de recherche ou culturels et qui ont pour conséquence une présentation orientée des informations disponibles. De fait, sur le temps long, ces mêmes informations se révèlent parfois invalides, par l’usage de formulations ou d’une terminologie qui ne sont pas fondées sur les documents même mais qui proviennent d’une approche individuelle du sujet traité. 

Exemples dans les fonds du CRBC

Les inventaires des fonds de Pierre-Jakez Hélias et Francis Even présentent une large correspondance, reçue d’auteur.es varié.es (allant de lettres informatives à des remerciements succincts, ou encore des nouvelles personnelles). Lorsque les noms des auteur.es des lettres sont déchiffrables (ce qui est en soi une problématique à part entière), ceux-ci sont inscrits dans les inventaires sous la catégorie « Auteur » des documents. Cependant, dans ces deux inventaires, une pratique notable se fait jour face à des lettres rédigées par des femmes: les auteures sont présentées comme « Madame [nom de famille] ». Il est entendu que, parfois, ces personnes signent d’elles-mêmes sous cette titulature. Pour autant, et avec une récurrence notable, les auteures signent de leur état-civil complet, soit prénom et nom de famille (voir nom de jeune fille avant nom d’épouse). La description des inventaires présente cependant consciemment les auteures sous la titulature réduite de « Madame [nom de famille] ».  Cette approche des noms des auteures des lettres est notamment visible dans l’inventaire du fonds de Francis Even, qui a reçu de nombreuses lettres d’épouses de personnalités du milieu breton. Les auteures sont alors enregistrées dans l’inventaire sous leur statut « d’épouse de », et cela est également le cas des lettres reçues ou envoyées par Cécile Even, épouse de Francis Even, et qui est présentée dans l’inventaire sous le nom de « Mme Even ». Outre le fait que cela peut prêter à confusion (comment différencier en effet deux femmes portant le même nom de famille alors que leurs prénoms sont utilisés dans les documents?), cette pratique tend à souligner l’existence en dépendance à un autre individu de ces personnes, au-dessus de leur propre individualité et mène à occulter dans la description du fonds des informations pourtant pertinentes à l’étude des correspondances.

Un autre exemple de biais dans la description, plus ponctuel mais tout aussi notable, est la dénomination dans le fonds Hélias donnée à un dossier photographique concernant un stage réalisé à Abidjan (Côte d’Ivoire) en 1958 par l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique et auquel a participé le producteur du fonds (article PJH246). Le dossier était intitulé dans l’ancien inventaire « Photos d’Afrique ». Ici, ce qui limite l’accès aux documents est la simplification d’un voyage professionnel en Côte d’Ivoire comme une documentation sur l’Afrique. Le terme utilisé cachant ici la nuance géographique et culturelle qui est belle et bien présente entre l’Afrique, continent, et la Côte d’Ivoire, pays de ce continent. A titre d’exemple, ce dossier photographique, qui participe dans le nouvel inventaire d’un ensemble documentaire sur ce stage pour animateurs de sociétés locales d’éducation populaire,  a été reintitulé « Pierre-Jakez Hélias en Côte d’Ivoire » car les photographies sont majoritairement représentatives des activités de l’auteur lors de ce stage, dont on sait par la documentation présente qu’il s’est déroulé en Côte d’Ivoire (leur qualité de photographie est spécifiée dans la typologie documentaire de l’inventaire). Cette modification n’est réalisée que pour des descriptions et des intitulés forgés pour les besoins de l’inventaire. Ainsi, en parallèle de ce dossier photographique, est un carnet de voyage. Ce dernier a été intitulé par le producteur lui-même « Stage d’Afrique noire ». Le titre a dans ce cas été conservé. La description du contenu cependant délimite plus en détail cet intitulé en précisant « Notes de Pierre-Jakez Hélias lors d’un déplacement en Côte d’Ivoire pour l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique. »

Les biais de description présentés ci-dessus ne sont que des exemples de nombreuses subjectivités présentes dans les instruments de recherche et qui, au lieu de favoriser l’accessibilité des archives par une description fidèle des documents, trouble leur communication en modifiant l’information par généralisation ou orientation. 


Le travail de description de documents aussi peu standardisés que ceux présents dans les fonds d’archives demande de fait une certaine précision et un travail de réflexion non négligeable, afin d’assurer une communication aussi pertinente que possible des archives. Les exemples présentés ici tendent à montrer combien il est aisé, par facilité de réflexion ou par rapidité de traitement, de compromettre la fiabilité d’un instrument de recherche créé pour guider le public dans des archives auxquelles il n’a pas directement accès.

Bien que l’objectivité soit, en elle-même, inatteignable, il est pour autant nécessaire de penser complètement la valeur des termes utilisés pour décrire des archives, afin de permettre leur accès sur le long terme à un large public.

L’objectivité des archives (1) : la théorie

Lors de la révision de certains inventaires du CRBC, notamment des fonds de Pierre-Jakez Hélias et Francis Even, on a pu remarquer au sein des fonds d’archives, des descriptions démontrant un intérêt ou au contraire un désintérêt avoué pour certains documents. Dans le cadre du fonds Francis Even, actuellement en traitement, cela pouvait se présenter sous la forme d’annotations telle que « Correspondance familiale – sans intérêt historique » pour des lettres échangées lors de la Seconde Guerre mondiale entre des connaissances bretonnes.

Bien que cela puisse prêter à sourire avec la distance, car ces documents peuvent très bien avoir un intérêt historique pour peu que l’on s’intéresse à la vie à Tréguier entre 1939 et 1945 dans les cercles bretonnants, ces annotations posent question: si de tels jugements de valeur sont posés sur les documents par la personne en charge de leur description, qu’en est il de l’objectivité des informations présentes dans l’inventaire? Car, pour l’exemple présent, le dossier présenté comme « sans intérêt historique » n’a pas reçu le même traitement que les autres dossiers: alors que ses prédécesseurs étaient décrits à la pièce, en début d’inventaire, ce dernier n’a eu droit qu’à une description sommaire généralisée au dossier pour les quelque 200 lettres qu’il contient.

La description est donc orientée dans ce cadre, selon les intérêts ressentis de la personne ayant réalisé l’inventaire en premier lieu. Et si les descriptions réalisées au dossier peuvent être complétées en prenant le temps de créer une description à la pièce des documents, cette approche d’un fonds d’archives peut également avoir des conséquences plus subtiles dans la description et donc la recherche d’information au sein d’un inventaire d’archives.

La description des archives et la théorie de l’objectivité

La description des archives n’est pas un exercice anodin. De nos jours, grâce à des standards de description internationaux, ce travail tend à s’uniformiser à travers le monde par l’utilisation de catégories d’informations à renseigner et à déterminer. Cependant, la description même des contenus, se fondant sur des documents et des informations d’une grande variété, engage toujours une certaine subjectivité de traitement.

Le code de déontologie des archivistes, adopté par l’Assemblée générale du Conseil international des Archives en 1996, présente ainsi une des lignes directrices du travail des archivistes : « L’objectivité et l’impartialité des archivistes permettent de mesurer leur degré de professionnalisme. Les archivistes résistent à toute pression, d’où qu’elle vienne, visant à manipuler les témoignages comme à dissimuler ou déformer les faits.« 

Le code de déontologie des archivistes exprime clairement une volonté de la profession de mettre à disposition du public, des archives et des instruments de recherche objectifs et impartiaux, selon les termes utilisés par l’ICA.

Ces deux termes, centraux à la pratique archivistique, se définissent ainsi (source : Centre national de ressources textuelles et lexicales) :

Objectivité: Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée

Impartialité:  Caractère de celui qui est impartial. Synon. droiture, justice; anton. partialité, parti-pris ; impartial étant « Qui n’est pas partial, qui est sans parti-pris ».

Cette vision, bien que théoriquement bienvenue, pose cependant  la question de l’impossible objectivité même d’un instrument de recherche. Et cela par le simple fait que ce dernier soit, comme les documents qu’il décrit, créé et informé par une personne susceptible de biais, conscients ou non.

Dans le cadre de l’inventaire du fonds Even, les biais de description qui ont mené à la description au dossier de documents d’archives contrairement à une description à la pièce, par manque d’intérêt pour le contenu en présence, ont eu des conséquences sur la qualité de l’information même intégrée dans l’inventaire.

Sans s’attarder sur des questions de manipulations de descriptions d’archives pour des raisons politiques (principal obstacle à une pratique archivistique correcte dans le code de déontologie), ni sur des nuances de formatage de l’information1, qui à des degrés extrêmes peuvent limiter l’accès aux archives, ce qui nous intéresse ici sont les subtilités de langage utilisées dans les descriptions de contenu et qui masquent, volontairement ou non, une partie des informations présentes dans un document d’archives, et affaiblissent de facto la pertinence pour la recherche d’un inventaire à la pièce

Nous aborderons dans la deuxième partie de cet article l’aspect concret de ces pratiques terminologiques et comment celles-ci limitent l’accès ou la recherche au sein des archives mêmes.

  1. Cette dernière notion a été abordée dans l’article « Archives et inventaires : limites des instruments de recherche du CRBC« .

 

Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (2)

La première partie de notre réflexion sur le principe de respect de l’ordre originel des archives présentait la théorie du principe (qui, pour rappel est défini ainsi : « Principe consistant, au sein d’un fonds d’archives, à maintenir intact ou à le restaurer le classement interne des documents qui le composent, établi par le producteur » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique, » 2002)). Nous étions restés à une approche théorique de ce principe. Voyons maintenant comment ce principe est appliqué au sein des institutions de conservation françaises.

(N.B: La pratique décrite ici est celle de la France, et fait l’objet de critiques par les acteurs anglo-saxons du secteur ou le monde francophone influencé par ces derniers. Nous n’aborderons également pas la question du traitement d’un vrac d’archives.)

Quelle est l’application concrète de ce principe au sein des fonds d’archives ?

La restauration d’un ordre artificiel ne se fait généralement qu’à un niveau moindre de la description archivistique, au sein d’un même dossier par exemple, et ne concerne de fait qu’un classement à minima de pièces selon des critères logiques prédéfinis. A un niveau supérieur, le remplacement complet d’un ordre d’origine a pu être effectué par des services d’archives pour favoriser une logique d’exploitation historique dans les cas où ce premier ordre supposait des connaissances historiques uniquement accessible une fois complétée la lecture du fonds entier. Cela reste cependant des exceptions.

Il y a là un objectif simple : conserver et respecter les activités et les logiques de travail générales du producteur, tout en permettant au sein des dossiers mêmes une recherche et une consultation aisée des pièces, en leur donnant une logique de classement constante dans le fonds si aucune logique ne se détache au préalable. La finalité étant de faciliter la communication des archives. Le producteur, et sa pratique des archives in-fine passant dès lors au second plan des intérêts de consultation.

Il est intéressant de noter que dans certains fonds du CRBC, dont celui de Pierre-Jakez Hélias, qui a été l’objet principal de notre travail jusqu’à maintenant, les documents ont été inventoriés lors de leur première description dans leur ordre d’origine, qu’une logique de classement s’en détache ou non. Il n’a pas été question, lors de leur catalogage, de réfléchir aux informations disponibles et de les structurer pour leur donner sens ensemble. Cela est cohérent avec la pratique de la description à la pièce qui était en vigueur alors (description pièce à pièce, sans contextualisation plus générale de l’archive au sein d’un dossier ou d’une série). Cette pratique de ne pas questionner les archives ainsi transmises reste également une première approche sécurisante en terme de décision à prendre sur le fonds. Il peut être en effet complexe, voire intellectuellement difficile, de choisir entre la conservation d’un classement sans logique visible, mais le respect pur du travail et des pratiques du producteur, et la création artificielle d’un classement ordonné, permettant alors d’assurer l’accessibilité des documents et de leur contenu aux publics.

Pour autant, la raison d’être des archives, outre la conservation d’une information juridiquement et scientifiquement pertinente, est bien l’accès à ces mêmes informations: si les fonds sont conservés, c’est dans un objectif bien précis de communication et de consultation. Les archives et les fonds sont conservés dans le but de renseigner et d’informer les publics (que ce soit pour une valeur légale ou scientifique). La restauration, voir la création artificielle, d’un classement interne à un niveau inférieur de description est donc tout à fait pertinente dans le cas où elle répond à un besoin d’accès à l’information, sans décomposer en parallèle la logique générale des grands ensembles documentaires du fonds créé par le producteur.

Dans le cadre du fonds Pierre-Jakez Hélias, le fait que le fonds ait déjà fait l’objet d’études dans le premier classement qui a été enregistré, et soit encore consulté, a joué sur la décision de recréer ou non un ordre de classement au sein des dossiers présents. Puisqu’il s’agissait de ne pas perturber les pratiques déjà établies des chercheurs sur ce fonds, le classement d’origine à la pièce a été conservé. Cependant, comme nous l’avons déjà vu dans un article précédent, un travail de contextualisation a été réalisé afin de permettre aux publics de rechercher, par une logique supérieure de description, les informations qui les intéressent.

Suite de :

Le Respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (1)