Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (1)

Dans un article précédent, nous avons abordé la notion de respect des fonds en archives. Pour rappel, le respect des fonds est défini comme le « Principe fondamental selon lequel les archives d’une même provenance ne doivent pas être entremêlées avec celles d’une autre provenance et doivent être conservées selon leur ordre primitif s’il existe. » (Bureau canadiens des archivistes, Règle pour la description des documents d’archives (Ottawa, 1990)). Cette définition introduit une notion subséquente (mais tout aussi pertinente en archivistique) au principe de respect des fonds, qui est l’idée d’un respect de l’ordre primitif (également dit originel) des archives.

Quel est ce principe ?

L’intérêt d’un fonds d’archives est d’être une preuve des activités réalisées par leur producteur. Cela va de la pièce d’archives présentant des informations concrètes et rédigées intelligiblement, comme de la structure plus subtile hiérarchisant ces mêmes pièces entre elles. Lorsqu’une logique se détache visiblement de l’organisation des documents, celle-ci permet de souligner par exemple l’intérêt plus attentif d’un producteur à un aspect précis de ses activités. Cette logique a une conséquence dans l’interprétation des archives. D’où cette addition à la définition première du principe de respect des fonds, d’un principe se définissant comme le « Principe consistant, au sein d’un fonds d’archives, à maintenir intact ou à le restaurer le classement interne des documents qui le composent établi par le producteur » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique« , 2002)).

La définition ci-dessus, malgré sa clarté, reste cependant ambivalente. Il s’agit, dans la pratique archivistique, de maintenir ou de restaurer un classement interne.

Le maintien paraît évident. Si un classement logique et clair ordonne les documents en présence, il n’y a pas de raisons de le modifier. Celui-ci, en plus de retranscrire la logique du producteur, permet aussi un accès facilité des publics à l’information, une fois que cette logique a été établie et comprise.

La possibilité de restaurer un classement interne peut être, en contrepartie, plus problématique. Elle implique premièrement l’absence d’ordre logique de classement des documents. Cette absence d’ordre peut paraître secondaire face à la pratique d’un producteur, démontrant encore une fois ses propres intérêts dans la manière dont sont ordonnés ses papiers. Cependant, cette absence à une conséquence plus pernicieuse : elle complexifie la communication des archives auprès des publics, en empêchant une présentation claire et logique des documents.

Pour résoudre cette problématique de l’accès aux informations, la pratique veut donc qu’en l’absence de logique clairement visible, un ordre artificiel soit donné aux documents.

Comment cet ordre artificiel peut-il être défini par l’archiviste ?

Tout d’abord, il n’y a pas de logique de classement favorisé de manière universelle. Le traitement d’un fonds d’archives et les décisions prises sur celui-ci en termes de conservation et de description dépendent complètement du fonds en question. La théorie archivistique reste sensiblement générale sur les méthodes de traitement, bien que de grandes lignes soient présentées afin de guider les actions à suivre. Cela s’explique par la spécificité que présente chaque fonds d’archives, dans sa production, son versement et son contenu final. Si aucun ordre clair ne se présente aux archivistes, ceux-ci peuvent recourir à des classements chronologiques, alphabétiques (pour de la correspondance notamment), voire thématiques, ou une combinaison de ces possibilités.

Dans tous les cas, cette restauration d’un classement implique de perdre l’ordre que l’on pourrait qualifier de classement authentique des documents, et implique donc de détruire la pratique même du producteur.

Le prochain article abordera, après l’approche théorique du principe de respect de l’ordre originel des archives, la pratique de ce même principe au sein des institutions françaises.

A suivre:

Le Respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (2)

Le principe de respect des fonds

Dans le cadre du projet REBELLE, un travail d’étude des relations entre auteurs et éditeurs en langue bretonne a amené à se pencher sur le fonds d’archives d’Armand Keravel (cote KLM).

A l’étude du fonds, et à sa description, une certaine confusion règne sur la provenance concrète des archives : il semble en effet qu’outre les archives d’Armand Keravel, dont le fonds porte en partie l’acronyme (le K de la référence KLM), celui-ci regroupe également les archives d’André Le Mercier (le LM de la référence). De plus, d’autres informations complètent ce premier tableau de producteurs lorsque l’on se penche sur la description du fonds: ce fonds concerne les archives de l’association Emgleo Breiz et contient également des archives de Jarl Priel, auteur breton.

Cette multiplication des provenances peut sembler assez surprenante dans un même fonds d’archives. En effet, une notion centrale à la pratique archivistique actuelle et internationale est celle de respect des fonds. Le respect des fonds est le « Principe fondamental selon lequel les archives d’une même provenance ne doivent pas être entremêlées avec celles d’une autre provenance et doivent être conservées selon leur ordre primitif s’il existe. » (Bureau canadiens des archivistes, Règle pour la description des documents d’archives (Ottawa, 1990)).

Ce principe découle d’une pratique archivistique héritée des premières années du XIXe siècle, qui favorise alors la thématique d’un document plutôt que son origine dans son classement. Les premières tentatives de classement d’archives en France ont ainsi fait émerger le principe de pertinence, exact opposé du principe de respect des fonds, qui se veut une « Méthode de classement […] selon laquelle les archives sont regroupées par sujet, sans tenir compte ni de leur producteur et de leur provenance, ni de leur ordre primitif. » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique« , 2002).

Cette pratique a mené à la dispersion de fonds d’archives selon des appréciations et des jugements particuliers au moment de leur traitement. Ce qui pouvait paraître logique d’un premier abord pour une approche thématique de l’information, s’est rapidement révélé contre-productif puisque la traçabilité historique des documents, et donc leur contexte de production et d’usage, se retrouvait noyée sous de grands ensembles thématiques qui pouvaient eux-mêmes perdre de leur pertinence au fil du temps et de l’évolution des recherches historiques. Pour ne pas retomber dans ces travers, le principe de respect des fonds a été instauré dès la première moitié du XIXème siècle dans les archives publiques françaises (circulaire ministérielle du 24 avril 1841, Bulletin officiel du Ministère de l’Intérieur), soulignant l’importance du producteur comme source d’accès et d’interprétation des documents conservés.

Qu’en est-il des archives regroupées sous la cote KLM au CRBC ?

Il semble que les différents producteurs participant de cet ensemble aient en commun leur activité au sein ou en relation avec l’association Emgleo Breiz, dont Armand Keravel était l’un des principaux responsables. Armand Keravel, avec André Le Mercier, participait activement à l’association de promotion de la langue bretonne. Jarl Priel, quant à lui, est un auteur, dont les textes ont fait l’objet de publications par Emgleo Breiz.

Quelles conséquences sur l’approche des archives ?

Dans le cadre du fonds nommé Armand Keravel, la collation d’autres archives extérieures à celles de ce producteur principal, sans définitions claires (intellectuelle dans l’inventaire ou physique sur les documents), peut complexifier l’analyse des documents, et leur interprétation. Bien qu’il soit possible de trouver, par étude des documents en eux-mêmes, des informations pertinentes à la recherche historique, l’absence de connaissances précises sur le contexte de production et d’utilisation des documents limite les possibilités d’interprétation, d’autant plus lorsque l’on prend en compte la multiplicité des provenances possibles. Bien que le regroupement de ces divers producteurs ait pu sembler logique dans un premier temps, afin de rassembler des archives en lien avec l’association Emgleo Breiz et abordant la question de la promotion de la langue bretonne, il n’en reste pas moins désormais un rempart pour assurer avec certitude l’origine et l’usage par les producteurs des informations qui y sont contenues.

La reprise de l’inventaire de ce fonds pourrait permettre, si des structures certaines se font jour, de retracer un tant soit peu les contours de coexistence des divers producteurs d’archives regroupés dans le fonds. Compte tenu des conditions actuelles d’accès au fonds, ainsi que du volume de documents en question (près de 15 mètres linéaires), le travail ne sera effectué qu’avec peu de recours aux fonds mêmes, en se fondant sur un premier inventaire assez pointu. Des documents ayant récemment été numérisés dans le cadre du projet REBELLE seront également décrits plus en détail pour leur mise en ligne prochaine sur la bibliothèque numérique du CRBC.

Nuance d’archives : auteur, producteur et collectionneur

Lorsqu’il est question d’un fonds d’archives et de sa constitution, la notion de producteur (comme nous l’avons présenté dans un précédent article) se révèle centrale à sa compréhension. La norme de description internationale des archives ISAD(G) décrit ainsi le producteur d’archives :« Individu, famille ou personne morale qui a créé ou reçu et/ou conservé des  archives  dans  le  cadre  de  ses  activités  personnelles  ou  morales.  Ne  pas  confondre avec le collectionneur (Creator). »

Comme le précise la norme, le producteur est pleinement impliqué de par ses activités, souvent par défaut dans un premier temps, dans la constitution d’un ensemble documentaire qui devient à la suite d’une ambition de conservation, un fonds d’archives à part entière. Que cette ambition soit à but de justice ou à but historique. Dans le premier cas, il s’agit  de conserver des documents pour leur qualité de preuves juridiques, principale considération menant à la conservation sur le temps long de documents. Dans le second cas, il s’agit de conserver des documents qui ont une valeur pour la recherche scientifique en histoire, qualité secondaire accordée à des documents hors de leur objectif premier d’existence. 

Le producteur peut créer lui-même le contenu de son fonds d’archives, comme cela est le cas pour des fonds d’archives d’écrivains par exemple, composés de manuscrits, tout comme il peut n’en être que l’agrégateur « passif » : il s’agira alors de fonds d’archives de famille par exemple, composés d’actes juridiques réalisés en leur nom par un notaire ou de correspondance dont les membres sont les destinataires.

La nuance avec le collectionneur, pour rappel, est que celui-ci n’est pas le destinataire par défaut  des documents qu’il collectionne. Il assemble, selon ses objectifs propres, des documents qui ne lui étaient pas destiné en premier lieu. Bien que cela soit une activité menant également à la constitution de corpus documentaires, le producteur ne devient souvent conscient de l’intérêt historique de ses archives et de leur conservation qu’à posteriori. Tandis que pour le collectionneur, la notion de conservation sur le long terme entre dès le début en jeu.

Alors que la norme présente une distinction entre producteur et collectionneur d’archives, il n’est pas fait mention d’une nuance qui peut se révéler cependant assez intéressante dans le cadre de l’étude d’un fonds d’archives : la nuance entre producteur d’archives et auteur d’archives.

A la différence du producteur, l’auteur en archives (toujours selon la norme ISAD(G)) est définit comme la « Personne physique ou morale responsable du contenu intellectuel d’un document« . Dans cette position, la personne en question n’a pas la volonté du producteur de constituer un ensemble documentaire représentatif de ses activités. Si la personne de l’auteur est reconnue comme à l’origine d’un contenu intellectuel, elle n’a aucune autorité sur la manière dont ce contenu est ensuite utilisé ou introduit par le producteur d’un fonds dans ses pratiques.

Une même personne physique peut avoir de fait plusieurs statuts dans des archives, selon son rapport aux documents en présence et son implication dans leur création et leur conservation. Chaque situation soulignant une pratique et une approche nuancée des archives ainsi conservées.

Série Nuances d’archives:

Fonds et collection.