Notions d’archives : la place du producteur

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Au CRBC, la place du producteur dans les inventaires d’archives est très limitée. Les fonds portent bien entendu le nom de ces derniers sous forme d’acronyme, mais aucune information relative à leur existence même n’est disponible dans les inventaires.

Pour un spécialiste de l’information, il est étonnant de ne pas avoir de présentation, même succincte (incluant au nom de famille et prénom, les dates de naissance et de mort) du producteur du fonds. Ces informations participent de ce qui est défini comme le contexte mêmes des archives dans les normes de description archivistique : en introduisant des données factuelles sur le producteur, l’archiviste cherche à donner un cadrage aux documents accessibles à la suite.

Il est donc intéressant de noter l’absence, mise à part dans l’intitulé même des fonds, d’une quelconque présentation du producteur dans les inventaires du CRBC.

Cela peut être interprété comme l’évidence même du producteur, de son existence et de ses archives pour le Centre et les créateurs des inventaires. Ces producteurs vont de soi dans le cadre du Centre et de ses recherches, ils sont connus et participent d’un environnement habituel pour les chercheurs. Leurs archives ne sont donc pas remises en question, et leur pertinence reconnue de facto.

Le nom du producteur est bien développé en intitulé du fonds (par exemple: PJH – Pierre-Jakez Hélias) mais cela s’arrête là, sans relier ou pointer non plus vers une notice extérieure d’autorité* pouvant renseigner le public sur la personne du producteur.

Cette approche peut être liée au fait que les producteurs de fonds d’archives du CRBC, étant le sujet d’étude des chercheurs du centre, étaient connus par le premier cercle d’intéressés, voire reconnus par l’audience partageant ces intérêts de recherche.

Cette évidence est cependant bien trompeuse, puisque en l’absence de description concrète du producteur, rien n’assure la diffusion ou la transmission d’informations relative à celui-ci ni à son fonds d’archives (pourquoi ces archives sont-elles conservées dans cette institution ? comment sont-elles entrées au CRBC ? Quel rapport le producteur avait-il avec ses propres documents ?).

L’importance du producteur à concrètement été mise en avant dans le monde des archives avec la norme de description internationale ISAAR(CPF) dédiée à la description de producteurs d’archives (morale ou physique). Établie en 1995 dans sa première version, cette norme a pour objectif d’instaurer des notices d’autorités producteurs au sein des institutions de conservation, et si possible, de les intégrer à un système de référence international.

La notice descriptive d’un producteur rassemble ainsi les informations nécessaires pour :

– désigner de manière univoque et reconnue un producteur.

– comprendre l’histoire du producteur et son contexte de vie et de travail.

– retrouver les archives dont il est à l’origine, mais également les fonds d’archives dans lesquels des documents dont il est l’auteur se trouvent ou encore des ressources tierces d’études dont il a fait l’objet.

La désignation univoque d’un producteur est d’un intérêt particulièrement notable pour le CRBC puisque les producteurs des fonds en sa possession sont majoritairement des personnalités du mouvement breton, et, lorsqu’il s’agit de personnes physiques, qui utilisaient de manière variable leur nom d’état-civil français, des noms d’usages en breton ou encore des pseudonymes divers pour signer des textes ou des échanges épistolaires. Il n’est ainsi pas étonnant qu’une seule et même personne physique possède au moins deux ou trois manières d’être désignées à l’écrit. Dans une notice d’autorité, une forme dite « retenue » sera privilégiée (selon les pratiques, et la politique choisie par l’institution établissant la notice) et sera la désignation officielle pour l’institution, tandis que les formes rejetées seront renseignées en complément pour référence et repère (ou lien avec des notices extérieures sur le même producteur n’ayant pas fait le même choix de pratique).

La notice même comporte ensuite des informations relatives à l’histoire du producteur (biographiques ou administratives, selon qu’il s’agit d’une personne physique ou morale), à son espace géographique d’existence (les divers lieux de vie ou d’établissement du producteur), à son statut officiel dans la société (sa fonction, son travail…). Il s’agit de donner toutes les informations jugées pertinentes à l’appréciation du producteur et de sa production documentaire. Sans être exhaustive, une notice d’autorité a pour intention de donner un aperçu concis et concret du producteur, de ses activités et de son environnement proche (spatial et chronologique).

Enfin, la notice d’autorité rassemble des ressources concernant le producteur ou produites par lui-même : référence à son fonds d’archives, à des fonds ou des collections où ses documents apparaissent, au sein de l’institution ou dans une institution tierce, à des publications dont le producteur (ou son travail) a fait l’objet.

Pourquoi intégrer ces informations à un inventaire d’archives ?

La question devrait être inversée pour souligner l’intérêt réel de ces informations. Pourquoi ne pas les intégrer à un inventaire ? Ne pas décrire un producteur d’archives au sein de la description de son propre fonds démontre une faiblesse de communication des fonds, impliquant que seules les personnes connaissant le producteur a priori peuvent accéder aux archives et les comprendre. Un inventaire, bien que son nom puisse être trompeur, n’est pas qu’une liste d’articles descriptifs, mais une porte d’accès aux sources de l’étude historique, pour les connaisseurs comme les amateurs. Une présentation du producteur en introduction du fonds peut permettre en parallèle de poser de manière univoque les informations factuelles pertinentes à la compréhension du fonds lui-même et à sa contextualisation au sein d’une vie et d’une pratique générale.

La description du producteur participe ainsi également de l’inscription du fonds dans une perspective d’authentification des documents, en soulignant d’après le contexte biographique ou administratif du producteur la production documentaire qui en est l’héritage ici.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La notion de pièce.

La contextualisation de l’information.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

(*notice d’autorité: dans les sciences de l’information, une notice d’autorité est une manière de référencer sans ambiguïté une personne morale et physique ou une notion afin de faciliter la recherche sur cette même autorité.)

Notions d’archives : la contextualisation de l’information

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Dans le billet précédent, il était question de la notion de pièce, et nous avions signalé le fait que le CRBC avait conçu ses inventaires comme étant décrit à la pièce, mais sans prendre en compte le contexte de ces dernières (autant par le biais du niveau du dossier, comme des séries intellectuelles voir du fonds lui-même). Comme si les chercheurs n’avaient pas considéré le contexte des documents qu’ils décrivaient comme pertinent à leur étude, ou qu’ils ne portaient d’intérêt qu’à son contenu et non son contenant.

Il s’agit là d’un biais d’intérêt par rapport aux sources, biais qui veut que la pièce d’archives se suffise à elle-même pour être étudiée et interprétée. Pour un spécialiste en linguistique ou en littérature, il est tout à fait compréhensible que seul le texte du document en lui-même (sans la question du support ou de son existence même) soit pertinent. Cependant, même si le contenu du document est l’intérêt premier de sa consultation, sa situation dans le fonds et son environnement sont fondamentaux à connaître afin d’apprécier pleinement le document même et sa raison d’être.

En effet, que signifie par exemple le fait de trouver au sein du fonds Pierre-Jakez Hélias, trois exemplaires tapuscrits (sensiblement similaires, en terme de datation et de volume) de la pièce de théâtre Les Fous de la Mer, mais qui ne suivent pas en terme de cotation (et sont donc espacés physiquement les uns des autres au sein des archives) ?

Le contexte de chacun des tapuscrits, mis en valeur par la description non seulement des pièces même d’un fonds, mais également de leur structure hiérarchique interne, qu’il s’agisse des dossiers physiques dans lesquels se trouvent les tapuscrits ou un niveau conceptuel supérieur (tel des séries, sous-séries…) est la seule manière de comprendre pourquoi ces exemplaires existent et sont présents là où ils sont dans les dossiers du fonds. Dans notre cas, le premier exemplaire (PJH018.15) est conservé en relation avec de la correspondance relative à la pièce de théâtre et sa création. Le deuxième exemplaire (PJH127.3) participe d’un dossier au sujet d’un festival de l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique où la pièce aurait été jouée. Le dernier exemplaire (PJH257.4) est une version de la pièce pour une édition du Festival de Cornouaille, festival annuel de culture bretonne à Quimper (Finistère).

Avec ce cas concret, on peut comprendre combien connaître l’environnement d’une pièce au sein d’un dossier n’est pas seulement pertinent pour avoir accès à la pièce en elle-même, mais permet aussi d’expliquer son utilisation par le producteur.

Pour rendre visibles ces informations contextuelles, il a été nécessaire de reprendre l’ensemble des archives de Pierre-Jakez Hélias et leur inventaire. Non pas que celui-ci ait été mal renseigné, mais, outre le besoin de restructurer les informations à disposition (comme nous l’avions abordé dans la série d’articles Archives et inventaires), il s’agissait également de faire ressortir cette structure physique et intellectuelle qui hiérarchisait les archives en présence.

Dans le monde des archives, de par l’histoire de l’archivistique même, il est important de considérer les articles d’archives, la pièce comme le dossier ou la série, comme participant d’un ensemble plus vaste ayant sa propre logique. Logique en conséquence pertinente pour comprendre le document d’archives et sa présence au sein du fonds. Une structure d’accès ou de rangement des archives créée par leur producteur influence grandement la signification d’un document, en plus de présenter les dynamiques globales internes aux archives. Faire ressortir les structures d’un fonds d’archives est alors une nécessité : sous-fonds, séries, sous-séries, dossiers sont des étapes d’accès à la pièce permettant d’en comprendre la signification et l’usage qui en était fait par le producteur.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La notion de pièce.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

Notions d’archives : la pièce.

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Comme nous l’avons vu dans le billet précédent (Instrument de recherche), l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias cherche à aller au détail le plus fin de description des pièces, afin de proposer une vision précise des archives du producteur.

Cependant, après étude des archives même, il s’avère que cette description à la « pièce » n’est pas celle que l’on entendrait en archives, soit une description de la “plus petite unité indivisible à la fois matériellement et intellectuellement” (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie », 2002). En archives, une pièce peut être, par exemple, un brouillon de poème, un procès-verbal de réunion ou un carnet de notes. Un peu plus complexe car plus trouble, l’ensemble formé par une lettre, envoyée avec une photographie jointe qu’elle référence peut être décrit comme une pièce (en effet, en l’absence de la photographie, la lettre peut ne pas faire sens, tout comme la présence de la photographie ne fait peut-être pas sens dans les archives en l’absence de la lettre expliquant son origine).

Dans le cadre de l’inventaire du fonds de Pierre-Jakez Hélias, il est intéressant de voir une fluctuation du degré de détail accordé à la notion de « pièce », qui pourtant se veut être le fondement de la description de l’inventaire.

Ainsi, il a pu arriver de trouver une « pièce » ne prenant pas en compte l’unité physique mais uniquement l’unité intellectuelle de l’article. Pour reprendre les « pièces » présentées en exemple lors de notre billet précédent, il s’avère que trois d’entre elles sont en fait physiquement reliées : il s’agit en effet d’un seul carnet regroupant les manuscrits de trois pièces de théâtre radiophoniques.

Capture d’écran des lignes de l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias regroupant, selon la notion archivistique, une seule et même pièce. Ici un carnet manuscrit.

Dans le même temps, les boîtes suivantes ont parfois regroupé des pièces qui pouvaient auparavant être décrites de manière séparée sous une seule et même cote (par exemple une enveloppe contenant des coupures de journaux, alors que dans les premières boîtes, avec un même état de conservation, chaque coupure aurait bénéficié d’une cote).

Il est ici intéressant de noter la variation de sensibilités entre chercheurs, ayant initié le travail de description, vacataires, ayant continué celui-ci, et archiviste, reprenant l’ensemble et terminant le travail descriptif. L’inventaire en question (fonds Pierre-Jakez Hélias) a clairement été réalisé dans un premier temps par et pour des personnes connaissant le producteur et cherchant le fin détail de son travail, en allant jusqu’à une division purement intellectuelle d’un seul et même document physique. Il faut également souligner que le premier versement du fonds comprend ce qui peut être considéré comme le plus pertinent comme articles, puisqu’il s’agit des archives sélectionnées et arrangées par le producteur lui-même dans l’optique d’un don au CRBC. En parallèle, la seconde partie du fonds a été décrite par des vacataires, non-spécialistes pour la plupart, ni du travail de description en archives ni du sujet du fonds, voire non bretonnants (ce qui limite la description de certaines pièces); cela peut expliquer la perte de granularité qui en découle. Enfin, le travail de reprise de l’inventaire a été réalisé par un archiviste de formation, non-spécialiste du sujet ou de la langue bretonne, mais dont l’approche professionnelle reprend les codes de la description archivistique formelle.

L’inventaire comprenait, avant finalisation du travail, 64 boîtes décrites.Le fonds clos en comprend désormais 103. Les 4 mètres linéaires d’archives qui ont été inventoriés dans le cadre de ce projet ont été décrits au niveau du dossier. Compte tenu du contenu des archives et du temps imparti pour le projet, ce niveau de description a été jugé le plus pertinent pour ces derniers documents. Cependant, ces mêmes boîtes pourront par la suite, suivant l’intérêt porté à leur contenu, être décrites de manière plus approfondie.

L’intérêt porté à la notion de pièce et son usage au sein des inventaires du CRBC permet également de mettre en lumière un autre aspect marquant des instruments de recherche de la bibliothèque de recherche du laboratoire : l’absence de contextualisation des archives. En effet, la seule manière pour toute personne consultant ces inventaires de connaître concrètement la réalité physique et structurelle des articles décrits est de les prendre en main (comme nous l’avons démontré avec les trois “pièces” qui se révèlent être un seul et même article physique). Or, l’intérêt d’un instrument de recherche en archives est, outre une description des documents, également de recréer intellectuellement le contexte d’existence des documents, et cela afin d’assurer leur accessibilité et leur communicabilité.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La contextualisation de l’information.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

Notions d’archives : l’instrument de recherche.

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche-t-il un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Une des premières particularités remarquée au CRBC peut être la pratique des instruments de recherche et les informations qui y sont introduites.

L’inventaire du fonds de Pierre-Jakez Hélias (premier fonds employant la structure retrouvée en majorité dans les inventaires du CRBC) a été réalisé avec une description qui se veut « à la pièce« *.

Capture d’écran d’une partie de l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias avant reprise.

Ce degré de précision rapproche l’instrument de recherche ainsi réalisé de ce que l’on nomme en archives un inventaire numérique détaillé. Qu’est-ce que cela signifie ?

  • un inventaire est un type d’instrument de recherche, soit un « Outil papier ou informatisé énumérant ou décrivant un ensemble de documents d’archives de manière à les faire connaître aux lecteurs » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie”, 2002). Il en existe plusieurs types, du plus succinct au plus détaillé. L’état des fonds, par exemple, est une description sommaire de l’ensemble des fonds ou collections détenus par un service de conservation. Il s’agit de l’instrument le plus sommaire. L’inventaire, à l’inverse, est l’instrument dont le niveau de description est le plus fin : la pièce. Bien que ce mot soit communément utilisé dans la sphère archivistique pour se référer à un instrument de recherche en général, peu importe son niveau de description, l’inventaire est à l’origine l’instrument de recherche le plus pointu qui peut être trouvé dans un service d’archives.
  • Il est dit numérique car il s’agit dans cet inventaire de respecter la logique proposée par le producteur du fonds et donc de suivre le classement concret des documents, et non de recréer une structure thématique ou autre, pour donner accès aux archives (approche qui serait qualifiée de méthodique).
  • Il est enfin présenté comme détaillé, car il ne se contente pas de renseigner la cote de référence et le titre de la pièce, mais cherche à apporter des informations pouvant tenir de sa diplomatique (typologie documentaire, support, volume, datation…), voire également de donner son sujet ou ses spécificités dans les grandes lignes.

Il est important de souligner que ce genre d’instrument de recherche, bien qu’ extrêmement pertinent autant pour les chercheurs que pour les archivistes, n’est que peu pratiqué de nos jours dans les services publics. En effet, cela implique un temps d’étude et de travail très important afin de fournir un résultat pertinent. Peu de services peuvent s’autoriser ces pratiques, et les services d’archives, publics comme privés,se concentrent généralement sur un niveau de description moins détaillé (s’arrêtant souvent au dossier, soit un ensemble de pièces).

Dans notre cas,et malgré le détail de description apporté aux « pièces »* par l’inventaire créé au CRBC, une particularité se présente aux spécialistes des archives : une absence de contextualisation des pièces et, après un rapide aperçu de l’inventaire, une notion assez vague et variable de la notion même de pièce (ce qui fera l’objet de prochains articles).

A suivre:

La pièce d’archives.

La contextualisation de l’information.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

* l’usage des guillemets est volontaire, car la notion de pièce telle qu’entendue par les chercheurs et les vacataires ayant effectué un travail de catalogage au CRBC n’est pas celle entendue en archivistique.