Archives et inventaires : Le travail de standardisation.

Dans le cadre du projet REBELLE, le CRBC est amené à réviser certains de ses inventaires d’archives, afin de proposer aux chercheurs des instruments de recherche cohérents et éclairants sur les fonds qui sont en sa possession. Cela vise fondamentalement la restructuration d’inventaires selon les standards en vigueur dans le monde archivistique (notamment par la norme ISAD(G)) mais également à leur conversion sous des formats de données exploitables pour la recherche en ligne (XML/EAD en premier lieu).

Le premier travail a été d’analyser les structures de description existantes afin d’assurer une transition cohérente vers la norme ISAD(G).

Ce post est le troisième et dernier d’une série de trois articles.

Reprise et révision des inventaires

Suivant les réflexions et remarques établies dans les posts précédents, il y avait donc trois niveaux de  révisions à réaliser dans le cadre d’un travail sur les inventaires : 

1) Reprendre les structures existantes et y appliquer le standard de description ISAD(G). Bien que cela puisse sembler simple d’un premier abord, il s’est avéré au fur et à mesure du travail de reprise de l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias que certains champs de description, apparaissant limpides, avaient pu être interprété de manière variée (le titre pouvant contenir la description du support, comme le sujet du document ou bien son titre formel selon les sensibilités).  

2) Recontextualiser les documents. Outre renseigner leur origine, le comment et le pourquoi de leur conservation par le CRBC (informations qui permettent de mieux cerner les objectifs du producteur et les raisons l’ayant amené à conserver ces documents et à les donner), il fallait également décrire les grandes structures hiérarchisant le fonds. Dans le cadre du fonds Pierre-Jakez Hélias, cela signifiait présenter et détailler les versements successifs émaillant sa conservation au CRBC, mais également décrire les grands ensembles documentaires et thématiques le traversant et qui permette d’expliquer, par exemple, pourquoi trois exemplaires d’une même oeuvre se trouvent dans diverses sections du fonds.  

3) Restructurer les données des inventaires afin de les rendre pertinentes pour un traitement informatique. Cela signifiait deux choses :

– reprendre le format des données internes aux inventaires pour qu’elles correspondent à des formats standardisés et permettre ainsi une certaine accessibilité sur le long terme (notamment par l’application des normes ISO d’inscription des dates et des langues, mais également pour formater des noms d’entités et de collectivités en s’appuyant sur les recommandations de référentiels, comme le référentiel national des formes autorisées du nom pour l’administration territoriale (1800 à nos jours) de l’Association des Archivistes français. 

– assurer la cohérence de données spécifiques (majoritairement des noms propres) avec des référentiels de données tels que Wikidata, le catalogue d’autorité de la BNF ou encore la base PRELIB, créé par le CRBC pour recenser les sociabilités du milieu culturel breton.  

Ce travail a déjà été en parti réalisé pour le fonds Pierre-Jakez Hélias et doit être révisé avant exportation au format XML/EAD.

Série Archives et inventaires : 

Premier article. Historique des instruments de recherche du CRBC.

Second article. Les limites des instruments de recherche du CRBC.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Alice Le Corvec (31 janvier 2020). Archives et inventaires : Le travail de standardisation. Rebelle-Collex. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcg7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.