« Ma conviction est que tout l’enseignement, celui du français en particulier, bénéficie de l’étude du breton, que celle-ci met la classe plus proche de la vie… »

Rapport sur le cours facultatif de langue bretonne de Landéda (année scolaire 1942-1943)

L’ensemble de ce rapport est accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC (KLM118C403.1)

Brouillon de la lettre datée du 10 octobre 1943 accompagnant le rapport

Le 10 octobre 1943, Armand Keravel transmet à l’inspecteur d’académie un rapport daté du 1er octobre 1943 où il fait le bilan des cours de breton qu’il a donnés durant l’année scolaire 1942-1943. Ce cours, comme celui qu’il a assuré l’année scolaire précédente, a été rendu possible par l’arrêté Carcopino du 24 décembre 1941 autorisant à « organiser dans les locaux scolaires, en dehors des heures de classe, des cours facultatifs de langue dialectale (langues basque, bretonne, flamande, provençale…), dont la durée ne devra pas excéder une heure et demie par semaine ».

Arrêté du 24 décembre 1941 qui modifie l’arrêté du 18-01-1887 dans ses dispositions relatives au certificat d’études primaires, paru au Journal officiel de la République française le 27 décembre 1941, accessible en ligne.

Le rapport de Keravel, sous couvert de l’inspecteur d’académie, doit être remis au recteur de l’académie de Rennes, Michel Souriau1 à l’époque : on ne sait si cela a bien été le cas. Il s’agit d’un rapport de quinze pages manuscrites divisé en 4 parties : après une introduction, l’auteur expose 1 – les livres et la méthode utilisés ; 2 – la composition d’une leçon ; 3 – les résultats de cet enseignement et enfin 4 – une conclusion et des vœux. Le tout est accompagné d’une lettre adressée à l’inspecteur d’académie à Quimper. 

Avant d’en étudier le contenu, il convient déjà de s’interroger sur le choix de Keravel de faire parvenir un tel rapport au recteur d’académie de l’époque. Le rapport, comme l’instauration du cours de breton est à replacer dans un contexte bien spécifique : Armand Keravel, instituteur depuis près de quinze ans dans différentes écoles de Basse-Bretagne, entend certainement profiter de la publication de l’arrêté Carcopino permettant, pour la première fois, d’enseigner le breton à l’école publique. Il pense très vraisemblablement qu’une fois cet enseignement de la langue régionale autorisé, même a minima, il ne pourra plus être refusé : « L’école, en Basse-Bretagne, a officiellement cessé d’ignorer l’existence du breton2. » Keravel souhaite donc enfoncer le clou en mettant en évidence ce qu’apporte cet enseignement aux élèves.

Pourtant, il se trouve dans une position politique et militante assez délicate et on imagine que la rédaction et la transmission de ce rapport constituent un choix stratégique mûrement réfléchi par Keravel. Est-ce une initiative individuelle ou a-t-il fait part de ses réflexions et de ses interrogations à d’autres instituteur·rice·s proches d’Ar Falz avant la guerre ? Même si aucun document dans la correspondance conservée ne permet de s’en assurer, on peut envisager, compte tenu du contexte, qu’il s’agit sans doute d’une stratégie pensée de manière un peu collective, d’autant plus, qu’en fin de rapport, l’auteur évoque d’autres expériences comparables à la sienne dans d’autres écoles, mais sans mentionner le nom d’enseignants ou d’enseignantes.

Par ailleurs, on peut également émettre l’hypothèse que la transmission de ce rapport, parmi d’autres éléments sans doute, n’est peut-être pas étrangère à son internement de douze jours au camp Margueritte à Rennes en novembre 1944. Armand Keravel mentionne cet épisode dans une lettre à Charles Le Gall datée du 25 décembre 1944 : « Eur penn sod bennak en deus moarvad mesket “difenn ar brezoneg” ha PNB, ha flatret ac’hanon e gaou. Trouz a zo savet avat p’on bet bac’het a-dreñv ar memes orjal hag ar re am boa stourmet outo3» Ainsi, ne variant pas de sa position, il est dans ce rapport très critique vis-à-vis des militants bretons ayant fait le choix de la Collaboration, à la fois quand il évoque la nouvelle graphie de 1941 (le peurunvan), mais aussi, plus largement, parce qu’il craint les conséquences à plus long terme de la Collaboration dans la perception générale de la langue bretonne par la population de Basse-Bretagne : 

« Après la crise actuelle, lorsque la paix sera revenue entre les peuples et dans les esprits, la cause du breton apparaîtra à tous comme une juste cause qui n’a pas à payer les erreurs et les fautes de quelques-uns de ses défenseurs. »

Une expérience pédagogique

Ce rapport présente la mise en place de cours facultatifs de breton pendant l’année scolaire 1942-1943 et expose, avant tout, une expérience pédagogique menée dans une classe de cours moyen. Ces cours, initialement mis en place entre mars 1942 et octobre 1943 ont fait l’objet d’un premier bilan transmis en juillet 1942 faisant le point sur les premiers mois de l’expérience4.

Sur les 32 élèves de la classe dans laquelle il enseigne, 24 ont choisi de suivre ce cours facultatif. Armand Keravel donne quelques précisions sur les huit élèves n’ayant pas assisté au cours : « 4 Brestois réfugiés, 2 enfants du bourg, 1 pupille de l’assistance publique, 1 malade ». 

Première page du Rapport sur le Cours de breton de Landéda

La mention des quatre élèves brestois réfugiés et des deux enfants du bourg permet de comprendre que ceux qui n’ont pas assisté aux cours sont, très vraisemblablement, les élèves non-bretonnants de la classe, ceci est d’ailleurs sous-entendu par Keravel quand il présente les élèves ayant assisté au cours :

« Tous les élèves suivant le cours (24/32) connaissaient déjà le breton, la plupart étant bretonnants de naissance ; quelques-uns, habitant le bourg et pratiquant le français dans leur famille, savaient cependant assez de breton pour trouver vraiment plaisir à suivre le cours. »

Sur les compétences linguistiques de ses élèves à l’oral, il va jusqu’à affirmer :

« Leurs phrases, même si elles sont rédigées dans une orthographe irrégulière sont toujours correctes. J’affirme bien : toujours, du moins pour les bretonnants de naissance. […] Le petit bretonnant manie sa langue maternelle avec une souplesse et une sûreté naturelles, cela saute aux yeux quand on lit ses petites rédactions. » 

Concernant le manuel utilisé, Armand Keravel mentionne Me a lenno5 « attribué à mon regretté ami Yann Sohier », mais remanié, à son grand regret, dans la « nouvelle orthographe ». L’usage de cette graphie est justifié par Roparz Hemon dans une préface à l’ouvrage présenté comme le « premier publié en breton peurunvan selon les règles édictées lors de la réunion du 8 août 19416 ». Alors que Roparz Hemon précise : « An doare skrivañ nevez, nebeut disheñvel diouzh an hini implijet betek-hen e Leon, Treger ha Kerne, a vo aes a-walc’h da gelenn e skolioù an teir rannvro-se7 » ; comme en écho, Armand Keravel la juge « encore plus impraticable pour les enfants que pour les grandes personnes » et « toute différente de l’orthographe traditionnelle unanimement suivie et dans laquelle Sohier conçut son travail ».

Évitant, dans ce rapport, de se placer dans des considérations idéologiques, Armand Keravel justifie pédagogiquement son choix de ne pas utiliser cette méthode « même dans le cas où le livre Me a lenno me serait à nouveau offert gratuitement » afin de ne pas « mettre entre les mains de mes élèves des textes hérissés de difficultés orthographiques tout à fait fantaisistes et compliquant énormément l’enseignement de la lecture et de l’écriture en breton. » Il regrette qu’il n’existe pas, pour l’école publique, un équivalent de Me a zesk brezoneg8 publié, en 1941 également, par les prêtres François Uguen et Visant Seité pour l’apprentissage de la lecture en breton dans les écoles catholiques et utilisant « le dialecte unifié KLT », comme indiqué par les auteurs dans un préambule « Aux maîtres et maîtresses ». 

Armand Keravel décrit de manière détaillée le contenu de son enseignement : lecture – à partir d’une sélection de textes littéraires en breton et plus particulièrement de Bilzig9 la première année, Marc’heger ar Gergoad10 la seconde –, grammaire et rédaction. Il a constaté que la comparaison entre les deux langues était très bénéfique dans le développement des compétences linguistiques des élèves : « on montre aux enfants que les deux langues ne rendent pas forcément la même idée de la même façon, que ce qui est correct dans l’une est assez souvent incorrect dans l’autre ».

L’intérêt sociolinguistique de ce rapport

Une partie de ce rapport fait le portrait des petits bretonnants de Landéda en 1942-1943 : ce sont d’abord ceux qui vivent le plus loin de l’école, c’est-à-dire dans les campagnes avoisinantes. Armand Keravel regrette donc que ces cours ne puissent être placés qu’après la journée d’école, ce qui retarde d’autant leur retour à la maison. Sans surprise à nouveau, l’instituteur constate l’intérêt de ses élèves durant les cours de breton, en particulier les rédactions, pour les thématiques liées à la mer : « pêche, récolte et séchage des algues, sorties en bateau… ».

Armand Keravel signale la grande motivation de ses élèves quand il s’agit de rédiger de petits textes en breton sur des sujets de leur choix.

« On sent qu’en breton, il [le petit bretonnant] a les coudées franches, que c’est là son moyen d’expression familier, dont il possède tout le génie, dont il connaît toutes les finesses, dont le moule est certainement celui qui lui convient le mieux pour rendre sa pensée. […] Ma conviction est que tout l’enseignement, et celui du français en particulier, bénéficie de l’étude du breton, que celle-ci met la classe plus proche de la vie, que le travail devient aux élèves moins abstrait, moins mécanique. » 

Plus globalement et au-delà de son apprentissage : 

« La pratique du breton en classe par le maître […] met les élèves en confiance, et en communion de pensée avec le maître : l’instituteur ne leur semble plus un homme étranger à leur vie, à leur milieu, donc peu capable de les comprendre et de pénétrer leur personnalité intime, de se mettre à leur portée. Cela est reconnu depuis longtemps par des instituteurs en milieu bretonnant et un grand nombre d’entre eux ont souvent recours oralement au breton dans leur classe. »

Armand Keravel fait une analyse très fine des représentations sociales associées aux langues que ces enfants pratiquent au quotidien – ce qui sera défini, plus tard, par les sociolinguistes, comme une situation de diglossie – : le breton utilisé dans la conversation courante en famille et avec les amis (le domaine du « badume11 » décrit par Jean Le Dû et Yves Le Berre) et le français, le registre disparitaire12, utilisé à l’école, avec l’instituteur, ou avec des inconnus. La pratique du breton par la figure d’autorité que constitue l’instituteur ainsi que l’apprentissage d’un registre de breton scolaire et écrit tendent donc à atténuer une dichotomie très tranchée dans les domaines d’usage et d’expression des deux langues à la fois pour les élèves, mais peut-être aussi pour leurs parents.

En outre, si l’apprentissage du breton a tendance à réduire la distance sociale entre les élèves et leur instituteur, il a également pour conséquence de leur faire percevoir différemment la langue qu’ils pratiquent tous les jours, langue qui revêt à cette époque, y compris à la campagne, des représentations peu propices à la poursuite de sa transmission. Pour présenter la situation schématiquement, dans cette période de changement de langue familiale en cours en Basse-Bretagne, le français symbolise l’ascension sociale, alors que le breton est associé à la campagne, au travail de la terre et à un manque d’instruction13. L’apprentissage du breton à l’école, au même titre que celui du français, modifie la perception du breton par les élèves, c’est en tout cas ce que semble remarquer leur enseignant :

« Le fait de voir sa langue écrite au tableau noir et imprimée dans des livres, et de l’écrire lui-même dans un cahier spécial, supprime d’ailleurs cette sorte de honte de son propre langage que l’on observe si souvent chez le jeune bretonnant. C’est justement cette tendance déplorable qu’il faut combattre, la timidité, le manque de confiance en soi de nos petits campagnards, aussi redoutables pour l’enseignement que la turbulence, l’étourderie et la jactance assez coutumières des petits citadins. » 

Sans posséder les outils qui seront définis plus tard par les sociolinguistes, Armand Keravel se livre ici à une description précise de la situation sociolinguistique de l’époque et du public scolaire que constituent les élèves des campagnes de Basse-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale. On peut également observer dans ses propos le rôle social capital qu’il attribue à l’instituteur dans ce contexte d’exercice du métier « il [le maître] se lie ainsi plus intimement au milieu où sa fonction le fait vivre et sur lequel il doit faire rayonner l’influence de l’école ».

Après avoir présenté sa propre expérience, Armand Keravel la rapproche de celle d’autres enseignants et enseignantes ayant mis en place, comme lui, des cours de breton dans leur école. Sans préciser le nombre de collègues concernés ni qui ils sont, il se fait leur porte-parole et expose les conclusions suivantes : 

« 1 – que l’enseignement du breton est réalisable sans grande difficulté ;

2 – que cet enseignement, bien loin de nuire au français, ne fait qu’en faciliter l’étude et la connaissance ;

3- que cet enseignement, s’il était largement pratiqué, serait le plus efficace pour le bon développement de l’instruction dans notre région ».

On peut se demander finalement comment ce rapport a été reçu. Si le premier bilan semble avoir reçu un écho de la part de sa hiérarchie, on ne sait rien de celui-ci. Il aura toutefois certainement contribué à faire de Keravel un acteur incontournable dans la mise en place d’un enseignement du breton après la guerre. Il dit avec force dans ce rapport toute sa conviction dans le grand intérêt que présenterait la généralisation de l’enseignement du breton dans les écoles :

Dernière paragraphe du Rapport sur le cours facultatif de breton à Landéda

« On pourra juger, au bout de quelques années, tout le bien que l’École Publique tirera de l’introduction du breton dans l’enseignement, autrement que par les affirmations qu’on aura pu lire dans le rapport ci-dessus : je suis convaincu que lesdites affirmations paraîtront alors – si par hasard quelqu’un les relit ! bien modestes et bien timides. Les résultats d’un enseignement généralisé du breton dépasseront tous les espoirs de ses plus chauds partisans ! » 

La conviction profonde – qu’il partage avec d’autres instituteurs, en premier lieu son épouse Renée Le Guellec, elle-même institutrice – laisse à penser que cette expérience limitée, mais réussie, à Landéda, et la rédaction de ce rapport à destination de sa hiérarchie, ont pu constituer une nouvelle étape fondatrice de son devenir militant et une ligne directrice pour l’engagement inébranlable qui sera le sien dans les décennies qui ont suivi.

  1. Jean-François Condette, « Les recteurs du Maréchal. Administrer l’Éducation nationale dans les années noires de la Seconde Guerre mondiale (1940-1944) » dans Jean-François Condette (dir.), Les Écoles dans la guerre : Acteurs et institutions éducatives dans les tourmentes guerrières (XVIIe-XXe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014, http://books.openedition.org/septentrion/7230, DOI : https://doi.org/10.4000/books.septentrion.7230 []
  2. Cette citation, comme les suivantes, est extraite du Rapport sur le cours facultatif de breton de Landéda (année scolaire 1942-1943) accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC à la cote : KLM118C403.1. Les passages en gras sont des passages soulignés par l’auteur lui-même. []
  3. « Un imbécile quelconque aura sans doute confondu “défense de la langue bretonne” et PNB, et m’aura dénoncé à tort. Cela a provoqué des remous quand j’ai été emprisonné derrière les mêmes barreaux que ceux contre lesquels je m’étais battu. » dans Charlez Ar Gall, « Armand Keravel : al lizer kentañ bet deuet din gantañ » , Brud Nevez, n° 219, 2000, p. 8. []
  4. Un brouillon de ce premier bilan, plus court, figure dans les archives (cote KLM118C403.2). Il semble, si l’on en croit la très courte lettre l’accompagnant, avoir été fait en réponse à la sollicitation de l’Inspecteur d’académie. []
  5. Yann Sohier, Roparz Hemon, René-Yves Creston, Me a lenno, Rennes, Imprimerie Centrale, 1941. []
  6. « Bez e vo al levr kentañ da vezañ moulet e brezhoneg peurunvan, hervez ar reolennoù merket d’an 8 a viz Gouere 1941 », voir Roparz Hemon, « Rakskrid », Me a lenno, ibid., p. 7. []
  7. « La nouvelle graphie, peu différente de celle utilisée jusqu’à présent en Léon, Trégor et Cornouaille sera assez facile à enseigner à l’école dans ces trois régions », voir Roparz Hemon, « Rakskrid », ibid. []
  8. François Uguen et Visant Seité, Me a zesk brezoneg, Rennes, Oberthur, 1941. []
  9. Fañch Al Lay, Bilzig, Quimper, Le Goaziou, 1925. []
  10. Yeun Ar Go, Marc’heger ar Gergoad, Lorient, Breuriez ar brezoneg er skoliou, 1939. []
  11. Jean Le Dû et Yves Le Berre, Métamorphoses. Trente ans de sociolinguistique à Brest, Brest, CRBC, 2019, coll. « Lire/Relire ». []
  12. ibid. []
  13. Sur ce sujet, voir Fañch Broudic, La pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, en partie accessible en ligne. []

1 réflexion sur « « Ma conviction est que tout l’enseignement, celui du français en particulier, bénéficie de l’étude du breton, que celle-ci met la classe plus proche de la vie… » »

  1. Ping : « Gourc’hemennou eta eo e kasan dit, pa glaskez sevel da wir hon hunvre deomp holl… » [Je te félicite donc d’essayer de réaliser notre rêve à tous…] : l’expérience de l’école de Plestin-les-Grèves (1942-1944) | Rebelle-Collex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.