« Vous arrivez à un moment où le papier est introuvable » : les petits éditeurs bretons sous l’occupation

    La correspondance entre Armand Keravel et Adolphe Le Goaziou, éditeur et libraire quimpérois, est relativement courte, surtout par rapport à d’autres dossiers de correspondance du fonds Keravel-Le Mercier. Elle comprend huit lettres et s’étend d’octobre 1941 à août 1942. La lettre de Le Goaziou qui ouvre le dossier, cotée KLM13C143.1, est envoyée en réponse à un premier billet de Keravel lui demandant le prêt d’un ouvrage de vocabulaire. Nous ne conservons pas ce document, et les lettres que s’échangent ensuite les deux hommes quittent rapidement le sujet premier, qui semble presque un prétexte pour établir une relation. Le Goaziou et Keravel ont en effet de nombreuses choses en commun : leur amitié pour Fañch Gourvil, dont l’emprisonnement en 1942 fait l’objet de plusieurs lignes, leur position vis-à-vis de la langue bretonne et leur engagement pour défendre son enseignement. 

Pour Keravel, pendant la guerre et la mise en veille d’Ar Falz, cet engagement s’exprime directement par son activité d’instituteur. Il s’efforce d’enrichir ses leçons en composant les manuels scolaires qui lui manquent, notamment une anthologie de littérature bretonne qui doit servir comme manuel de lecture à ses élèves, et qu’il espère pouvoir faire publier par Le Goaziou. Mais l’enthousiasme des deux hommes se confronte à un obstacle de taille : 

Edition – J’avais répondu à Fanch Gourvil qui m’avait parlé de votre projet que je serais très heureux d’envisager la publication de votre Pennadou-Lenn. Mais vous arrivez à un moment où le papier est introuvable. 

[Extrait de la lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 13 avril 1942, KLM13C143.3]

En effet, au mois de décembre 1941, l’étau se resserre sur les éditeurs français. La Propaganda Abteilung Frankreich, chargée de contrôler la production culturelle de la France occupée, impose des mesures de contingentement sur le papier. Il s’agit officiellement de parer à la pénurie qui a suivi la déclaration officielle de la guerre, mais dans les faits ce rationnement fonctionne comme un outil de censure supplémentaire. De mois en mois à partir de janvier 1942, les allocations de papier pour l’édition se réduisent : 1200 tonnes en janvier, dont 20 % sont attribuées à la Propaganda Abteilung elle-même, et 720 tonnes en février. À partir de mai 1942, les allocations de papier sont d’environ 300 tonnes par mois, et elles tombent à 100 tonnes mensuelles l’année suivante. Cela correspond pour 1942 à environ 15 % de la consommation de papier d’avant-guerre, et un dixième à peine de ce que réclament les éditeurs1

Ces chiffres concernent avant tout les maisons d’éditions parisiennes, et il est difficile de savoir précisément comment ces restrictions ont affecté les petits éditeurs régionaux. Le fonds de la PAM, nouvellement acquis par le CRBC, contient un dossier de factures datées de 1938 à 1945 qui permettra peut-être à l’avenir de se faire une idée plus nette de la situation particulière du Finistère. Mais s’il ne se trouve pas de chiffres précis dans les lettres que s’échangent Keravel et Le Goaziou, le contingentement du papier semble avoir sévèrement touché les éditeurs bretons dès les premiers jours de sa mise en place, et on devine facilement l’extrême frustration des deux hommes face à l’impossibilité de publier leurs ouvrages éducatifs. 

J’avais envie d’éditer en février dernier un cantiques bretons notés. Je n’ai pu trouver de papier !
Pourtant je crois qu’il faut essayer de tout pour pouvoir sortir votre travail. 

[Extrait de la lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 13 avril 1942, KLM13C143.3]

Il s’agit donc pour Le Goaziou de tenter de réduire l’étendue du projet de Keravel. La maquette initiale de 300 pages avec illustrations est ramenée à une petite série de fascicules, trois brochures qu’il serait possible de rassembler, une fois la crise du papier résolue. Ces brochures, contenant un strict minimum d’extraits sélectionnés par Keravel pour subvenir à ses besoins immédiats, permettraient également aux deux hommes d’évaluer la demande qu’ils pourraient attendre pour l’ouvrage intégral. 

Ce compromis, pourtant drastique, ne suffira pas. Au cours du mois de mai 1942, Le Goaziou se rend à Paris, où il tente d’obtenir du papier chez plusieurs collègues. 

Dès que vous me répondrez, j’écrirai à plusieurs imprimeurs pour essayer d’avoir du papier. Je dis essayer car j’ai peur, réellement peur, de ne pas en découvrir. Vous ne vous rendez pas compte de la gravité de la crise !

[Extrait de la lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 11 mai 1942, KLM13C143.4]

La crise du papier est en effet sévère. Mais dans les jours qui suivent, elle s’avère n’être qu’un obstacle mineur à la coopération des deux intellectuels. Un problème distinct est bientôt révélé, au sujet d’un tout autre ouvrage, et Le Goaziou réalise alors que ses efforts sont entièrement vains. 

En novembre 1941, le libraire quimpérois avait envoyé un manuel d’histoire de la Bretagne à la Propaganda Abteilung pour vérification. Il s’agissait là d’une procédure de routine depuis la convention de censure, signée le 28 septembre 1941, qui garantissait une certaine liberté aux éditeurs en échange d’un engagement à ne pas publier d’ouvrages qui pourraient déplaire, et à soumettre les ouvrages au sujet desquels ils auraient des doutes à la relecture des autorités allemandes. Cette liberté, toute relative qu’elle fût, était à double tranchant, et il est impossible de mesurer l’effet d’autocensure qu’eut la convention une fois signée2. Pourquoi Le Goaziou ressentit-il le besoin de faire valider son manuel d’histoire, s’il avait techniquement la liberté de le publier sans être immédiatement inquiété ? Cela tient probablement autant à l’imprécision des critères d’acceptabilité du service de censure qu’à la sévérité des punitions potentielles. 

Mais Le Goaziou n’avait obtenu jusqu’alors aucune réponse du service en question, qu’elle soit positive ou négative. Face à ce silence total, il entreprend alors de questionner ses amis au Syndicat des Éditeurs pendant le printemps de 1942. Il reçoit enfin un début d’explication dans les premiers jours du mois de juin, qu’il transmet directement à Keravel. Ce dernier en effectue la transcription suivante : 

Macintosh HD:Users:Fayosaurus:Desktop:Capture d’écran 2021-06-10 à 14.45.27.png

Syndicat des éditeurs                            Paris 8 juin 42

117 Bd St Germain

Paris 

M. Le Goaziou

Quimper 

Mr et cher confrère

    J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour activer la solution de la question que vous avez posée concernant le  “Manuel d’Histoire de la Bretagne” ; je donne ci-dessus la traduction de la réponse que je viens de recevoir de la Propaganda Arbeitlung : 

    “Concerne : entretien telephonique d’aujourd’hui. 

    “Le Manuscrit “Manuel d’Histoire de Bretagne” se trouve encore à l’examen du service compétent breton. Après conclusion il vous sera renvoyé.” 

M. Schulz

Arbeitsführer

Veuillez agreez [sic.], Mr et cher confrère, l’assurance de mes sentiments dévoués. 

Le Président

(illisible)

[Transcription de la lettre du Syndicat des Éditeurs à Adolphe le Goaziou du 08 juin 1942, transférée par Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel le 10 juin 1942, KLM13C143.5]

En substance apparemment anodin, le billet du président du Syndicat des Éditeurs contient un élément que Le Goaziou comprend immédiatement. La référence au « service compétent breton » lui indique que ses difficultés ne sont pas seulement le fait de la pénurie de papier, mais également d’une raison bien plus politique. Selon lui, ses opinions au sujet de la langue bretonne l’ont mis à l’index, et de ce fait, tout projet portant son nom sera refusé.  

Inutile de chercher de qui est formé ce “service compétent breton” ! Il doit y avoir R Hémon, Delaporte et Jean Merrien qui feront tout pour m’empêcher de sortir quoique ce soit ! Et votre “Anthologie” en elle-même leur semblera indésirable parce que non conforme à leur breton hunifié !

[Extrait de la lettre d’Adolphe le Goaziou à Armand Keravel du 10 juin 1942, KLM13C143.5]

Le projet de Keravel et Le Goaziou est donc voué à l’échec. Le « Pennadou-Lenn », qui constitue le fil rouge de cette brève mais riche correspondance, est-il le Daou ugent pennad lenn e brezhoneg, sorti en 1950, ou bien le Pennadou-Lenn evid skoliou Breiz, de 1977 ? Le manuscrit composé pendant la guerre a probablement contribué à ces deux ouvrages, et, faute de fournir à l’instituteur un support physique, a dû former pendant ces années difficiles la matière de son « petit cours de breton3 ».

    Ce dossier de huit lettres fournit un aperçu très intéressant de la situation du monde littéraire breton sous l’occupation. Les sarcasmes fréquents de Le Goaziou sont un trait qui ressort dès la première lecture et trahissent la dimension personnelle des conflits internes propres à ce milieu pendant la Seconde Guerre Mondiale. Au-delà de cette dimension tonale s’exprime également une frustration profonde et continue, dont la complexité des dispositifs de censure mis en place par l’occupant est la source principale. Au niveau administratif, il s’agit d’un service entièrement dévoué à ce processus de discrimination intellectuelle, écrasant de son poids invisible la production culturelle française. Par ailleurs, le rationnement extrême du papier constitue une forme de censure physique qui affecte particulièrement les petits éditeurs régionaux, moins fortunés que les grandes maisons parisiennes. Enfin, même lorsqu’il est possible d’obtenir du papier pour publier un ouvrage apparemment neutre, ce dernier peut être mis à l’index malgré tout, pour des raisons bien moins liées au contenu du livre qu’aux réseaux de sociabilité de son auteur et de son éditeur. 

1 R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 1991, p. 248.

2 H. Marcus, « Censorship », in Information: A Historical Companion, A. Blair et al. (dir.), Princeton, Princeton University Press, 2021, pp. 366–369. JSTOR, www.jstor.org/stable/j.ctv1pdrrbs.35. Consulté le 10 juin 2021.

3 Lettre d’Armand Keravel à Adolphe le Goaziou du 27 juillet 1942, KLM13C143.6.



Citer ce billet
Fay Slakey (2021, 7 juillet). « Vous arrivez à un moment où le papier est introuvable » : les petits éditeurs bretons sous l’occupation. Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tch4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.