« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique, vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

La correspondance Armand Keravel – Adolphe Le Goaziou (1941-1942)

En-tête de l’imprimerie Le Goaziou (Quimper)

Adolphe Le Goaziou est né à Morlaix en 1886. A partir de 1919, il devient libraire-imprimeur à Quimper et c’est dans la période tourmentée de la Seconde Guerre mondiale qu’il commence à échanger avec Armand Keravel. Ce dernier, à l’époque instituteur à Landéda, prend contact avec l’imprimeur à l’automne 1941 afin de faire publier un recueil de morceaux choisis à destination de ses élèves bretonnants. 

La correspondance entre les deux hommes, conservée dans le fonds Keravel, se compose d’une série de 8 lettres écrites par Adolphe Le Goaziou entre le 21 octobre 1941 et le 4 novembre 1942, seul un brouillon d’Armand Keravel a été conservé.

Le premier contact entre eux se fait en octobre 1941 par un premier courrier de Keravel. L’Institut celtique vient tout juste d’être créé, et les deux hommes ont tous deux refusé d’en faire partie. Même s’ils ne se connaissent pas personnellement, ceci crée, dès lors, une complicité, confortée par une connaissance commune : Francis Gourvil.

« Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! »

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 21 octobre 1941 (KLM13C143.1)

En octobre 1941, l’Institut celtique (Framm keltiek Breizh), dirigé par Roparz Hemon, vient en effet tout juste d’être créé. Keravel et Le Goaziou ont visiblement perçu, dès la création de cette institution, qu’elle constituait une manifestation de la collaboration du mouvement breton avec les autorités allemandes. Ce sont notamment les fonds affectés à Radio Rennes-Bretagne qui permettent de le financer (voir Ronan Calvez, La radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de la Bretagne, Rennes, PUR-CRBC, 2000, p. 66-67). Ceci est confirmé par le vote des statuts de l’Institut en avril 1942 :

« Après les événements de 1940, voici la Bretagne relevée et reconnue pour la première fois depuis 150 ans. (…) L’Institut fédère toutes les activités bretonnes, – groupements ou individus -, sur le plan culturel, en dehors de toute politique. Il permet la collaboration et l’entr’aide de ces groupements et individus. il les protège et les appuie. Sa devise est : “Redresser l’esprit breton dans une Bretagne redressée. »

Et par la déclaration de candidature de Roparz Hemon à la direction de l’Institut :

« Je me déclare, me tenant sur le terrain strictement culturel qui est le nôtre, partisan d’une collaboration loyale avec les peuples qui façonnent sous nos yeux l’Europe nouvelle. »

Ces deux extraits sont cités par Ronan Calvez, La radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de la Bretagne, Rennes, PUR-CRBC, 2000, p. 66 et 68.

Une fois passée cette prise de contact manifestant une convergence de points de vue entre Adolphe Le Goaziou et Armand Keravel, les échanges portent sur la publication d’ouvrages pédagogiques à destination des élèves bretonnants. Adolphe Le Goaziou avait imprimé un ouvrage de l’abbé Alphonse Colin qui, en tant que directeur de l’école de Plabennec, employait, ce que Le Goaziou nomme « la méthode bilingue » avec ses élèves : « le but de l’auteur était d’enseigner le français en utilisant le breton » (lettre du 21 octobre 1941).

Armand Keravel a pour projet de faire publier un recueil de morceaux choisis en breton à destination de ses élèves, Pennadou-lenn. Ceci donne lieu à des échanges entre les deux hommes sur les méthodes pédagogiques à adopter, en particulier concernant la traduction. Adolphe Le Goaziou, en prenant des précautions, se permet quelques suggestions à Armand Keravel qu’il considère comme un excellent pédagogue :

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 11 mai 1942 (KLM13C143.4)

“Je ne me permettrai pas de discuter ce que vous avez fait. Par ex. je suis persuadé que vous avez eu la préoccupation de graduer les difficultés et il est probable que les premières lectures sont plus faciles et plus courtes que celles prévues pour le 3e trimestre.Vous êtes trop averti des choses pédagogiques pour que je me permette de vous discuter. Une suggestion cependant : ne pensez-vous pas qu’il serait bon chaque fois que se présentera un “bretonisme” de l’indiquer pour éviter à l’enfant des fautes de français. Si vous trouviez digas gant, ne faudrait-il pas dire “littéralement envoyer avec c’(est-)à(-)d(ire) apporter. En français on ne doit pas dire “envoyer avec” mais exped envoyer a le sens d’expédier”. Si je vous en parle… c’est parce que malgré moi je fais souvent cette faute en français. De même en breton on dit très correctement “la bravoure à lui” ne faudrait-il pas commenter et dire “en breton cette forme est très correcte et vous devez la conserver en breton mais quand vous parlez français vous devez dire “sa bravoure” etc… etc… En même temps qu’on enseigne le français on donne à l’enfant l’assurance que la forme bretonne est correcte en breton et qu’il aurait tort de l’abandonner. Ne serait-il pas triste de transformer ces formes bien bretonnes au fur et à mesure qu’il apprendrait le français.”

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 11 mai 1942 (KLM13C143.4)

Ces remarques linguistiques sont à replacer dans le contexte sociolinguistique d’une époque où les enfants de la campagne sont encore bretonnants dans leur grande majorité à leur arrivée à l’école. La question n’est pas, pour Adolphe Le Goaziou comme pour Keravel, de substituer une langue à une autre, mais de faire en sorte de maintenir les deux : un point de vue qui peut paraître à contre-courant de l’unilinguisme en langue française privilégié à l’école. L’apprentissage d’un français correct par les élèves, présenté comme une nécessité, ne doit pas se faire au détriment de la pratique d’un breton tout aussi correct par les enfants. Adolphe Le Goaziou et Armand Keravel discutent également des auteurs et du type de textes devant trouver place dans le recueil ; Le Goaziou suggère notamment la publication d’un texte patriotique français « dont la présence dans votre choix montrerait qu’on peut être bon Français et bon Breton » (lettre du 11 mai 1942).

Dans la perspective de cette publication, les deux hommes s’accordent sur le refus d’utiliser la nouvelle orthographe unifiée du breton (peurunvan) qui vient de voir le jour dans le cadre d’un accord entre des écrivains réunis autour de Roparz Hemon :

« Je serai d’autant plus désireux de pouvoir vous publier votre travail que je constate une fois de plus notre communauté de sentiments. Ce breton unifié avec ces “H” me semble aussi idiot que dangereux ! S’il réussissait à s’imposer, ce serait la mort du breton. On créerait une langue, peut-être belle, mais qui ne serait plus parlée que par une “clique”, dont le peuple, parlant breton, ne comprendrait rien. »

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 13 avril 1942 (KLM13C143.3)

Le projet de publication se révèle compliqué. Si le souci du papier et des finances pour la publication d’un ouvrage volumineux (300 pages avec illustrations) est présent dès le début de cette correspondance, le contrôle exercé sur l’imprimerie pendant l’Occupation va mettre un premier coup d’arrêt au projet : l’imprimerie Le Goaziou se retrouve mise à l’index au printemps 1942. En attente d’une autorisation pour la publication d’une histoire de la Bretagne, Le Goaziou apprend huit mois plus tard que le manuscrit a été transmis au « service compétent breton » et il soupçonne les militants de l’Institut celtique de bloquer la publication de son ouvrage :

« Il doit y avoir R Hémon, Delaporte et Jean Merrien qui feront tout pour m’empêcher de sortir quoi que ce soit ! Et votre anthologie elle-même leur semblera indésirable parce que non conforme à leur breton hunifié ! »

Lettre d’Adolphe Le Goaziou à Armand Keravel du 10 juin 1942 (KLM13C143.5)

Les relations entre Le Goaziou et les nationalistes bretons sont houleuses : l’imprimeur étant peut-être à l’origine de la publication de brochures et de tracts clandestins à charge contre les militants du Parti national breton (PNB), son nom se retrouve tagué sur le mur de la préfecture de Quimper fin 1941 avec les mentions suivantes : « Gwenn ha du », « Bretagne frei », « Malheur aux traîtres », (voir Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, PUR, 2015, p. 356-357.)

La situation se complique à nouveau pour Adolphe Le Goaziou qui se fait arrêter par le Sicherheitsdienst en octobre 1943 en raison de ses activités dans la Résistance (réseaux Johnny et Jade-Amicol). Il sera libéré en avril 1944 et deviendra, à la fin de la guerre, président du comité départemental de Libération pour le Finistère.

La correspondance entre les deux hommes semble s’arrêter là. Adolphe Le Goaziou meurt en 1953, après avoir fondé et dirigé la Nouvelle revue de Bretagne. Armand Keravel se fera lui-même éditeur et parviendra à publier, Daou-ugent pennad-lenn e brezoneg [Quarante textes à lire en breton] en 1950.

Fin du brouillon de la lettre d’Armand Keravel à Adolphe Le Goaziou, 27 juillet 1942 (KLM13C143.6)

(Merci par avance pour votre bonne réponse. Je regrette de ne pouvoir me déplacer pendant les présentes vacances ; j’aurais aimé aller faire une brin de causette avec vous à Quimper… Gourc’hemennou kalonek A. Keravel)

Fin du brouillon de la lettre d’Armand Keravel à Adolphe Le Goaziou, 27 juillet 1942 (KLM13C143.6)


Citer ce billet
Thomas Mannaig (2021, 28 juin). « Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique, vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! ». Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tch3

Une réflexion sur « « Comme confrère involontaire et démissionnaire de l’Institut celtique, vous me permettrez de vous dire “cher Monsieur” ! » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.