Le paradoxe de la rature : faut-il publier les brouillons ?

La correspondance entre Armand Keravel et Anne-Marie Stockmans-Malmanche, fille du dramaturge Tanguy Malmanche, fait partie du dossier qui a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique dans le cadre du projet REBELLE-CollEx. Cet échange, qui s’étend d’avril à décembre 1972, a pour objet l’édition et la publication posthume d’une anthologie rassemblant les œuvres littéraires de Malmanche, suivant les vœux qu’il avait exprimés de son vivant.

Lettre :

Permettez-moi de rappeler que c’est bien à moi et à mes amis que M. Malmanche avait décidé de confier l’édition de son THEATRE COMPLET

Brouillon :

D’autre part c’est bien à nous à moi persont qu? que M. Malmanche confiait l’édition de son œuvre théâtrale

(Extraits de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 19 décembre 1972, KLM11C71, CRBC)

Dans les premiers temps, le projet d’édition semble destiné à réussir, mais peu à peu les désaccords et les malentendus se multiplient. À la fin de l’année 1972, après neuf mois de négociations, Mme Stockmans-Malmanche exige la restitution des manuscrits de son père.

Ces dernières lettres offrent un cas d’étude très spécifique dans le cadre plus large de la mise en ligne de correspondance archivée. En effet, les deux lettres de Keravel qui précèdent et suivent la demande de Mme Stockmans-Malmanche sont accompagnées dans le fonds d’archives d’une certaine quantité de brouillons. Il s’agit de six pages pour la lettre du 19 décembre 1972 précédant la demande, et de 3 pages pour la lettre du 29 décembre 1972, avec laquelle Keravel restitue les pièces demandées. Ces deux séries de brouillons sont manuscrites, et présentent une quantité de ratures qui prennent des formes diverses.

Extraits de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 19 décembre 1972, KLM11C71, CRBC

Extrait de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 29 décembre 1972, KLM11C73, CRBC

            La présence de ces pièces pose plusieurs questions, dont la première est celle de leur publication. Quel est l’intérêt de publier des brouillons, quand leur version finale est également disponible dans le fonds ?

Dans ce cas, et comme premier point d’intérêt, la mise en ligne des brouillons de Keravel correspond à un respect de son propre effort de conservation. Si ces pièces se trouvent dans le fonds, c’est qu’il n’a pas jugé bon de s’en défaire. La volonté de conservation de leur producteur leur confère un intérêt intrinsèque, qui mérite d’être étudié au même titre que la logique selon laquelle le fonds a été constitué. On peut supposer que leur présence découle d’une volonté de transparence vis-à-vis de son travail d’éditeur, ou encore qu’il s’agit simplement d’un effort de documentation.

            Plus concrètement, ces pièces permettent de constater, par leur étendue, l’importance que cet échange de lettres a eu pour Keravel. Les multiples essais et reformulations de la lettre du 19 décembre montrent un effort poussé afin de détailler sa pensée selon le mode le plus recevable par son interlocutrice. À cette période, les désaccords s’étaient déjà multipliés, mais la quantité de tentatives de composition montre un Keravel déterminé à sauver le projet de publication des œuvres de Malmanche.

Dans cette lettre, qui ne pouvait pas être assez longue, je crois avoir fait le tour de nos problèmes. Vous aurez peut-être des propositions différentes à nous faire. Croyez que nous les étudierons animés du désir de tout arranger pour le mieux et d’aller aussi vite que possible, une fois la décision prise, si cette décision est positive.

(Extrait de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 19 décembre 1972, KLM11C71, CRBC)

L’élaboration de sa pensée est également perceptible. Elle est à l’évidence difficile et accidentée par moments, et cela se retrouve de manière très visuelle sur le brouillon.

Lettre :

J’en viens maintenant aux termes de ma lettre du 19-X-72 qui vous préoccupent.

Les divers points de la seconde partie de cette lettre constituaient des propositions, non des clauses définitives, et ces propositions étaient soumises à votre réflexion.

Brouillon :

                                                termes

J’en viens maintenant aux propositions de ma lettre du 19-X, qui ont suscité en les pro qui vous préoccupent. Je ne vous ai présenté Les différents points de la seconde partie de

ma

cette lettre comme ??? des propos constituaient des propositions, non des clauses arrêtées définitives. Il convient donc de reprendre compte tenu de vos

                                    Il convient donc d’en reparler

Reprenons ces différents points et Avant de les reprendre, je réponds Je reprends les différents points de votre lettre

                                    soumises

Ces propositions étaient proposées à votre réflexion.

(Extraits de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 19 décembre 1972, KLM11C71, CRBC)

Cette quantité de ratures souligne et figure la recherche d’une expression parfaite afin de tenter de résoudre ce qu’il perçoit comme des malentendus, mais également peut-être d’éviter d’en créer de nouveaux. Par exemple, certaines expressions auraient pu être lues étant condescendantes, car elles rappellent plutôt le professeur s’adressant à un élève réfractaire qu’un éditeur à un auteur : « Reprenons ces différents points », « il convient de reprendre compte tenu de vos ». La version finale est rendue plus sobre par l’omission de la première personne du pluriel, et correspond plus à une lettre d’affaires.

            Cependant, la mise en ligne de ces brouillons, quoique désormais justifiée, pose malgré tout certains problèmes. Leur lisibilité est un premier obstacle, et certains paragraphes souffrent d’un degré d’obscurcissement prononcé qui freine leur lecture et leur transcription.

Extrait de la lettre d’Armand Keravel à Anne-Marie Stockmans-Malmanche du 29 décembre 1972, KLM11C73, CRBC

L’écriture est petite, certains mots et parfois des expressions entières sont abrégées, et la rature, enfin, abonde, accumulée en couches successives qui expriment autant la frustration de l’auteur qu’elle suscite celle du lecteur.

Et le problème devient alors éthique plutôt qu’utilitaire : nous avons défendu la validité de la mise en ligne de ces pièces et le profit qu’on peut en tirer, mais l’acte d’expurgation auquel elles ont été soumises n’impose-t-il pas plutôt leur oubli ? Leur omission totale dans la lettre finalement envoyée n’en fait-elle pas un objet mental délaissé que l’on ne peut plus rattacher à son auteur sans lui faire une injustice ?

Ces éléments, qui ont fait l’objet à la fois d’une tentative d’effacement et d’un effort conscient de conservation, constituent un paradoxe qu’il est impossible de résoudre absolument, et qui nécessite un traitement au cas par cas. Tous les brouillons, après tout, ne se valent pas, et il convient de souligner, pour qui souhaite tenter d’établir une ontologie de la rature, que sa valeur négative dans une lettre envoyée devient positive à l’échelle du brouillon. En effet, plus le brouillon est obscurci, mieux on devine les arabesques de la pensée naissante, et c’est peut-être là que se trouve la raison d’être de la rature, ou, tout du moins, sa raison d’être publiée.

D’autres lectures sur les brouillons :

« Brouillons », Agnès Jeanjean, dans Ethnologie française 2021/1 (Vol. 51), pp. 21-22.

« Quelle génétique pour les correspondances ? », José-Luis Diaz, dans Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), 1999 (n° 13), pp. 11-31.

« Du brouillon à l’original : la lettre missive au Moyen Âge », Armando Petrucci (trad. Nathalie Ferrand), dans Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), 1996 (n° 9), pp. 67-72.

Fay Slakey, mastérante en histoire celtique médiévale, stagiaire au CRBC dans le cadre du projet REBELLE-CollEx



Citer ce billet
Fay Slakey (2021, 17 mars). Le paradoxe de la rature : faut-il publier les brouillons ? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tch1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.