« Nous sommes certains de nous entendre… » La correspondance entre Armand Keravel et Tanguy Malmanche entre 1949 et 1952

(Citation1 et correspondance accessible sur la bibliothèque numérique du CRBC)

Croquis de Tanguy Malmanche pour la couverture de l’un des volumes2
Traduction : Œuvre théâtrale complète / Édition complète et close en quatre volumes avec notes et explications / Volume II / Gurvan / Les Païens

Parmi les nombreuses activités d’Armand Keravel, il y a celle d’éditeur pour la maison d’édition Emgleo Breiz. C’est au nom d’Emgleo Breiz qu’il a entamé, à partir de novembre 1949, une discussion avec le dramaturge Tanguy Malmanche en vue de la publication de ses pièces de théâtre.

Tanguy Malmanche (1875-1953) est un auteur de langue bretonne et de langue française. Né dans le nord de la France (Saint-Omer, Artois), sa famille s’est installée à Brest et Plabennec à partir de 1887. C’est là, au manoir familial du Rest, que Tanguy Malmanche a commencé à s’intéresser au breton et à apprendre la langue auprès d’un couple de meuniers (Marie Rous et Urien Coant). Après avoir découvert le théâtre en langue française et les mystères en moyen breton, il s’est attelé à la rédaction de pièces de théâtre dans les deux langues. Dès 1900, il a publié sa première œuvre Marvaill an ene naonek / Le conte de l’âme qui a faim dans la revue L’Hermine, dirigée par Louis Tiercelin. D’autres pièces suivent, par exemple : Gurvan ar marc’hek estranjour, publiée en breton par Adolphe Le Goaziou, La Vie de Salaün qu’ils nommèrent le fou suivie du Conte de l’âme qui a faim publiée en français par Perrin. Cette édition comporte, par ailleurs, une longue introduction où l’auteur revient sur sa trajectoire et sa vision de la littérature. Après avoir vécu et travaillé à Courbevoie, Tanguy Malmanche est décédé le 20 mars 1953 et a été enterré à Dives-sur-Mer en Normandie.

À partir de 1949, Armand Keravel a commencé à échanger avec Tanguy Malmanche afin de lui demander l’autorisation de reproduire un extrait de l’une de ses pièces dans un fascicule destiné à de jeunes locuteurs du breton : Eun Dornadig lennaduriou brezonek.

C’est dans le prolongement de ces discussions et grâce à l’entente entre les deux hommes qu’est né le projet d’une édition complète des œuvres de théâtre de Tanguy Malmanche par Emgleo Breiz, projet qui sera mis au point progressivement au fil d’échanges épistolaires et de rencontres entre les deux hommes à l’occasion de séjours de Keravel à Courbevoie. Cette édition complète n’a finalement pas vu le jour à la fois en raison des exigences de Tanguy Malmanche et sans doute également de son décès en mars 1953.

La correspondance Malmanche-Keravel mise en ligne sur la bibliothèque numérique du CRBC se compose de 8 lettres écrites par Malmanche entre 1949 et 1952 accompagnées de quelques brouillons de réponses d’Armand Keravel3. Le dossier numérisé commence par la réponse de Tanguy Malmanche le 18 novembre 1949 à un premier courrier d’Armand Keravel et se poursuit jusqu’à une dernière lettre datée du 26 mars 1952, soit un an avant la mort du dramaturge. Ces lettres sont accompagnées des brouillons de réponses que l’éditeur a conservé dans ses archives. La conservation des brouillons était une pratique assez fréquente chez Keravel, en particulier lorsqu’il était question de dossiers particulièrement délicats, ce qui est le cas de ce projet d’édition des œuvres de Tanguy Malmanche.

Pour qui s’intéresse à la littérature en langue bretonne des années d’après-guerre, ainsi qu’à la personnalité et au positionnement socio-littéraire de Tanguy Malmanche, l’intérêt de cette correspondance est multiple :

  • Ces échanges montrent tout d’abord les exigences éditoriales de Malmanche et, plus globalement, sa volonté de maîtriser l’ensemble du processus éditorial. On peut signaler à ce sujet qu’il a lui-même édité l’une de ses pièces de théâtre Gurvan Ar marc’hek estranjour, sur une presse réalisée par ses soins dans son atelier de Courbevoie. En ce qui concerne la publication de son théâtre complet par Emgleo Breiz, il fait preuve d’exigences et de connaissances techniques très précises. En voici un exemple :

« […] le point capital est la question [de l’]impression, je viens vous en parler avant que vous ayez vu l’imprimeur, car ce sont là des gens positifs avec lesquels il est bon de savoir ce que l’on veut. Voici donc : pour le format, celui à indiquer : c’est le Jésus in-18, qui donne le volume courant de librairie mesurant environ 12×18 centimètres. Je dis environ parce que le papier Jésus se fait en deux dimensions et parce que les imprimeurs fournissent souvent ce format avec d’autres papier, suivant ce dont ils disposent. »

(Extrait de la lettre de Tanguy Malmanche à Armand Keravel du 27 décembre 1950, KLM11C40, CRBC)

  • Cette correspondance fait apparaître également une forme de méconnaissance ou d’indifférence de la part de Malmanche à l’égard des enjeux et de l’état du jeu littéraire en Bretagne dans les années 1950. S’il perçoit les différences et la concurrence entre les éditeurs Al Liamm et Emgleo Breiz, et, d’une certaine manière, en joue, il semble ne pas vouloir prendre parti et cherche plutôt à se situer « au-dessus de la mêlée ».

« Vous comprenez que je finis par être excédé avec ces questions d’orthographe […] Depuis que je suis au monde j’ai vu défiler au moins 4 orthographes nouvelles, s’il avait fallu que je change à chaque fois, j’en serai tourné en bourrique. »

(Extrait de la lettre de Tanguy Malmanche à Armand Keravel du 12 septembre 1950, KLM11C39, CRBC)

  • Ces échanges sont également à mettre en parallèle avec ceux entre Tanguy Malmanche et le secrétaire d’Al Liamm, Pierre Le Bihan, (fonds Jacques-Yves Mouton, CRBC, JYM011.9) à la même époque. Le dramaturge est, en effet, sollicité simultanément par les deux éditeurs. Après une première édition chez Al Liamm, Emgleo Breiz, en la personne de Keravel, semble avoir sa préférence :

« Par ailleurs, je suis de plus en plus décidé à en rester là avec Al Liamm. L’Antekrist qu’ils m’ont sorti est lamentable en tant qu’édition. On y retrouve des coquilles inadmissibles. Mon opinion est faite maintenant sur eux : c’est une bande de gosses4 qui se sont mis en tête de faire mainmise sur le breton et de le régenter comme jadis les druides, bardes et consorts. »

(Extrait de la lettre de Tanguy Malmanche à Armand Keravel du 12 septembre 1950, KLM11C39, CRBC)

Or, une coquille dans Eun Dornadig lennaduriou brezonek (paru au début de l’année 1952) proposant un extrait de Gurvan provoquera la colère du dramaturge et marquera un arrêt temporaire de sa collaboration avec Emgleo Breiz :

« Tout cela n’est pas sans m’inquiéter pour l’avenir et je vous déclare franchement que s’il me fallait retomber dans le désastreux résultat de l’Antekrist, j’aimerais voir votre souscription rester sans souscripteurs. »

(Extrait de la lettre de Tanguy Malmanche à Armand Keravel du 26 mars 1952, KLM11C42, CRBC)

Gurvan ar marheg estrañjour ne sera édité par Emgleo Breiz qu’à titre posthume en 1959 et l’édition complète de son théâtre en quatre volumes – Ollzrama – , comme il l’espérait, n’a finalement jamais parue.

La personnalité de Tanguy Malmanche, son exigence littéraire ainsi que son positionnement en dehors du jeu dans les années 1950 en font un cas à part dans le jeu littéraire en Bretagne à l’époque. C’est ainsi qu’il est devenu une figure pouvant être sollicitée, à la fois, du côté d’Al Liamm et de celui d’Emgleo Breiz car, si son exigence littéraire lui a fait prendre conscience qu’il s’adressait avant tout à un public instruit, c’est-à-dire le public privilégié par Al Liamm, a contrario, la langue qu’il utilise – un breton proche de la langue populaire dépourvu de néologismes – et son indifférence à l’égard du mouvement nationaliste, le rapprochent de la mouvance Emgleo Breiz. Quoiqu’il en soit, Malmanche a choisi de rester indépendant et de mettre au centre de ses préoccupations non pas les querelles graphiques et idéologiques de l’époque, mais de privilégier avant tout son œuvre littéraire au risque que cette position exigeante, à la fois littérairement et éditorialement, ne contribue à l’isoler quitte à entraver sa reconnaissance en tant que dramaturge. Ces choix et ces refus éditoriaux permettent également de mieux comprendre le fonctionnement d’un jeu littéraire où, au final, peu d’auteurs, dans les années 1950, ont cherché à garder, comme lui, une position de refus de tout compromis, peut-être au détriment de la diffusion de son œuvre.

Merci à M. Charles Stockmans d’avoir accepté la publication des lettres de Tanguy Malmanche ; merci également à Michel Oiry, ainsi qu’à Annaig, Geit et Mona Keravel d’avoir autorisé la publication des brouillons d’Armand Keravel sur la bibliothèque numérique du CRBC. Merci, enfin, à Fay Slakey, stagiaire dans le cadre du projet Rebelle-CollEx, pour son travail de numérisation, de documentation et de mise en ligne.

 

Mannaig Thomas

 

Courte bibliographie :

Malmanche Tanguy, « Introduction », La vie de Salaün qu’ils nommèrent le fou suivie du Conte de l’âme qui a faim, Paris, Librairie académique Perrin, 1926.

Ar Menn Morgan, En ur lenn Tangi Malmanche, Landéda, Aber, 2015.

Bihannig Gwennole, Tangi Malmanche, eus an hengoun d’ar skrid. Tanguy Malmanche, de la tradition à l’écrit, thèse de doctorat, Brest, UBO, 2005.

Kerdraoñ Mikaela, Tanguy Malmanche témoin du fantastique breton, Paris, Cit, 1975.

Kerhoas Lena, Le théâtre de Tanguy Malmanche : de la littérature bretonne, de la littérature, mémoire de Master, Brest, UBO, 2007.

Sur la question des orthographes du breton :

Blanchard Nelly, Orthographes, http://bcd.bzh/becedia/fr/orthographes

Sur les maisons d’édition Al Liamm et Emgleo Breiz et leurs revues respectives Al Liamm et Brud (Nevez) :

Favereau Francis, Anthologie de la littérature bretonne au XXe siècle (1945-1968), La littérature « d’esprit national » : Al Liamm Tir na n’Og ; Dans le sillage de la Résistance : Brud et Brud Nevez, tome 3, Morlaix, Skol Vreizh, 2008.

Ces ouvrages et travaux sont consultables à la bibliothèque Yves-Le Gallo, de même que les œuvres de Tanguy Malmanche en breton et en français.

 



Citer ce billet
Thomas Mannaig (2021, 16 février). « Nous sommes certains de nous entendre… » La correspondance entre Armand Keravel et Tanguy Malmanche entre 1949 et 1952. Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tch0

  1. Extrait de la lettre KLM11C39, fonds Armand Keravel, CRBC. []
  2. Extrait de la lettre KLM11C40, fonds Armand Keravel, CRBC. []
  3. Une autre partie de la correspondance se compose de lettre échangées avec sa veuve puis sa fille suite au décès de l’auteur. []
  4. C’est l’auteur qui souligne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.