Lettres d’Armand Keravel à Robert Lafont et Pierre Lagarde

On trouve dans le fonds Robert Lafont conservé au CIRDOC-Institut occitan de cultura 430 lettres d’Armand Keravel datées de 1952 à 1984. Le fonds Pierre Lagarde contient lui aussi un certain nombre de lettres d’Armand Keravel. Ce fonds n’étant pas encore entièrement classé, on ne dispose pas encore de leur nombre exact. Elles seront néanmoins indexées et numérisées au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Les premières mentions d’Armand Keravel dans les correspondances occitanistes apparaissent dans les années 1949-1950 dans le cadre de l’action en faveur de la proposition de loi relative à l’enseignement des langues et dialectes locaux portée par le député socialiste Maurice Deixonne. C’est en effet à ce moment-là que, sous l’impulsion de militants occitans et bretons, se met en place un « Cartel de défense des langues dialectales françaises ». On sait qu’Armand Keravel participe à la première réunion de ce Cartel qui a lieu le 29 décembre 1949 au Café Saint-Sulpice, à Paris1. Si l’action du Cartel est menée essentiellement à Paris par Pierre-Louis Berthaud, journaliste parlementaire, occitaniste et félibre, et Léon Toulemont, représentant à Paris de l’UDB (Unvaniez difennourien ar Brezonneg – Union pour la défense de la langue bretonne), Armand Keravel intervient au titre d’Ar Falz et commence ainsi à nouer des liens avec les Occitans.

Après l’adoption de la loi Deixonne, promulguée le 11 janvier 1951, la revendication pour la publication des arrêtés d’application du texte commence tandis que celle pour la mise en place de nouveaux dispositifs comme des épreuves de langue régionale au BEPC et, assez vite, pour une autre loi, plus ambitieuse. Là encore, les militants bretons et occitans échangent des informations et se coordonnent. Par ailleurs, dès 1952, alors que côté occitan des stages organisés par l’Institut d’études occitanes ont commencé à se tenir les années précédentes, des échanges ont lieu sur un plan pédagogique.

La nécessité d’élargir la loi Deixonne et, pour cela, d’entreprendre des actions coordonnées auprès des parlementaires, pousse les militants occitans et bretons à former un organisme commun qui voit le jour à la fin de l’année 1958, le Mouvement laïque des cultures régionales (MLCR), dont il apparaît rapidement qu’Armand Keravel et Robert Lafont en sont les chevilles ouvrières, bien aidés par ailleurs par Pierre Lagarde. Cet organisme nouveau permet non seulement d’unir concrètement les forces des Bretons et Occitans, mais il a aussi pour objectif de marquer un peu plus à gauche la revendication en faveur de l’enseignement des langues régionales. En effet, les premières élections législatives de la Cinquième république, en novembre 1958, sont largement remportées par la droite gaulliste. Si la revendication ne cesse pas avec le changement de régime et de majorité, il n’en demeure pas moins que les militants occitans comme bretons ont conscience qu’une éventuelle loi sur l’enseignement des langues régionales, si elle venait de la droite, verrait se lever contre elle l’opposition des syndicats enseignants. Il est donc nécessaire pour eux, même s’ils entendent bien toucher l’ensemble des députés et donc, naturellement, la majorité de droite, d’afficher une position laïque pour contrebalancer l’image réactionnaire que peuvent alors véhiculer les langues et cultures régionales du côté de la gauche.

Cette position laïque, marquée à gauche, a cependant l’inconvénient de risquer de susciter la méfiance de la majorité parlementaire. C’est pourquoi un autre organisme, que l’on peut qualifier de parallèle au MLCR va voir le jour au début de l’année 1960. Le Conseil national de défense des langues et cultures régionales (CNDLCR) regroupe ainsi Occitans, Bretons et Basques sous la présidence – honorifique – de l’académicien André Chamson. C’est, côté occitan, une occasion de former une Union culturelle des Pays d’oc (UCPO) à laquelle participent à la fois les occitanistes de l’IEO et le Félibrige. Si Auguste Delfau, à la fois membre de l’IEO et du Félibrige occupe le poste de secrétaire général du CNDLCR, c’est encore avant tout Robert Lafont et Armand Keravel qui sont à la manœuvre ainsi que le délégué parisien de l’association basque Ikas, Pierre Ibarrondo. Les délégués parisiens occitan (Jean Lesaffre) et breton (Roger Kervran) apparaissent comme des relais utiles dans la capitale, au plus près des lieux de pouvoir, mais semblent prendre peu d’initiatives.

Le CNDLCR (qui devient au cours des années 1960 Défense et promotion des langues de France, DPLF) est très vite un interlocuteur privilégié du Ministère de l’Éducation nationale et le demeure jusque dans les années 1970. Si l’on y voit passer un certain nombre de militants importants (Auguste Delfau, Jean-Baptiste Séguy, Jean Lesaffre, Pierre Lagarde, côté occitan, Pierre-Jakez Hélias, Roger Kervran, Yves Person, côté breton), Armand Keravel et Robert Lafont continuent longtemps à en être des piliers.

Les lettres d’Armand Keravel à Robert Lafont et Pierre Lagarde tournent essentiellement autour des revendications portées en commun au sein du MLCR et du CNDLCR / DPLF et, partant, de différentes considérations politiques à prendre en compte pour faire avancer ces revendications. Elles révèlent aussi en partie les stratégies mises en place plus particulièrement dans ces deux régions, au sein de l’IEO et de l’UCPO côté occitan, d’Ar Falz et de la Fondation culturelle bretonne pour la Bretagne.

La numérisation de ces lettres et leur étude dans le cadre du projet
REBELLE, qui permettra de les confronter à celles qui se trouvent dans le fonds Armand Kéravel numérisé par le CRBC se donnent pour objet de faire avancer la recherche historique sur les liens entre les mouvements occitan et breton dans la deuxième partie du XXe siècle et plus particulièrement sur la question de la revendication en faveur de l’enseignement des langues de France.

Yan Lespoux, Maître de conférences au département d’occitan
de l’université Paul Valéry-Montpellier III

1. Archives de Jean Lesaffre, Compte-rendu de la réunion du 29 décembre 1949.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2021, 27 janvier). Lettres d’Armand Keravel à Robert Lafont et Pierre Lagarde. Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.