Nuance d’archives: conserver ou préserver?

La conservation de documents est l’une des finalités du travail de l’archiviste, à la suite de la collecte et du classement des documents. Il est donc courant d’entendre ce terme lorsqu’il est question d’archives.

Pour autant, cette terminologie peut se révéler trompeuse. Car la conservation implique  en soi le maintien d’un élément dans un état constant et précis. Or, dans le cadre de la conservation du patrimoine archivistique, les archivistes ne travaillent pas tant à conserver définitivement un document qu’ils ne cherchent à le préserver – par diverses actions majoritairement préventives – , de causes pouvant mener à sa détérioration.

En effet, il n’est pas réaliste de penser que l’on peut conserver, au sens premier du terme, un document : de par son support, sa technique de création, un document est fondamentalement l’objet d’un processus chimique ; de par les usages liés à sa création, celui-ci fera l’objet de manipulations diverses dans des contextes particuliers, qui auront des conséquences sur son état. Il n’est pas possible d’arrêter tout processus chimique. Pas plus que, éthiquement, il n’est concevable d’empêcher la communication définitive et irrévocable d’un document, dans le seul but de garantir une sauvegarde parfaite du document en question.

Dès leur création, les documents présentent de fait des spécificités techniques et matérielles qui permettent de déterminer combien de temps environ ceux-ci pourront perdurer en l’état. Le travail dit de conservation à pour but d’étendre, au mieux, cette durée. L’objectif des méthodes et pratiques entendues sous le terme de conservation n’est donc pas tant le maintien du document en tant que tel qu’une recherche permanente pour assurer aux documents concernés une durée d’existence plus étendue, garantissant la préservation du document et de son contenu pour le rendre accessible sur le temps long.

Deux types de pratiques sont ainsi établies : une conservation dite préventive et une conservation dite curative.

La conservation préventive est l’ensemble des méthodes et pratiques mises en œuvre pour maîtriser au mieux l’environnement des documents. De la lumière au taux d’humidité, il s’agit de prendre connaissance des causes de détérioration qui existent autour des documents et de les contrôler pour en réduire les effets.

La conservation curative quant à elle recouvre les pratiques touchant aux documents en eux-mêmes. Plus invasive, elle est une étape complémentaire à la conservation préventive initiale. Elle peut amener à modifier chimiquement un document si cela est estimé nécessaire afin de réduire les dégradations en cours. Par exemple, il s’agira de désacidifier une collection de périodiques.

La conservation préventive prévaut dans la pratique, car une modification apportée à un document, même dans un esprit de conservation, reste une modification. Elle va de fait contre l’objectif de préservation en l’état du document.

Dans tous les cas, comme nous venons de le voir, la conservation est avant tout une série de mesures entreprises pour contrôler au mieux l’évolution des documents en question. Lorsque les méthodes de conservation mises en place se révèlent insuffisantes pour garantir l’existence et la pérennité des documents, il est alors nécessaire de passer par une étape de restauration. La restauration, plus invasive, est de fait vue comme un échec de la conservation et n’est menée à bien que lorsque toutes les autres méthodes n’ont pu limiter de manière pertinente les processus de dégradation.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 25 novembre). Nuance d’archives: conserver ou préserver? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.