Quelles solutions pour conserver des fichiers numériques ?

Nous l’avons vu, les fichiers numériques représentent un grand défi pour les institutions prenant en charge des archives, autant dans la garantie d’un accès au fichier lui-même qu’à son contenu. Des pistes sont étudiées pour dépasser les problématiques du numérique, et nous allons en voir quelques unes. 

A court terme

La pratique la plus courante est la multiplication des supports et des systèmes de sauvegarde. 

Afin d’assurer la conservation des fichiers créés, et d’avoir un accès permanent à (au moins) une version saine du fichier, les services peuvent se reposer sur plusieurs supports de sauvegarde des fichiers numériques (ayant chacun leurs avantages et leurs inconvénients) : serveurs informatiques (qu’il s’agisse d’un serveur sur site ou à distance de type Cloud), disques durs externes, bandes magnétiques, voire à une époque CD-rom. L’important est d’avoir de multiples copies d’un même fichier sur des supports différents afin de s’assurer que la corruption de l’un d’eux ne génère pas la corruption des données mêmes.

Ces sauvegardes multiples font ensuite l’objet d’un contrôle de la part des services (souvent réalisé en comparant entre elles par calcul d’intégrité les copies avec l’intégrité calculée du fichier d’origine). Si l’un des fichiers se dégrade plus que les autres, celui-ci sera remplacé par une copie (encore intacte) du fichier d’origine. Car le simple stockage d’un fichier ne signifie pas qu’il ne soit pas activement en cours de dégradation ou qu’il n’ait pas subi de modifications. 

Il est en effet assez aisé de modifier volontairement ou involontairement certaines données numériques, que cela soit par une manipulation même des données dans les documents ou lorsque l’on cherche à atteindre des données assez anciennes pour que le système d’exploitation utilisé demande une mise à jour du format de fichier consulté (conversion automatique vers un format plus acceptable pour le système d’exploitation…mais qui n’est pas garant de la bonne interprétation de l’ensemble des données contenues dans l’ancien fichier).

Le contrôle d’intégrité permet de vérifier facilement si le fichier a subi des évolutions. Quelles modifications y ont été apportées, cela malheureusement ne peut se savoir par ces moyens, mais l’important pour le service est d’avoir conscience de la modification, afin de pouvoir contrer cette dernière en échangeant le fichier corrompu avec une copie contrôlée et intègre du fichier d’origine. 

Cependant, cette pratique n’influence pas la conservation du support même sur lequel le fichier est enregistré, seulement le fichier concerné. Or, les supports de données numériques ont une durée de vie limitée comme n’importe quel support d’information, et, s’ils sont couramment utilisés, même uniquement dans un but de stockage, ils connaissent des évolutions et des dégradations au fil du temps. Le plus souvent, la dégradation des données s’effectue en premier de manière invisible à l’œil humain, et la personne consultant le fichier ne s’en rend compte que lorsque ce dernier ne peut plus être lu correctement par son logiciel de traitement. 

Il est courant dans les services d’archives de considérer qu’après 5 ans, un disque dur comme un CD-rom ne peuvent plus être reconnus comme fiables. Les serveurs informatiques, selon leur taille et leur environnement, peuvent être jugés convenables jusqu’à une durée d’entre 5 et 10 ans. Lorsque l’on pense aux parchemins du Xème siècle, cela paraît bien peu…  

Mis à part cette multiplication des supports et des fichiers, la diffusion à grande échelle des fichiers secondaires est également un bon moyen de penser la sauvegarde du contenu concerné (même sous un format dégradé). La copie, même de moindre qualité, reste une copie qui, en cas de besoin peut permettre de donner accès à un minimum d’information sur le fichier d’origine. 

Et à long terme? 

Deux solutions existent, lorsque les premiers fichiers créés montrent une perte d’intégrité : la migration ou l’émulation. Ces méthodes jouent sur deux approches différentes du fichier conservé.

Dans le cadre de la migration, solution la plus courante dans les services d’archives,  le format du fichier est volontairement modifié. Comme nous l’avons déjà abordé, le format d’origine du fichier n’est pas forcément une garantie à long terme de la conservation ou de l’accès aux données enregistrées. Il faut donc parfois, après quelques années, envisager une conversion du fichier. Un nouvel exemplaire du fichier d’origine est créé dans un format autre que son premier format. Le format de destination est alors estimé plus fiable pour la conservation et pertinent pour son exploitation par les outils numériques actuels.

Cette solution requiert une certaine puissance technique, afin de pouvoir gérer la masse de conversions nécessaires. De plus, elle peut occasionner des pertes de données du fait du changement de format. Même si cela est réalisé dans un but de conservation, toute modification du fichier entraîne une modification des données enregistrées. Il s’agit donc d’estimer la pertinence de la migration pour le fichier.

L’autre possibilité est l’émulation. Cette solution implique la reproduction sur un système d’exploitation actuel d’un environnement matériel et logiciel externe, souvent plus ancien. Ce que l’on appelle ainsi l’émulateur simule l’environnement d’origine du fichier, permettant ainsi sa lecture par les logiciels adaptés et donnant donc l’assurance d’un accès complet aux données d’origine (dans le cadre ou le fichier est toujours intègre) sans nécessiter le changement de son format. L’architecture technique, les complexités  en termes de droit et de sécurité ne sont pas négligeables avec cette solution, mais celle-ci se développe notamment par la garantie du traitement complet des données du fichier, selon son contexte de création. 

Ces possibilités ne sont pas des garanties lors de la mise en œuvre d’une conservation complète et sans erreur du fichier numérique. Ce sont cependant des solutions face à une technologie encore jeune, évolutive et toujours plus complexe. La conservation des fichiers numériques est une question à penser, lorsque le monde dans lequel nous évoluons est autant tourné vers ces mêmes fichiers



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 14 octobre). Quelles solutions pour conserver des fichiers numériques ? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.