Conserver des fichiers numériques: est-ce possible?

Dans le cadre de la numérisation d’archives, la création d’un fichier maître mais aussi de fichiers secondaires implique des ressources informatiques importantes pour gérer ces fichiers. Et elles ne sont pas à négliger lorsqu’il est envisagé une conservation sur le temps long des fichiers en question. Mais à quelle conservation pensons-nous dans ce cadre?

Conservation et technologies : un combat sans fin

Lorsque l’on parle de technologies numériques et de la conservation des fichiers numériques par ces technologies, il est assez courant d’entendre de l’étonnement face aux problématiques soulevées. Le numérique, et sa propension dans notre vie actuelle, laissent souvent penser que ces technologies n’ont pas de fin, et que, par leur simple fonctionnement, elles conservent d’elles-mêmes les fichiers qu’on y dépose.

Cependant, technologie ne se conjugue que très rarement avec conservation sur le temps long. Les services d’archives n’ont par exemple aucun mal à conserver (sans catastrophe ou événement attaquant le service même bien entendu) des parchemins du XIIIème siècle. Ce qui n’est pas le cas de pellicules photographiques et audiovisuelles par exemple, que les spécificités de manipulation et la composition chimique rendent extrêmement sensibles. Idem pour des fax (dont l’encre s’efface en moins de dix ans en moyenne) ou des publications de presse , qui malgré leur modernité se révèlent plus fragile.

Les technologies numériques, malgré leur apparente simplicité d’utilisation et leurs évolutions continues au fil des années, ne sont pas extérieures à ces problématiques de conservation. La complexité d’encodage des données informatiques, passant d’une forme binaire à un traitement selon le format du fichier pour sortir des éléments intelligibles par une machine et une personne implique en retour un travail régulier de vérification des fichiers créés numériquement. De même, bien que l’informatique soit souvent vue comme une dématérialisation des fichiers, ces derniers restent bien concret au cœur d’un réseau informatique. De fait, si les serveurs stockant les fichiers rencontrent un problème, les fichiers ne sont pas à l’abri de dégradations voir d’une disparition. Il est donc nécessaire de penser dans ce cadre à la fois au fichier lui-même et à son support de stockage.

La possible disparition des données

Depuis le développement de l’informatique, une question traverse parallèlement le monde des archives: comment conserver les données créées par ces nouvelles technologies et en assurer la transmission dans l’avenir? 

La question est loin d’être innocente. En effet, ce développement technologique sans précédent est la source de nombreux doutes au sein des services d’archives. Ces questionnements sont présents au point où la notion d’Âge sombre numérique s’est développée dans les milieux concernés. En référence à un terme employé (et critiqué) en historiographie pour désigner une période historique néfaste, l’Âge sombre numérique représente cette période de temps où les technologies se développent mais les méthodes de conservation pour assurer leur préservation ne sont pas encore mises en place. Mentionnée pour la première fois en 1997, cette notion fait référence à l’idée qu’à l’avenir, certains fichiers numériques ne seront plus accessibles par obsolescence des systèmes y donnant accès ou par corruption même des données au fil du temps.

Encore en 2020, même si la théorie existe, les méthodes de conservation ne sont pas uniformisées et les techniques restent incertaines car seul le temps permettra aux institutions de savoir si leur planification a été pertinente ou non. La multiplication des formats de fichiers, du type de données, des logiciels de traitement de ces dernières et leur grande diffusion sur de multiples réseaux (par mail ou plateformes web) est source de nombreux questionnement pour la conservation de l’information ainsi transmise.

La numérisation d’archives est donc un exercice demandant une réflexion constante de la part des institutions sur leur capacité à gérer et suivre techniquement et humainement l’évolution de leurs fichiers et de leurs systèmes informatiques.

Nous verrons dans le prochain article quelles solutions existent pour assurer une conservation numérique,si ce n’est à long terme, du moins à court et moyen terme.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 7 octobre). Conserver des fichiers numériques: est-ce possible? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgr

Une réflexion sur « Conserver des fichiers numériques: est-ce possible? »

  1. Ping : Quelles solutions pour conserver des fichiers numériques ? – Rebelle-Collex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.