Qu’est-ce qu’une numérisation de qualité?

Lorsqu’une archive est numérisée, le fichier obtenu est le plus souvent une image numérique (nous n’aborderons pas ici les archives sonores ou audiovisuelles en particulier, qui connaissent leurs propres défis). Sans rentrer dans sa composition même, quelques paramètres permettent de contrôler la qualité de l’image obtenue. 

La résolution de l’image

Le résultat d’une numérisation de qualité, pour une institution conservant des archives, est une image dont la résolution (soit le nombre de pixels par pouces ou ppp/ppi) est assez importante pour permettre une utilisation finale variée de l’image.

Pour exemple, un très bon appareil photo de smartphone peut actuellement produire des images allant jusqu’à 555 ppi de résolution. Dans le cadre d’une archive numérisée, il est généralement recommandé de viser une résolution environnant 1600 ppi (selon l’archive d’origine), mais pouvant également aller jusqu’à 6000 ppi. Cette résolution permet, entre autres, un niveau de détail et de manipulation suffisamment pertinent pour assurer l’utilisation du fichier sous diverses formes : mise en ligne sur un site internet, impression sur des affiches de grand formats… 

En parallèle de la résolution du fichier, le format dans lequel l’image est enregistrée joue beaucoup sur la qualité des données de l’image.

La question du format 

Aucun format, à ce jour n’est clairement défini pour assurer à la fois une bonne résolution d’image mais également l’accès et la conservation sur le long terme du fichier final. Pour autant, un choix est nécessaire car une image numérique brute (format .raw), telle qu’ enregistrée par un capteur photographique, ne serait pas intelligible. Le fichier .raw est automatiquement traité, soit par l’appareil photo soit par un logiciel externe,  lorsque l’image est visualisée sur un écran.  Et c’est l’enregistrement de ce traitement dans un format de visualisation qui est important.

Dans la vie courante, la majorité des images numériques créés et diffusées est au format .jpeg . C’est un format léger, mais qui est bien souvent compressé (c’est-à-dire qu’il ne conserve pas l’ensemble des données captées par l’appareil photographique lors de la prise de vue.). Cette compression implique une dégradation concrète de l’image finale, bien qu’invisible à l’œil nu. Même s’il est possible de revenir sur la compression du fichier par des techniques de calculs, celle-ci laisse des traces et certaines pertes ne sont pas réversibles. Les institutions de conservation évitent de facto les formats compressés.

Certains formats ne sont également pas pris en compte car leurs contraintes de gestion et d’accès sont trop importantes. Les formats dits propriétaires (dont les spécificités ne sont pas mises à disposition du public, dont la technique de formatage ne l’est pas non plus) sont considérés comme un risque pour la conservation des fichiers. Les services valorisent donc des formats dit ouverts, ce qui assure, en cas de problème avec le fichier ou si le format n’est plus lisible, de pouvoir retrouver l’accès aux données en se référant à ses spécificités.

Dans une optique de conservation, les formats favorisés sont de fait des formats non compressés et non propriétaires dont le standard se révèle assez demandeur en termes techniques pour assurer un haut rendu à la numérisation. Ces contraintes font que les formats les plus couramment choisis (.tiff ou .jp2) ne sont pas des formats facilement manipulables: la taille des fichiers, mais également les informations qu’ils contiennent (métadonnées), les rendent lourds à gérer numériquement.

Le fichier maître et les autres

Le fichier principal obtenu à la numérisation n’est que rarement celui qui est ensuite diffusé sur les ordinateurs de consultation ou mis en ligne. En effet, compte tenu des contraintes évoquées pour manipuler ce fichier dit “maître” ou principal, les institutions doivent créer à partir de ce dernier des fichiers secondaires. Souvent, ceux-ci seront dans des formats dégradés (comme .jpeg) afin de permettre la diffusion de l’image sur diverses plateformes, et l’utilisation concrète du document numérique par diverses personnes.

Ces fichiers, de qualité moindre techniquement par rapport au fichier maître, sont généralement suffisants pour une consultation classique des documents car même sur des fichiers dégradés, le niveau de détail atteint est acceptable pour l’œil humain. 

Capture d’écran d’un fichier .jpeg et d’un fichier .tiff côte-à-côte (zoom +200%): première page du manuscrit original du Cheval d’orgueil, Pierre-Jakez Hélias (PJH097)
Pourquoi créer un fichier maître si lourd à la base?

Lorsque l’on créé des fichiers numériques, il est nécessaire de garder à l’esprit que la technologie numérique évolue rapidement. Il est tout à fait imaginable qu’un fichier, aujourd’hui considéré comme correct pour être diffusé voir conservé, se révèle d’ici quelques années de médiocre qualité pour les réseaux existants. En cherchant une image de haute qualité technique dès le départ, les institutions veulent garantir une utilisation numérique sur le temps “long” de la numérisation.

La qualité de la numérisation est donc l’assurance pour une institution d’un usage à long terme de l’image obtenue mais également l’assurance de ne pas avoir à réaliser de nouveau pour un temps donné une numérisation chronophage et coûteuse en ressources humaines et techniques. 

Mais ces choix ne sont que des étapes dans la finalisation de la numérisation. En effet, une fois le fichier numérique obtenu, il faut penser l’après : la conservation numérique du fichier. Cette question sera l’objet du prochain article publié.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 30 septembre). Qu’est-ce qu’une numérisation de qualité? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgq

2 réflexions sur « Qu’est-ce qu’une numérisation de qualité? »

  1. Ping : Manuscrits de Lesquiffiou : parcours de numérisation | DReAM-CollEx

  2. Ping : Conserver des fichiers numériques: est-ce possible? – Rebelle-Collex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.