Numériser, oui. Mais quelles archives?

La copie numérique d’une archive est le résultat final d’un processus de réflexion qui traverse les institutions cherchant à communiquer autour de leurs fonds d’archives.

Les technologies numériques (que l’on peut définir brièvement comme tout moyen d’information qui se construit et transmet l’information sous forme de chiffres) n’ont pas amené aux services d’archives la pratique de la copie. Les actes sur parchemin au Moyen Âge étaient déjà copiés afin d’assurer la préservation des textes qu’ils contenaient. Premièrement pensée comme une méthode de conservation de l’information pure, la copie d’archives a connu une expansion au XXème siècle, avec notamment l’arrivée du microfilm, qui fut utilisé en masse pour créer des fac-similés de documents largement consultés et susceptibles d’être endommagés par ces consultations successives : les registres d’état-civil, le cadastre… Ces copies étaient alors principalement pensées dans une optique de conservation non seulement de l’information contenue, mais également de son support.

Les technologies numériques ne sont donc pas les premières tentatives de reproduction d’archives. Cependant, elles apportent, en plus d’une meilleure qualité d’images que les microfilms, une autre approche des sources en permettant une diffusion à grande échelle de l’information. Il y a désormais la possibilité d’une mise en ligne sur internet, ou sur un intranet réservé, avec l’idée de pouvoir mener plusieurs consultations de front sur un seul et même contenu.

En terme de conservation et de communication des documents originaux, les conséquences sont positives : le document en lui-même est moins manipulé, d’où une conservation en de meilleures conditions, l’accès à l’information contenue est en parallèle assurée par la copie numérique et peut-être étendu à un public qui n’est pas physiquement au sein de l’institution de conservation.

Pourquoi donc ne pas tout numériser?

La pratique de la numérisation a donné une grande visibilité aux archives, et il est courant que les publics pensent qu’à partir du moment où un document spécifique est numérisé, il n’y a pas de raison que les autres ne le soient pas non plus. En théorie, cela est tout à fait souhaitable, et peu d’institutions, à moins de contraintes légales de transmission de l’information, limiteraient volontairement cette procédure.

La réalité est malheureusement bien différente : toutes les archives n’ont pas d’équivalent numérique. Et elles ne pourraient pas en avoir, à l’heure actuelle des technologies et des réseaux existants.En effet, la pratique de la numérisation est un travail qui demande du temps, des ressources humaines, mais aussi des ressources informatiques importantes afin de conserver et proposer l’accès à des numérisations de qualité sur le long terme.

Le choix des archives

Très souvent, les institutions numérisent donc par  degrés d’ “urgence” les archives : celles dont la consultation physique est restreinte, dont la conservation est incertaine, ou encore qui sont les plus demandées pour consultation. La numérisation d’archives résulte d’un choix de la part des institutions, qui sont soumises à des contraintes concrètes de gestion et de communication de leurs archives.

Pour exemple, le premiers corpus numérisé par le CRBC et mis en ligne sur sa bibliothèque numérique est celui du Barzaz Bro Leon. Le CRBC possède une centaine de fonds d’archives, tous ayant un intérêt historique pour la recherche. Pourquoi avoir numérisé ces archives en particulier ?

Capture d’écran de la visionneuse de la Bibliothèque numérique du CRBC. Archive numérisée :documents envoyés par Louis Falhun habitant à Tréglonou à l’abbé Jean-Marie Perrot en réponse au concours du Barzaz Bro-Leon (Barzaz Bro-Leon, droits : Youenn Caouissin)

Plusieurs raisons ont mené à cette décision : parallèlement à un travail de recherche effectué sur le corpus et ayant mené à une publication conjointe du CRBC (Barzaz Bro-Leon, une expérience inédite de collecte en Bretagne, sous la direction d’Éva Guillorel, aux Presses universitaires de Rennes / Centre de recherche bretonne et celtique, 2012), le fonds d’archives en question n’était pas conservé par le CRBC lui-même mais avait fait l’objet d’un prêt pour numérisation, autorisé par son propriétaire.

Ces prêts pour numérisation (et non conservation) sont de plus en plus fréquents dans les institutions, et permettent de communiquer et partager des archives difficilement accessibles par leur conservation en main privée. Cependant, ces prêts sont contraignants : de par leur statut de prêt, l’institution s’engage à les remettre à la personne propriétaire sous un temps donné. La numérisation doit donc être planifiée selon les attentes du contrat, en parallèle de la continuité des activités de l’institution en temps normal. Au sein du CRBC, suivant notre exemple, aucun personnel n’est entièrement dédié à ce travail, et la numérisation devient donc une tâche adjointe à un travail principal pour le personnel de la bibliothèque du centre de recherche.

La numérisation seule du corpus du Barzaz Bro-Leon s’est étendue sur environ un an, présentant au final 138 ensembles documentaires sur la bibliothèque numérique du CRBC, pour un total de plus de 1000 pièces d’archives numérisées

De multiples paramètres, d’accès, d’état et de contexte de traitement des documents, sont ainsi pris en compte lorsqu’une numérisation est décidée. Mais ce choix fait n’est que la première étape du processus, qui implique ensuite le traitement numérique des documents. Dans le prochain article, nous continuerons donc notre réflexion à travers le processus de numérisation d’un document et aborderons l’action concrète de la numérisation d’une archive.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 16 septembre). Numériser, oui. Mais quelles archives? Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgo

Une réflexion sur « Numériser, oui. Mais quelles archives? »

  1. Ping : Numérisez, conservez…documentez! – Rebelle-Collex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.