Les Archives numérisées : introduction

La crise sanitaire récente et les mesures de confinement mises en place dans de nombreux pays dans le monde ont, pour les institutions culturelles, souligné l’importance d’un rapport à distance, par le biais des nouvelles technologies et de l’internet, avec leurs publics.

Les services d’archives et les bibliothèques ont en nombre eu recours à leurs documents numérisés afin de continuer leur activité de promotion patrimoniale. Ce qui a montré l’intérêt et la pertinence du travail de numérisation et de diffusion des contenus en ligne.

Capture d’écran de la visionneuse de la Bibliothèque numérique du CRBC. Archive numérisée: manuscrit original du Cheval d’Orgueil, Pierre-Jakez Hélias (PJH097)

Qu’il s’agisse d’archives numérisées (comme l’exemple ci-dessus, tiré de la Bibliothèque numérique du CRBC) ou de contenus nativement numériques, ces documents et ressources cachent, derrière leur facilité apparente de consultation et de manipulation, le questionnement constant des institutions sur leurs pratiques de travail et leurs méthodes de communication.

L’archive numérisée présente ses propres défis en matière de gestion et d’’accessibilité. L’archive papier est peu aisément accessible en soi : conservée au sein d’un service particulier, souvent éloigné d’autres structures ouvertes au public, décrite et intégrée dans des systèmes d’organisation non-générique malgré les tentatives d’uniformisation des fonds par les services… L’archive papier représente de fait un ensemble d’informations distant pour celles et ceux qui n’ont pas été introduits à son monde.

Le fac-similé numérique du même document peut être perçu comme plus accessible pour le public : diffusé en ligne, donc accessible à toute personne ayant un ordinateur et une connexion internet, sur des visionneuses adaptées (permettant un accès détaillé au document, ou encore pour certaines, la possibilité de faire une recherche textuelle dans le document même ou de télécharger sous différentes tailles le document en question, et ce avec un ensemble d’informations scientifiques sur le document original permettant de contextualiser ce dernier).

Pour autant, cette ultime diffusion du document cache un processus de création, d’information et de conservation complexe de ce même fac-similé numérique que doit gérer et appréhender l’institution qui en est à l’origine : quels outils pour créer le fichier numérique ? quel format pour le conserver ? quel format pour le diffuser ? où le diffuser ? et comment assurer sa préservation ? Ces quelques questions échantillonnées montrent comment chaque étape du processus représente des problématiques qui doivent être pensées et résolues pour assurer la pertinence de la démarche entreprise. Car même si la part croissante du numérique et de ses ramifications dans la vie courante semble laisser penser le contraire, la préservation et l’accès continu à des données numériques est un réel défi pour les institutions patrimoniales, encore plus si l’on pense en termes de temps long et de conservation archivistique.

Le développement d’outils en ligne de consultation des données, que celles-ci soient diffusées sous la forme d’images comme dans la bibliothèque numérique du CRBC ou de données textuelles comme dans la base PRELIB, pose la question aux services de la conservation de ces informations et de leur mise à disposition permanente à des publics aux ressources technologiques diverses. Les articles du carnet aborderont dans les prochaines semaines cet aspect des archives, de la création de copies numériques (à partir de documents d’archives physiques) à leur diffusion et leur conservation sur le temps long. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.