L’accessibilité des archives

La crise sanitaire que traverse le monde en ce moment a eu des conséquences importantes sur le monde des archives, notamment par l’impossibilité d’accueillir du public et de donner accès à des documents conservés dans des institutions fermées. La période de confinement qu’a connu l’Université de Bretagne Occidentale et le Centre de recherche bretonne et celtique a mis en relief un problème latent au sein des institutions conservant des fonds d’archives: l’accessibilité aux fonds. Et alors que les services et les institutions conservant des archives rouvrent leurs portes, la question de l’accessibilité concrète aux archives se pose comme celle de la réelle ouverture de ces services au public


Le Centre de Recherche bretonne et celtique possède en 2020 plus d’une centaine de fonds d’archives émanant de personnes morales ou physiques privées (non dépendant des institutions de l’état). Ces fonds sont composés de documents allant de parchemins du XVème siècle à des enregistrements sonores de la fin des années 1990 ( en sachant que la majorité des fonds est sur support papier).  

Au CRBC, les fonds d’archives peuvent être consultés sur rendez-vous et sur demande, motivée, auprès du directeur du centre. Les fonds d’archives sont, en théorie, accessibles à tous.

Mais qu’en est-il de l’accès aux fonds, en pratique? 

Tout d’abord, certains fonds sont l’objet de restrictions légales, imposées par leurs propriétaires ou par les codes de loi. Le CRBC peut être acquéreur ou simplement conservateur des fonds d’archives. Dans le second cas, les propriétaires des fonds peuvent émettre des demandes relatives au traitement et à l’ouverture du fonds au sein du CRBC. Les services conservant des fonds en dépôts cherchent généralement à limiter au mieux les restrictions de communication, car elles complexifient souvent le travail autour du fonds, mais ne peuvent totalement les interdire. Le CRBC lui-même peut être amené également à limiter la communication de documents, pour respecter les lois relatives à la communication d’informations relevant de la vie privée de personnes encore en vie. Les fonds d’archives peuvent contenir en effet des documents assez récents (datant des années 2000 par exemple dans certains fonds). Selon la loi  les archives publiques ont, dans cette optique, des règlements et des circulaires officialisant les délais de communication de documents. Dans le cadre d’archives privées, celles-ci sont avant tout soumises au respect de la vie privée, selon le code civil. La conservation des archives n’implique donc pas l’autorisation entière de leur communication et le CRBC doit consciemment autoriser celle-ci. 

Une autre limite à l’accès aux documents d’archives peut être l’état de conservation des archives même. Bien que le traitement des fonds d’archives suppose la mise en place de pratiques de préservation préventive des documents, et que la restauration de documents à fin de conservation soit une possibilité, certaines pièces se présentent dans des états de dégradation avancés, empêchant, afin d’en assurer la conservation sur le long terme, la communication directe du document. Cette dernière limite voit généralement sa résolution dans la numérisation des documents : en les numérisant, il est ainsi plus aisé de donner accès (même si détourné) aux documents et aux informations qu’ils contiennent*.

Outre le fait de répondre à un besoin de conservation sur le long terme des documents, la numérisation des fonds peut se présenter comme un premier pas pour ouvrir les fonds à un public plus large que celui qui fréquente physiquement et habituellement les archives. Car le public venant consulter les fonds du CRBC reste sensiblement uniforme. La majorité des consultations est effectuée par des chercheurs ou des étudiants. Cela s’explique par la localisation du CRBC (au sein même de l’université) mais également son orientation spécifique (l’étude des mondes breton et celtique). Cette situation ne facilite pas le contact avec des publics extérieurs au monde de la recherche universitaire. Cela ne veut pas pour autant dire qu’un public plus vaste et diversifié (en terme d’origines et d’objectifs) ne soit pas intéressé par les archives du CRBC. Les diverses manifestations organisées autour de ces fonds et des travaux de recherche qui en ont découlé (comme lors des 50 ans du CRBC en 2019)  démontrent au contraire un certain panel de publics pour le CRBC. 

Le CRBC a ouvert en 2015 sa Bibliothèque numérique, qui rassemble aujourd’hui des numérisations de documents tirés de fonds du CRBC, mais également d’institutions partenaires (comme les registres du bagne de Brest, conservé par le Service historique de la défense de Brest). En parallèle, le Centre a également diffusé des collections en relation avec d’autres institutions: des revues avec la Bibliothèque nationale de France ou encore des archives audiovisuelles avec l’Institut national de l’audiovisuel. Cette politique de numérisation des fonds continue aujourd’hui à enrichir les collections numériques du CRBC et à ouvrir les archives à un public toujours plus important. 

La numérisation des archives, et les nouvelles technologies en générale, n’est pas une fin en soi pour la conservation et la transmission des archives, et ce pour de multiples raisons. Cependant, ces possibilités de communication et de diffusion des fonds qui existent désormais restent un atout pour des institutions comme le CRBC, afin d’assurer l’accès à ses fonds tout en se rendant visible à d’autres échelles à un public plus large qu’à l’origine mais tout aussi intéressés par ces archives. 

* nous ne traiterons pas aujourd’hui de la numérisation en tant que telle qui recouvre des problématiques particulières autant en terme de conservation physique des documents qui en font l’objet qu’en terme de conservation des fichiers numériques créés à la suite. 



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 21 juillet). L’accessibilité des archives. Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.