L’objectivité des archives (2) : la pratique

Dans la première partie de cet article , nous avons abordé la notion d’objectivité et son implication au sein du travail des archivistes. Nous avons également souligné combien les descriptions d’archives, réalisées avec des biais d’intérêts conscients ou non, avaient des conséquences sur la diffusion des informations relatives aux fonds d’archives et de fait sur leur accessibilité. 

Dans le cas des fonds d’archives du CRBC, les biais de description sont majoritairement des biais que l’on peut considérer comme de recherche ou culturels et qui ont pour conséquence une présentation orientée des informations disponibles. De fait, sur le temps long, ces mêmes informations se révèlent parfois invalides, par l’usage de formulations ou d’une terminologie qui ne sont pas fondées sur les documents même mais qui proviennent d’une approche individuelle du sujet traité. 

Exemples dans les fonds du CRBC

Les inventaires des fonds de Pierre-Jakez Hélias et Francis Even présentent une large correspondance, reçue d’auteur.es varié.es (allant de lettres informatives à des remerciements succincts, ou encore des nouvelles personnelles). Lorsque les noms des auteur.es des lettres sont déchiffrables (ce qui est en soi une problématique à part entière), ceux-ci sont inscrits dans les inventaires sous la catégorie “Auteur” des documents. Cependant, dans ces deux inventaires, une pratique notable se fait jour face à des lettres rédigées par des femmes: les auteures sont présentées comme “Madame [nom de famille]”. Il est entendu que, parfois, ces personnes signent d’elles-mêmes sous cette titulature. Pour autant, et avec une récurrence notable, les auteures signent de leur état-civil complet, soit prénom et nom de famille (voir nom de jeune fille avant nom d’épouse). La description des inventaires présente cependant consciemment les auteures sous la titulature réduite de “Madame [nom de famille]”.  Cette approche des noms des auteures des lettres est notamment visible dans l’inventaire du fonds de Francis Even, qui a reçu de nombreuses lettres d’épouses de personnalités du milieu breton. Les auteures sont alors enregistrées dans l’inventaire sous leur statut “d’épouse de”, et cela est également le cas des lettres reçues ou envoyées par Cécile Even, épouse de Francis Even, et qui est présentée dans l’inventaire sous le nom de “Mme Even”. Outre le fait que cela peut prêter à confusion (comment différencier en effet deux femmes portant le même nom de famille alors que leurs prénoms sont utilisés dans les documents?), cette pratique tend à souligner l’existence en dépendance à un autre individu de ces personnes, au-dessus de leur propre individualité et mène à occulter dans la description du fonds des informations pourtant pertinentes à l’étude des correspondances.

Un autre exemple de biais dans la description, plus ponctuel mais tout aussi notable, est la dénomination dans le fonds Hélias donnée à un dossier photographique concernant un stage réalisé à Abidjan (Côte d’Ivoire) en 1958 par l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique et auquel a participé le producteur du fonds (article PJH246). Le dossier était intitulé dans l’ancien inventaire “Photos d’Afrique”. Ici, ce qui limite l’accès aux documents est la simplification d’un voyage professionnel en Côte d’Ivoire comme une documentation sur l’Afrique. Le terme utilisé cachant ici la nuance géographique et culturelle qui est belle et bien présente entre l’Afrique, continent, et la Côte d’Ivoire, pays de ce continent. A titre d’exemple, ce dossier photographique, qui participe dans le nouvel inventaire d’un ensemble documentaire sur ce stage pour animateurs de sociétés locales d’éducation populaire,  a été reintitulé “Pierre-Jakez Hélias en Côte d’Ivoire” car les photographies sont majoritairement représentatives des activités de l’auteur lors de ce stage, dont on sait par la documentation présente qu’il s’est déroulé en Côte d’Ivoire (leur qualité de photographie est spécifiée dans la typologie documentaire de l’inventaire). Cette modification n’est réalisée que pour des descriptions et des intitulés forgés pour les besoins de l’inventaire. Ainsi, en parallèle de ce dossier photographique, est un carnet de voyage. Ce dernier a été intitulé par le producteur lui-même “Stage d’Afrique noire”. Le titre a dans ce cas été conservé. La description du contenu cependant délimite plus en détail cet intitulé en précisant “Notes de Pierre-Jakez Hélias lors d’un déplacement en Côte d’Ivoire pour l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique.”

Les biais de description présentés ci-dessus ne sont que des exemples de nombreuses subjectivités présentes dans les instruments de recherche et qui, au lieu de favoriser l’accessibilité des archives par une description fidèle des documents, trouble leur communication en modifiant l’information par généralisation ou orientation. 


Le travail de description de documents aussi peu standardisés que ceux présents dans les fonds d’archives demande de fait une certaine précision et un travail de réflexion non négligeable, afin d’assurer une communication aussi pertinente que possible des archives. Les exemples présentés ici tendent à montrer combien il est aisé, par facilité de réflexion ou par rapidité de traitement, de compromettre la fiabilité d’un instrument de recherche créé pour guider le public dans des archives auxquelles il n’a pas directement accès.

Bien que l’objectivité soit, en elle-même, inatteignable, il est pour autant nécessaire de penser complètement la valeur des termes utilisés pour décrire des archives, afin de permettre leur accès sur le long terme à un large public.



Citer ce billet
Marie-Alice Le Corvec (2020, 15 juillet). L’objectivité des archives (2) : la pratique. Rebelle-Collex. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.