Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (2)

La première partie de notre réflexion sur le principe de respect de l’ordre originel des archives présentait la théorie du principe (qui, pour rappel est défini ainsi : « Principe consistant, au sein d’un fonds d’archives, à maintenir intact ou à le restaurer le classement interne des documents qui le composent, établi par le producteur » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique, » 2002)). Nous étions restés à une approche théorique de ce principe. Voyons maintenant comment ce principe est appliqué au sein des institutions de conservation françaises.

(N.B: La pratique décrite ici est celle de la France, et fait l’objet de critiques par les acteurs anglo-saxons du secteur ou le monde francophone influencé par ces derniers. Nous n’aborderons également pas la question du traitement d’un vrac d’archives.)

Quelle est l’application concrète de ce principe au sein des fonds d’archives ?

La restauration d’un ordre artificiel ne se fait généralement qu’à un niveau moindre de la description archivistique, au sein d’un même dossier par exemple, et ne concerne de fait qu’un classement à minima de pièces selon des critères logiques prédéfinis. A un niveau supérieur, le remplacement complet d’un ordre d’origine a pu être effectué par des services d’archives pour favoriser une logique d’exploitation historique dans les cas où ce premier ordre supposait des connaissances historiques uniquement accessible une fois complétée la lecture du fonds entier. Cela reste cependant des exceptions.

Il y a là un objectif simple : conserver et respecter les activités et les logiques de travail générales du producteur, tout en permettant au sein des dossiers mêmes une recherche et une consultation aisée des pièces, en leur donnant une logique de classement constante dans le fonds si aucune logique ne se détache au préalable. La finalité étant de faciliter la communication des archives. Le producteur, et sa pratique des archives in-fine passant dès lors au second plan des intérêts de consultation.

Il est intéressant de noter que dans certains fonds du CRBC, dont celui de Pierre-Jakez Hélias, qui a été l’objet principal de notre travail jusqu’à maintenant, les documents ont été inventoriés lors de leur première description dans leur ordre d’origine, qu’une logique de classement s’en détache ou non. Il n’a pas été question, lors de leur catalogage, de réfléchir aux informations disponibles et de les structurer pour leur donner sens ensemble. Cela est cohérent avec la pratique de la description à la pièce qui était en vigueur alors (description pièce à pièce, sans contextualisation plus générale de l’archive au sein d’un dossier ou d’une série). Cette pratique de ne pas questionner les archives ainsi transmises reste également une première approche sécurisante en terme de décision à prendre sur le fonds. Il peut être en effet complexe, voire intellectuellement difficile, de choisir entre la conservation d’un classement sans logique visible, mais le respect pur du travail et des pratiques du producteur, et la création artificielle d’un classement ordonné, permettant alors d’assurer l’accessibilité des documents et de leur contenu aux publics.

Pour autant, la raison d’être des archives, outre la conservation d’une information juridiquement et scientifiquement pertinente, est bien l’accès à ces mêmes informations: si les fonds sont conservés, c’est dans un objectif bien précis de communication et de consultation. Les archives et les fonds sont conservés dans le but de renseigner et d’informer les publics (que ce soit pour une valeur légale ou scientifique). La restauration, voir la création artificielle, d’un classement interne à un niveau inférieur de description est donc tout à fait pertinente dans le cas où elle répond à un besoin d’accès à l’information, sans décomposer en parallèle la logique générale des grands ensembles documentaires du fonds créé par le producteur.

Dans le cadre du fonds Pierre-Jakez Hélias, le fait que le fonds ait déjà fait l’objet d’études dans le premier classement qui a été enregistré, et soit encore consulté, a joué sur la décision de recréer ou non un ordre de classement au sein des dossiers présents. Puisqu’il s’agissait de ne pas perturber les pratiques déjà établies des chercheurs sur ce fonds, le classement d’origine à la pièce a été conservé. Cependant, comme nous l’avons déjà vu dans un article précédent, un travail de contextualisation a été réalisé afin de permettre aux publics de rechercher, par une logique supérieure de description, les informations qui les intéressent.

Suite de :

Le Respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (1)


Une réflexion sur « Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.