Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (1)

Dans un article précédent, nous avons abordé la notion de respect des fonds en archives. Pour rappel, le respect des fonds est défini comme le « Principe fondamental selon lequel les archives d’une même provenance ne doivent pas être entremêlées avec celles d’une autre provenance et doivent être conservées selon leur ordre primitif s’il existe. » (Bureau canadiens des archivistes, Règle pour la description des documents d’archives (Ottawa, 1990)). Cette définition introduit une notion subséquente (mais tout aussi pertinente en archivistique) au principe de respect des fonds, qui est l’idée d’un respect de l’ordre primitif (également dit originel) des archives.

Quel est ce principe ?

L’intérêt d’un fonds d’archives est d’être une preuve des activités réalisées par leur producteur. Cela va de la pièce d’archives présentant des informations concrètes et rédigées intelligiblement, comme de la structure plus subtile hiérarchisant ces mêmes pièces entre elles. Lorsqu’une logique se détache visiblement de l’organisation des documents, celle-ci permet de souligner par exemple l’intérêt plus attentif d’un producteur à un aspect précis de ses activités. Cette logique a une conséquence dans l’interprétation des archives. D’où cette addition à la définition première du principe de respect des fonds, d’un principe se définissant comme le « Principe consistant, au sein d’un fonds d’archives, à maintenir intact ou à le restaurer le classement interne des documents qui le composent établi par le producteur » (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique« , 2002)).

La définition ci-dessus, malgré sa clarté, reste cependant ambivalente. Il s’agit, dans la pratique archivistique, de maintenir ou de restaurer un classement interne.

Le maintien paraît évident. Si un classement logique et clair ordonne les documents en présence, il n’y a pas de raisons de le modifier. Celui-ci, en plus de retranscrire la logique du producteur, permet aussi un accès facilité des publics à l’information, une fois que cette logique a été établie et comprise.

La possibilité de restaurer un classement interne peut être, en contrepartie, plus problématique. Elle implique premièrement l’absence d’ordre logique de classement des documents. Cette absence d’ordre peut paraître secondaire face à la pratique d’un producteur, démontrant encore une fois ses propres intérêts dans la manière dont sont ordonnés ses papiers. Cependant, cette absence à une conséquence plus pernicieuse : elle complexifie la communication des archives auprès des publics, en empêchant une présentation claire et logique des documents.

Pour résoudre cette problématique de l’accès aux informations, la pratique veut donc qu’en l’absence de logique clairement visible, un ordre artificiel soit donné aux documents.

Comment cet ordre artificiel peut-il être défini par l’archiviste ?

Tout d’abord, il n’y a pas de logique de classement favorisé de manière universelle. Le traitement d’un fonds d’archives et les décisions prises sur celui-ci en termes de conservation et de description dépendent complètement du fonds en question. La théorie archivistique reste sensiblement générale sur les méthodes de traitement, bien que de grandes lignes soient présentées afin de guider les actions à suivre. Cela s’explique par la spécificité que présente chaque fonds d’archives, dans sa production, son versement et son contenu final. Si aucun ordre clair ne se présente aux archivistes, ceux-ci peuvent recourir à des classements chronologiques, alphabétiques (pour de la correspondance notamment), voire thématiques, ou une combinaison de ces possibilités.

Dans tous les cas, cette restauration d’un classement implique de perdre l’ordre que l’on pourrait qualifier de classement authentique des documents, et implique donc de détruire la pratique même du producteur.

Le prochain article abordera, après l’approche théorique du principe de respect de l’ordre originel des archives, la pratique de ce même principe au sein des institutions françaises.

A suivre:

Le Respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (2)


Une réflexion sur « Le respect de l’ordre originel: entre autorité du producteur et accès à l’information (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.