Nuance d’archives : auteur, producteur et collectionneur

Lorsqu’il est question d’un fonds d’archives et de sa constitution, la notion de producteur (comme nous l’avons présenté dans un précédent article) se révèle centrale à sa compréhension. La norme de description internationale des archives ISAD(G) décrit ainsi le producteur d’archives :“Individu, famille ou personne morale qui a créé ou reçu et/ou conservé des  archives  dans  le  cadre  de  ses  activités  personnelles  ou  morales.  Ne  pas  confondre avec le collectionneur (Creator).”

Comme le précise la norme, le producteur est pleinement impliqué de par ses activités, souvent par défaut dans un premier temps, dans la constitution d’un ensemble documentaire qui devient à la suite d’une ambition de conservation, un fonds d’archives à part entière. Que cette ambition soit à but de justice ou à but historique. Dans le premier cas, il s’agit  de conserver des documents pour leur qualité de preuves juridiques, principale considération menant à la conservation sur le temps long de documents. Dans le second cas, il s’agit de conserver des documents qui ont une valeur pour la recherche scientifique en histoire, qualité secondaire accordée à des documents hors de leur objectif premier d’existence. 

Le producteur peut créer lui-même le contenu de son fonds d’archives, comme cela est le cas pour des fonds d’archives d’écrivains par exemple, composés de manuscrits, tout comme il peut n’en être que l’agrégateur “passif” : il s’agira alors de fonds d’archives de famille par exemple, composés d’actes juridiques réalisés en leur nom par un notaire ou de correspondance dont les membres sont les destinataires.

La nuance avec le collectionneur, pour rappel, est que celui-ci n’est pas le destinataire par défaut  des documents qu’il collectionne. Il assemble, selon ses objectifs propres, des documents qui ne lui étaient pas destiné en premier lieu. Bien que cela soit une activité menant également à la constitution de corpus documentaires, le producteur ne devient souvent conscient de l’intérêt historique de ses archives et de leur conservation qu’à posteriori. Tandis que pour le collectionneur, la notion de conservation sur le long terme entre dès le début en jeu.

Alors que la norme présente une distinction entre producteur et collectionneur d’archives, il n’est pas fait mention d’une nuance qui peut se révéler cependant assez intéressante dans le cadre de l’étude d’un fonds d’archives : la nuance entre producteur d’archives et auteur d’archives.

A la différence du producteur, l’auteur en archives (toujours selon la norme ISAD(G)) est définit comme la “Personne physique ou morale responsable du contenu intellectuel d’un document“. Dans cette position, la personne en question n’a pas la volonté du producteur de constituer un ensemble documentaire représentatif de ses activités. Si la personne de l’auteur est reconnue comme à l’origine d’un contenu intellectuel, elle n’a aucune autorité sur la manière dont ce contenu est ensuite utilisé ou introduit par le producteur d’un fonds dans ses pratiques.

Une même personne physique peut avoir de fait plusieurs statuts dans des archives, selon son rapport aux documents en présence et son implication dans leur création et leur conservation. Chaque situation soulignant une pratique et une approche nuancée des archives ainsi conservées.

Série Nuances d’archives:

Fonds et collection.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Alice Le Corvec (3 juin 2020). Nuance d’archives : auteur, producteur et collectionneur. Rebelle-Collex. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.