Notions d’archives: l’historique de la conservation

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Les inventaires du CRBC n’intègrent pas, dans leur structure, un historique des fonds d’archives. Certes, ce n’est pas ce qui peut sembler le plus intéressant lorsque l’intérêt est porté aux documents même et à leur contenu. Cependant, un historique de la conservation d’un fonds en dit beaucoup sur les relations du producteur lui-même ou de ses proches avec ses propres documents, de l’intérêt apporté à ceux-ci et de leur valeur perçue.

Selon la norme de description des archives établie par le Conseil international des archives, l’historique de la conservation des archives a pour objectif de “fournir sur l’histoire de l’unité de description les renseignements importants qui contribuent à son interprétation et qui prouvent son authenticité et son intégrité.” (ISAD(G) : norme générale et internationale de description archivistique : adoptée par le Comité sur les normes de description, Stockholm, Suède, 19-22 septembre 2000. 2e éd.)

La description de l’historique de la conservation d’un fonds est de fait une partie intégrante de la présentation et de la communication d’un fonds d’archives. Chaque parcours est intéressant, autant en terme de conservation que de recherche scientifique.

Concrètement, qu’est-ce que l’historique d’un fonds d’archives apporte au traitement et à l’étude de celui-ci ?

Tout d’abord, pour la conservation des archives, cet historique est essentiel pour assurer une bonne manipulation des documents : un fonds composé de documents extraits d’un bureau et qui ont été donné en main propre par le producteur lui-même à l’institution souhaitant les conserver ne sera pas traité de la même manière qu’un fonds qui aura été trouvé par les descendants du producteur dans la cave ou le grenier de la maison familiale. Ce deuxième exemple peut sembler stéréotypé, mais il s’agit malheureusement d’une réalité qui peut avoir des conséquences sévères sur la possibilité de conserver ou non des documents pour la recherche historique. Dans les deux cas, l’approche en terme de manipulation et de traitement des archives ne sera pas similaire et influencera certainement la communicabilité du fonds à moyen comme à long terme. L’historique de la conservation peut permettre d’expliquer à l’avenir, pourquoi certains fonds présentent un état de dégradation plus développé que d’autres.

A l’accès d’un fonds d’archives, l’historique d’un fonds se révèle aussi pertinent pour appuyer “l’authenticité” des documents. En archivistique, l’authenticité relève à la fois d’une notion juridique et d’une étude diplomatique des documents. Juridiquement parlant, un document est authentique a priori, lorsqu’il est composé par une entité dépositaire de l’autorité publique (et marqué visiblement comme tel : tampons officiels, timbres fiscaux, signature sur papier à en-tête officiel…). En terme diplomatique, un document est authentique a posteriori lorsque son étude permet d’en dresser l’historique et la typologie, et de l’inscrire dans une logique reconnue. L’historique de la conservation de documents permet ainsi de mettre en perspective l’authenticité des archives en apportant aux documents et à leur contenu une légitimité de traitement.

Cet historique des archives a également des conséquences sur la communication même des documents. Les archives ont-elles été transmises en connaissance de cause par le producteur lui-même ou ses descendants, possédant ainsi les droits sur leur contenu et leur diffusion? Ou s’agit-il de documents achetés par un tiers souhaitant les partager à la communauté scientifique, mais n’en possédant pas les droits d’auteur ? Ont-ils été déposés anonymement et sans consigne à l’institution (ce qui n’est pas un cas inconnu au sein des établissements publics) ? Connaître l’historique de la conservation des documents est donc important afin d’assurer la légitimité légale de leur communication à venir. Le fait qu’un document soit donné à une institution n’implique pas que cette dernière ait l’autorité pour transmettre et diffuser le document et son contenu. Et les conséquences juridiques peuvent être lourdes, pour les institutions de conservation comme pour les individus diffusant les documents, en cas de non-respect des lois régissant les droits d’auteur et le respect de la vie privée.

En terme de recherche scientifique, il ne faut pas non plus négliger l’importance de cet historique de la conservation. Cette section d’un inventaire peut permettre de mettre en perspective l’importance des documents pour le producteur, leurs propriétaires successifs ou d’autres acteurs de leur conservation. Peut-on légitimement étudier un texte ayant été laissé froissé au fonds d’une boîte avec la même intention qu’un autre texte ayant été soigneusement relié et donné volontairement pour conservation par exemple ? Ces informations qui peuvent, d’un premier abord, sembler purement contextuelles ou juridiques révèlent en réalité le rapport du producteur même à ses archives et éclairent de fait les archives même et leur analyse.

Pour exemple, le fonds Pierre-Jakez Hélias conservé au CRBC prend une autre dimension à la lumière de l’historique des versements qui composent finalement le fonds tel qu’il est aujourd’hui. Dans un premier temps, sans connaître cet historique, il peut être confondant de voir des dossiers de typologie similaire (comme des pièces de théâtre, de la correspondance), dispersés en groupes dans le fonds entier. Cependant, après étude de l’historique du fonds, voici ce qui en ressort : le fonds en question a connu deux versements principaux. Le premier, officiellement voulu et organisé par le producteur du fonds avant sa mort, présente des ensembles cohérents de documents (par thèmes et usages : émissions radiophoniques, textes édités…), bien qu’au niveau de la pièce, voire du dossier, cette cohérence puisse parfois être confuse.

A la mort du producteur, ce versement a été réalisé selon les souhaits exprimés.

Le deuxième versement, également postérieur à la mort du producteur, résulte de la volonté de la famille du producteur. Les documents provenaient de la maison secondaire de celui-ci. Contrairement au premier versement, réfléchi et planifié, ce dernier présente plus de contraintes : pas d’ensembles documentaires marqués, des groupes de documents dont la logique interne n’est pas claire, voir semblant purement et simplement du collectage sans ligne directrice claire.

Pouvoir distinguer, lors de l’accès aux archives conservées au CRBC, dans quel versement les documents étudiés se placent, ajoute une dimension critique non négligeable pour la recherche. L’historique de conservation du fonds souligne ainsi l’intérêt apporté aux divers documents en présence, et permet d’expliquer en parti l’état actuel du fonds au sein du CRBC. Le fait de connaître l’historique de la conservation permet de mettre en avant des logiques et des structures qui pouvaient avoir été dissimulées dans un premier temps par l’absence de cet angle d’approche (le nouvel inventaire a ainsi divisé le fonds Pierre-Jakez Hélias en deux sous-fonds, correspondant à ces logiques de versement spécifiques).

A un moindre niveau, connaître l’historique de conservation des documents intégrés aux archives de Pierre-Jakez Hélias permet également de différencier ce qui relève du fonds d’archives du producteur de ce qui a été collecté ultérieurement par le CRBC dans le but de compléter ce même fonds. Cette distinction, entre fonds d’archives et collection, fera l’objet d’un prochain article.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La notion de pièce.

La contextualisation de l’information.

La place du producteur.

Système de cotation (1) et (2)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Alice Le Corvec (6 mai 2020). Notions d’archives: l’historique de la conservation. Rebelle-Collex. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.