Notions d’archives : la place du producteur

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Au CRBC, la place du producteur dans les inventaires d’archives est très limitée. Les fonds portent bien entendu le nom de ces derniers sous forme d’acronyme, mais aucune information relative à leur existence même n’est disponible dans les inventaires.

Pour un spécialiste de l’information, il est étonnant de ne pas avoir de présentation, même succincte (incluant au nom de famille et prénom, les dates de naissance et de mort) du producteur du fonds. Ces informations participent de ce qui est défini comme le contexte mêmes des archives dans les normes de description archivistique : en introduisant des données factuelles sur le producteur, l’archiviste cherche à donner un cadrage aux documents accessibles à la suite.

Il est donc intéressant de noter l’absence, mise à part dans l’intitulé même des fonds, d’une quelconque présentation du producteur dans les inventaires du CRBC.

Cela peut être interprété comme l’évidence même du producteur, de son existence et de ses archives pour le Centre et les créateurs des inventaires. Ces producteurs vont de soi dans le cadre du Centre et de ses recherches, ils sont connus et participent d’un environnement habituel pour les chercheurs. Leurs archives ne sont donc pas remises en question, et leur pertinence reconnue de facto.

Le nom du producteur est bien développé en intitulé du fonds (par exemple: PJH – Pierre-Jakez Hélias) mais cela s’arrête là, sans relier ou pointer non plus vers une notice extérieure d’autorité* pouvant renseigner le public sur la personne du producteur.

Cette approche peut être liée au fait que les producteurs de fonds d’archives du CRBC, étant le sujet d’étude des chercheurs du centre, étaient connus par le premier cercle d’intéressés, voire reconnus par l’audience partageant ces intérêts de recherche.

Cette évidence est cependant bien trompeuse, puisque en l’absence de description concrète du producteur, rien n’assure la diffusion ou la transmission d’informations relative à celui-ci ni à son fonds d’archives (pourquoi ces archives sont-elles conservées dans cette institution ? comment sont-elles entrées au CRBC ? Quel rapport le producteur avait-il avec ses propres documents ?).

L’importance du producteur à concrètement été mise en avant dans le monde des archives avec la norme de description internationale ISAAR(CPF) dédiée à la description de producteurs d’archives (morale ou physique). Établie en 1995 dans sa première version, cette norme a pour objectif d’instaurer des notices d’autorités producteurs au sein des institutions de conservation, et si possible, de les intégrer à un système de référence international.

La notice descriptive d’un producteur rassemble ainsi les informations nécessaires pour :

– désigner de manière univoque et reconnue un producteur.

– comprendre l’histoire du producteur et son contexte de vie et de travail.

– retrouver les archives dont il est à l’origine, mais également les fonds d’archives dans lesquels des documents dont il est l’auteur se trouvent ou encore des ressources tierces d’études dont il a fait l’objet.

La désignation univoque d’un producteur est d’un intérêt particulièrement notable pour le CRBC puisque les producteurs des fonds en sa possession sont majoritairement des personnalités du mouvement breton, et, lorsqu’il s’agit de personnes physiques, qui utilisaient de manière variable leur nom d’état-civil français, des noms d’usages en breton ou encore des pseudonymes divers pour signer des textes ou des échanges épistolaires. Il n’est ainsi pas étonnant qu’une seule et même personne physique possède au moins deux ou trois manières d’être désignées à l’écrit. Dans une notice d’autorité, une forme dite “retenue” sera privilégiée (selon les pratiques, et la politique choisie par l’institution établissant la notice) et sera la désignation officielle pour l’institution, tandis que les formes rejetées seront renseignées en complément pour référence et repère (ou lien avec des notices extérieures sur le même producteur n’ayant pas fait le même choix de pratique).

La notice même comporte ensuite des informations relatives à l’histoire du producteur (biographiques ou administratives, selon qu’il s’agit d’une personne physique ou morale), à son espace géographique d’existence (les divers lieux de vie ou d’établissement du producteur), à son statut officiel dans la société (sa fonction, son travail…). Il s’agit de donner toutes les informations jugées pertinentes à l’appréciation du producteur et de sa production documentaire. Sans être exhaustive, une notice d’autorité a pour intention de donner un aperçu concis et concret du producteur, de ses activités et de son environnement proche (spatial et chronologique).

Enfin, la notice d’autorité rassemble des ressources concernant le producteur ou produites par lui-même : référence à son fonds d’archives, à des fonds ou des collections où ses documents apparaissent, au sein de l’institution ou dans une institution tierce, à des publications dont le producteur (ou son travail) a fait l’objet.

Pourquoi intégrer ces informations à un inventaire d’archives ?

La question devrait être inversée pour souligner l’intérêt réel de ces informations. Pourquoi ne pas les intégrer à un inventaire ? Ne pas décrire un producteur d’archives au sein de la description de son propre fonds démontre une faiblesse de communication des fonds, impliquant que seules les personnes connaissant le producteur a priori peuvent accéder aux archives et les comprendre. Un inventaire, bien que son nom puisse être trompeur, n’est pas qu’une liste d’articles descriptifs, mais une porte d’accès aux sources de l’étude historique, pour les connaisseurs comme les amateurs. Une présentation du producteur en introduction du fonds peut permettre en parallèle de poser de manière univoque les informations factuelles pertinentes à la compréhension du fonds lui-même et à sa contextualisation au sein d’une vie et d’une pratique générale.

La description du producteur participe ainsi également de l’inscription du fonds dans une perspective d’authentification des documents, en soulignant d’après le contexte biographique ou administratif du producteur la production documentaire qui en est l’héritage ici.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La notion de pièce.

La contextualisation de l’information.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

(*notice d’autorité: dans les sciences de l’information, une notice d’autorité est une manière de référencer sans ambiguïté une personne morale et physique ou une notion afin de faciliter la recherche sur cette même autorité.)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Alice Le Corvec (29 avril 2020). Notions d’archives : la place du producteur. Rebelle-Collex. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcgb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.