Notions d’archives : la contextualisation de l’information

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Dans le billet précédent, il était question de la notion de pièce, et nous avions signalé le fait que le CRBC avait conçu ses inventaires comme étant décrit à la pièce, mais sans prendre en compte le contexte de ces dernières (autant par le biais du niveau du dossier, comme des séries intellectuelles voir du fonds lui-même). Comme si les chercheurs n’avaient pas considéré le contexte des documents qu’ils décrivaient comme pertinent à leur étude, ou qu’ils ne portaient d’intérêt qu’à son contenu et non son contenant.

Il s’agit là d’un biais d’intérêt par rapport aux sources, biais qui veut que la pièce d’archives se suffise à elle-même pour être étudiée et interprétée. Pour un spécialiste en linguistique ou en littérature, il est tout à fait compréhensible que seul le texte du document en lui-même (sans la question du support ou de son existence même) soit pertinent. Cependant, même si le contenu du document est l’intérêt premier de sa consultation, sa situation dans le fonds et son environnement sont fondamentaux à connaître afin d’apprécier pleinement le document même et sa raison d’être.

En effet, que signifie par exemple le fait de trouver au sein du fonds Pierre-Jakez Hélias, trois exemplaires tapuscrits (sensiblement similaires, en terme de datation et de volume) de la pièce de théâtre Les Fous de la Mer, mais qui ne suivent pas en terme de cotation (et sont donc espacés physiquement les uns des autres au sein des archives) ?

Le contexte de chacun des tapuscrits, mis en valeur par la description non seulement des pièces même d’un fonds, mais également de leur structure hiérarchique interne, qu’il s’agisse des dossiers physiques dans lesquels se trouvent les tapuscrits ou un niveau conceptuel supérieur (tel des séries, sous-séries…) est la seule manière de comprendre pourquoi ces exemplaires existent et sont présents là où ils sont dans les dossiers du fonds. Dans notre cas, le premier exemplaire (PJH018.15) est conservé en relation avec de la correspondance relative à la pièce de théâtre et sa création. Le deuxième exemplaire (PJH127.3) participe d’un dossier au sujet d’un festival de l’Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Artistique où la pièce aurait été jouée. Le dernier exemplaire (PJH257.4) est une version de la pièce pour une édition du Festival de Cornouaille, festival annuel de culture bretonne à Quimper (Finistère).

Avec ce cas concret, on peut comprendre combien connaître l’environnement d’une pièce au sein d’un dossier n’est pas seulement pertinent pour avoir accès à la pièce en elle-même, mais permet aussi d’expliquer son utilisation par le producteur.

Pour rendre visibles ces informations contextuelles, il a été nécessaire de reprendre l’ensemble des archives de Pierre-Jakez Hélias et leur inventaire. Non pas que celui-ci ait été mal renseigné, mais, outre le besoin de restructurer les informations à disposition (comme nous l’avions abordé dans la série d’articles Archives et inventaires), il s’agissait également de faire ressortir cette structure physique et intellectuelle qui hiérarchisait les archives en présence.

Dans le monde des archives, de par l’histoire de l’archivistique même, il est important de considérer les articles d’archives, la pièce comme le dossier ou la série, comme participant d’un ensemble plus vaste ayant sa propre logique. Logique en conséquence pertinente pour comprendre le document d’archives et sa présence au sein du fonds. Une structure d’accès ou de rangement des archives créée par leur producteur influence grandement la signification d’un document, en plus de présenter les dynamiques globales internes aux archives. Faire ressortir les structures d’un fonds d’archives est alors une nécessité : sous-fonds, séries, sous-séries, dossiers sont des étapes d’accès à la pièce permettant d’en comprendre la signification et l’usage qui en était fait par le producteur.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La notion de pièce.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)


Une réflexion sur « Notions d’archives : la contextualisation de l’information »

  1. Merci pour cette série passionnante sur les notions d’archives ! Je travaille actuellement sur un fonds d’archives en histoire du traitement automatique des langues et votre série d’articles m’aide beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.