Notions d’archives : la pièce.

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche donc un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Comme nous l’avons vu dans le billet précédent (Instrument de recherche), l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias cherche à aller au détail le plus fin de description des pièces, afin de proposer une vision précise des archives du producteur.

Cependant, après étude des archives même, il s’avère que cette description à la « pièce » n’est pas celle que l’on entendrait en archives, soit une description de la “plus petite unité indivisible à la fois matériellement et intellectuellement” (Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie », 2002). En archives, une pièce peut être, par exemple, un brouillon de poème, un procès-verbal de réunion ou un carnet de notes. Un peu plus complexe car plus trouble, l’ensemble formé par une lettre, envoyée avec une photographie jointe qu’elle référence peut être décrit comme une pièce (en effet, en l’absence de la photographie, la lettre peut ne pas faire sens, tout comme la présence de la photographie ne fait peut-être pas sens dans les archives en l’absence de la lettre expliquant son origine).

Dans le cadre de l’inventaire du fonds de Pierre-Jakez Hélias, il est intéressant de voir une fluctuation du degré de détail accordé à la notion de « pièce », qui pourtant se veut être le fondement de la description de l’inventaire.

Ainsi, il a pu arriver de trouver une « pièce » ne prenant pas en compte l’unité physique mais uniquement l’unité intellectuelle de l’article. Pour reprendre les « pièces » présentées en exemple lors de notre billet précédent, il s’avère que trois d’entre elles sont en fait physiquement reliées : il s’agit en effet d’un seul carnet regroupant les manuscrits de trois pièces de théâtre radiophoniques.

Capture d’écran des lignes de l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias regroupant, selon la notion archivistique, une seule et même pièce. Ici un carnet manuscrit.

Dans le même temps, les boîtes suivantes ont parfois regroupé des pièces qui pouvaient auparavant être décrites de manière séparée sous une seule et même cote (par exemple une enveloppe contenant des coupures de journaux, alors que dans les premières boîtes, avec un même état de conservation, chaque coupure aurait bénéficié d’une cote).

Il est ici intéressant de noter la variation de sensibilités entre chercheurs, ayant initié le travail de description, vacataires, ayant continué celui-ci, et archiviste, reprenant l’ensemble et terminant le travail descriptif. L’inventaire en question (fonds Pierre-Jakez Hélias) a clairement été réalisé dans un premier temps par et pour des personnes connaissant le producteur et cherchant le fin détail de son travail, en allant jusqu’à une division purement intellectuelle d’un seul et même document physique. Il faut également souligner que le premier versement du fonds comprend ce qui peut être considéré comme le plus pertinent comme articles, puisqu’il s’agit des archives sélectionnées et arrangées par le producteur lui-même dans l’optique d’un don au CRBC. En parallèle, la seconde partie du fonds a été décrite par des vacataires, non-spécialistes pour la plupart, ni du travail de description en archives ni du sujet du fonds, voire non bretonnants (ce qui limite la description de certaines pièces); cela peut expliquer la perte de granularité qui en découle. Enfin, le travail de reprise de l’inventaire a été réalisé par un archiviste de formation, non-spécialiste du sujet ou de la langue bretonne, mais dont l’approche professionnelle reprend les codes de la description archivistique formelle.

L’inventaire comprenait, avant finalisation du travail, 64 boîtes décrites.Le fonds clos en comprend désormais 103. Les 4 mètres linéaires d’archives qui ont été inventoriés dans le cadre de ce projet ont été décrits au niveau du dossier. Compte tenu du contenu des archives et du temps imparti pour le projet, ce niveau de description a été jugé le plus pertinent pour ces derniers documents. Cependant, ces mêmes boîtes pourront par la suite, suivant l’intérêt porté à leur contenu, être décrites de manière plus approfondie.

L’intérêt porté à la notion de pièce et son usage au sein des inventaires du CRBC permet également de mettre en lumière un autre aspect marquant des instruments de recherche de la bibliothèque de recherche du laboratoire : l’absence de contextualisation des archives. En effet, la seule manière pour toute personne consultant ces inventaires de connaître concrètement la réalité physique et structurelle des articles décrits est de les prendre en main (comme nous l’avons démontré avec les trois “pièces” qui se révèlent être un seul et même article physique). Or, l’intérêt d’un instrument de recherche en archives est, outre une description des documents, également de recréer intellectuellement le contexte d’existence des documents, et cela afin d’assurer leur accessibilité et leur communicabilité.

Série Notions d’archives:

Les instruments de recherche.

La contextualisation de l’information.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)


Une réflexion sur « Notions d’archives : la pièce. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.