Notions d’archives : l’instrument de recherche.

En étudiant les inventaires d’archives réalisés par des chercheurs au Centre de recherche bretonne et celtique, il a été intéressant de noter des divergences de perception et d’approche des fonds d’archives, entre le travail réalisé par un chercheur spécialiste et celui d’un spécialiste de l’information, comme un archiviste.

Comment un chercheur approche-t-il un fonds pour le décrire ? Quelle est l’approche parallèle d’un archiviste ? Voici les questions qui seront posées dans cette série Notions d’archives.


Une des premières particularités remarquée au CRBC peut être la pratique des instruments de recherche et les informations qui y sont introduites.

L’inventaire du fonds de Pierre-Jakez Hélias (premier fonds employant la structure retrouvée en majorité dans les inventaires du CRBC) a été réalisé avec une description qui se veut “à la pièce“*.

Capture d’écran d’une partie de l’inventaire du fonds Pierre-Jakez Hélias avant reprise.

Ce degré de précision rapproche l’instrument de recherche ainsi réalisé de ce que l’on nomme en archives un inventaire numérique détaillé. Qu’est-ce que cela signifie ?

  • un inventaire est un type d’instrument de recherche, soit un “Outil papier ou informatisé énumérant ou décrivant un ensemble de documents d’archives de manière à les faire connaître aux lecteurs” (Direction des Archives de France, “Dictionnaire de terminologie”, 2002). Il en existe plusieurs types, du plus succinct au plus détaillé. L’état des fonds, par exemple, est une description sommaire de l’ensemble des fonds ou collections détenus par un service de conservation. Il s’agit de l’instrument le plus sommaire. L’inventaire, à l’inverse, est l’instrument dont le niveau de description est le plus fin : la pièce. Bien que ce mot soit communément utilisé dans la sphère archivistique pour se référer à un instrument de recherche en général, peu importe son niveau de description, l’inventaire est à l’origine l’instrument de recherche le plus pointu qui peut être trouvé dans un service d’archives.
  • Il est dit numérique car il s’agit dans cet inventaire de respecter la logique proposée par le producteur du fonds et donc de suivre le classement concret des documents, et non de recréer une structure thématique ou autre, pour donner accès aux archives (approche qui serait qualifiée de méthodique).
  • Il est enfin présenté comme détaillé, car il ne se contente pas de renseigner la cote de référence et le titre de la pièce, mais cherche à apporter des informations pouvant tenir de sa diplomatique (typologie documentaire, support, volume, datation…), voire également de donner son sujet ou ses spécificités dans les grandes lignes.

Il est important de souligner que ce genre d’instrument de recherche, bien qu’ extrêmement pertinent autant pour les chercheurs que pour les archivistes, n’est que peu pratiqué de nos jours dans les services publics. En effet, cela implique un temps d’étude et de travail très important afin de fournir un résultat pertinent. Peu de services peuvent s’autoriser ces pratiques, et les services d’archives, publics comme privés,se concentrent généralement sur un niveau de description moins détaillé (s’arrêtant souvent au dossier, soit un ensemble de pièces).

Dans notre cas,et malgré le détail de description apporté aux “pièces”* par l’inventaire créé au CRBC, une particularité se présente aux spécialistes des archives : une absence de contextualisation des pièces et, après un rapide aperçu de l’inventaire, une notion assez vague et variable de la notion même de pièce (ce qui fera l’objet de prochains articles).

A suivre:

La pièce d’archives.

La contextualisation de l’information.

La place du producteur.

L’historique de la conservation.

Système de cotation (1) et (2)

* l’usage des guillemets est volontaire, car la notion de pièce telle qu’entendue par les chercheurs et les vacataires ayant effectué un travail de catalogage au CRBC n’est pas celle entendue en archivistique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Alice Le Corvec (8 avril 2020). Notions d’archives : l’instrument de recherche. Rebelle-Collex. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcg8


Une réflexion sur « Notions d’archives : l’instrument de recherche. »

  1. Ping : Notions d’archives: l’historique de la conservation – Rebelle-Collex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.