L’objectivité des archives (1) : la théorie

Lors de la révision de certains inventaires du CRBC, notamment des fonds de Pierre-Jakez Hélias et Francis Even, on a pu remarquer au sein des fonds d’archives, des descriptions démontrant un intérêt ou au contraire un désintérêt avoué pour certains documents. Dans le cadre du fonds Francis Even, actuellement en traitement, cela pouvait se présenter sous la forme d’annotations telle que « Correspondance familiale – sans intérêt historique » pour des lettres échangées lors de la Seconde Guerre mondiale entre des connaissances bretonnes.

Bien que cela puisse prêter à sourire avec la distance, car ces documents peuvent très bien avoir un intérêt historique pour peu que l’on s’intéresse à la vie à Tréguier entre 1939 et 1945 dans les cercles bretonnants, ces annotations posent question: si de tels jugements de valeur sont posés sur les documents par la personne en charge de leur description, qu’en est il de l’objectivité des informations présentes dans l’inventaire? Car, pour l’exemple présent, le dossier présenté comme « sans intérêt historique » n’a pas reçu le même traitement que les autres dossiers: alors que ses prédécesseurs étaient décrits à la pièce, en début d’inventaire, ce dernier n’a eu droit qu’à une description sommaire généralisée au dossier pour les quelque 200 lettres qu’il contient.

La description est donc orientée dans ce cadre, selon les intérêts ressentis de la personne ayant réalisé l’inventaire en premier lieu. Et si les descriptions réalisées au dossier peuvent être complétées en prenant le temps de créer une description à la pièce des documents, cette approche d’un fonds d’archives peut également avoir des conséquences plus subtiles dans la description et donc la recherche d’information au sein d’un inventaire d’archives.

La description des archives et la théorie de l’objectivité

La description des archives n’est pas un exercice anodin. De nos jours, grâce à des standards de description internationaux, ce travail tend à s’uniformiser à travers le monde par l’utilisation de catégories d’informations à renseigner et à déterminer. Cependant, la description même des contenus, se fondant sur des documents et des informations d’une grande variété, engage toujours une certaine subjectivité de traitement.

Le code de déontologie des archivistes, adopté par l’Assemblée générale du Conseil international des Archives en 1996, présente ainsi une des lignes directrices du travail des archivistes : « L’objectivité et l’impartialité des archivistes permettent de mesurer leur degré de professionnalisme. Les archivistes résistent à toute pression, d’où qu’elle vienne, visant à manipuler les témoignages comme à dissimuler ou déformer les faits.« 

Le code de déontologie des archivistes exprime clairement une volonté de la profession de mettre à disposition du public, des archives et des instruments de recherche objectifs et impartiaux, selon les termes utilisés par l’ICA.

Ces deux termes, centraux à la pratique archivistique, se définissent ainsi (source : Centre national de ressources textuelles et lexicales) :

Objectivité: Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée

Impartialité:  Caractère de celui qui est impartial. Synon. droiture, justice; anton. partialité, parti-pris ; impartial étant « Qui n’est pas partial, qui est sans parti-pris ».

Cette vision, bien que théoriquement bienvenue, pose cependant  la question de l’impossible objectivité même d’un instrument de recherche. Et cela par le simple fait que ce dernier soit, comme les documents qu’il décrit, créé et informé par une personne susceptible de biais, conscients ou non.

Dans le cadre de l’inventaire du fonds Even, les biais de description qui ont mené à la description au dossier de documents d’archives contrairement à une description à la pièce, par manque d’intérêt pour le contenu en présence, ont eu des conséquences sur la qualité de l’information même intégrée dans l’inventaire.

Sans s’attarder sur des questions de manipulations de descriptions d’archives pour des raisons politiques (principal obstacle à une pratique archivistique correcte dans le code de déontologie), ni sur des nuances de formatage de l’information1, qui à des degrés extrêmes peuvent limiter l’accès aux archives, ce qui nous intéresse ici sont les subtilités de langage utilisées dans les descriptions de contenu et qui masquent, volontairement ou non, une partie des informations présentes dans un document d’archives, et affaiblissent de facto la pertinence pour la recherche d’un inventaire à la pièce

Nous aborderons dans la deuxième partie de cet article l’aspect concret de ces pratiques terminologiques et comment celles-ci limitent l’accès ou la recherche au sein des archives mêmes.

  1. Cette dernière notion a été abordée dans l’article « Archives et inventaires : limites des instruments de recherche du CRBC« .

 


Une réflexion sur « L’objectivité des archives (1) : la théorie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.